Accueil > Actualité > Droits et société
 
 
 
 

Ménard et l'apologie du féminicide : une campagne abominable

 

Robert Ménard, le maire d'extrême-droite de Béziers, vient de lancer une campagne d'affichage sur les murs de la ville ainsi que sur les réseaux sociaux. Dans le but de réclamer l'arrivée du TGV dans la ville, il met en scène des situations qui se veulent comiques.

 

Une des affiches représente ainsi une jeune femme ligotée sur les rails d'un chemin de fer, alors qu'un train à vapeur s'apprête à la percuter, avec écrit « avec le TGV, elle aurait moins souffert ! ». Comment ne pas faire le lien avec le meurtre d'Emilie, cette femme de 34 ans, mère de 4 enfants, assassinée en juin dernier par son mari en l'attachant aux rails ?

 

Deux semaines après la journée internationale pour l'élimination des violences à l'égard des femmes, le 25 novembre, des responsables politiques se permettent de tourner en dérision et de diminuer la gravité de féminicides. Doit-on rappeler qu'aujourd'hui encore, en 2017, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint en France ?

 

Cette campagne abominable doit alerter chaque citoyenne et citoyen, chaque responsable politique. En se moquant de femmes assassinées en raison de leur genre, Ménard diffuse l'idée que les féminicides ne sont pas un sujet sérieux et grave, et les encourage.

Le gouvernement ne doit-il pas enclencher une procédure de révocation de Robert Ménard ?

 

Le PCF demande de plus que ces affiches soient retirées et que des sanctions soient prises contre les élu.e.s qui encouragent des affichages sexistes.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.