Accueil
 
 
 
 

Décès de Jean-Pierre Kahane: je perds un camarade et un ami, la France perd un homme des Lumières

C'est un homme immense qui nous a quittés hier, Jean-Pierre Kahane, membre de l'Académie des Sciences, est décédé à 90 ans en ce premier jour de l'été. Mathématicien et communiste, communiste et académicien, c'est en militant que Jean-Pierre Kahane cherchait et enseignait, c'est en chercheur et en enseignant qu'il militait. « Enseigner, partager, cela faisait partie de mes devoirs. Les mathématiques doivent constituer un entraînement de l’esprit. Il est très important de les enseigner de façon accessible, ludique, intéressante ».

 

Pour Jean-Pierre Kahane « la vulgarisation, le partage des connaissances, fait partie de la mission scientifique ». L'enseignement des mathématiques n'était pas selon lui un exercice de rigueur, mais, reprenant l'expression de Condorcet, un exercice pour « développer l’imagination sans l’égarer ». « Il faut voir des mathématiques en rêve pour bien les apprendre », insistait-il.

 

Son attachement au communisme, au Parti communiste, était égal à son attachement à la lutte contre l'obscurantisme qui consistait, selon lui, « à trouver des réponses courtes et simplistes à des questions difficiles ».

 

« Le progrès des sciences est déjà impressionnant, sachons le transformer en un progrès d’avenir pour toute l’humanité », disait Jean-Pierre Kahane, qui a été un des créateurs de la revue Progressistes et son directeur.

 

Je perds un camarade et un ami, la France perd un homme des Lumières.

 

 

Pierre Laurent
Secrétaire national du Parti communiste français

 

Paris, le 22 juin 2017

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.