Accueil
 
 
 
 

Rapport de l'Observatoire des inégalités : Les politiques d'austérité de Sarkozy et Hollande ont dramatiquement accru les inégalités en France

L'Observatoire des inégalités publie aujourd'hui son 2e rapport sur les inégalités en France. Cette étude, précieuse, devrait être au centre des attentions de cette campagne des Législatives.

L'association met clairement en évidence que les inégalités s'accroissent entre les plus riches (plus de 3 000 euros mensuels nets après impôt pour une personne seule) et les plus pauvres. Elle révèle aussi qu'en 10 ans, les catégories les plus modestes ont aussi vu leur niveau de vie chuter dramatiquement. Les plus touchés par cette dégradation et par la précarité de l'emploi sont les jeunes et les femmes.

Il s'agit pour l'Observatoire des inégalités d'une « inversion de tendance historique » ; c'est le résultat humain et social des politiques d'austérité menées depuis 2008 par Nicolas Sarkozy puis François Hollande et que le PCF n'a eu de cesse de dénoncer et de combattre.

Les premiers pas du gouvernement d'Edouard Philippe et du président Macron, en confiant à Bruno Le Maire, le ministère de l'Economie, et à Gérard Darmanin, celui des Comptes publics, confirment un maintien du cap néolibéral qui conduit à cette dégradation.

Outre les coupes budgétaires et désengagements de l’État en matière de politique de l'emploi comme de l'éducation, la « flexisécurité » dont le nouveau président a fait son credo fragilisera encore un peu plus les catégories modestes de la population.

C'est contre ces choix néfastes pour l'économie nationale que le PCF présente des candidat-e-s aux élections Législatives qui, à l'Assemblée nationale, seront porteurs de propositions concrètes pour changer la vie des 5 millions de femmes et d'hommes vivant dans notre pays sous le seuil de pauvreté, des près de 2 millions de travailleurs pauvres et des dizaines de millions de salarié-e-s des secteurs public comme privé, TPME, artisans, agriculteurs, auto-entrepreneurs dont les conditions de vie et de travail se dégradent.

Nous proposerons, entre autres, l'organisation d’une conférence annuelle de revalorisation des salaires et des qualifications et d'augmentation immédiate des salaires, retraites et minimas sociaux, ainsi que la renégociation du SMIC ; nous prendrons l'initiative d'impulser une harmonisation des salaires en Europe avec la fixation d’objectifs contraignants de convergence et l’instauration de salaires minimums. Nous défendrons l'idée de garantir légalement l’égalité salariale : le code du travail doit intégrer des grilles salariales respectant strictement les diplômes et les qualifications, sur le plan de la rémunération comme de l’évolution de carrière. Nous nous battrons pour la création d'un statut protecteur pour tous les jeunes de 18 à 25 ans garantissant un revenu minimal et l'accès à un emploi correctement rémunéré ou à une formation choisie et qualifiante

Nos député-e-s proposeront de mettre en place l'encadrement des rémunérations dans les entreprises (échelle de 1 à 20), la suppression des stock options, l'interdiction des « parachutes dorés » et des licenciements économiques, et la transparence totale des avantages en nature dans la haute fonction publique et parmi les hauts cadres des entreprises publiques et privées. Ces mesures seront financées par une lutte contre la spéculation financière, l'évasion fiscale, par une réforme de justice fiscale ainsi que la création d'un pôle public bancaire (La France en commun : http://2017.pcf.fr/notre_engagement)

Parti communiste français
Paris, le 31 mai 2017

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.