Accueil > Actualité > Droits et société

Racisme Sarkozy au diapason de l’extrême droite

 
 
 
 

 

Sans trêve, un ressac ramène les mêmes eaux boueuses aux lèvres des ténors de la droite. Un jour, les mariages « gris » dans un abject choix d’adjectif. Le lendemain, Éric Zemmour est hissé sur le pavois de l’UMP pour avoir assimilé immigrés et délin­quants. Ici, c’est Brice Hortefeux con­damné pour une blague raciste. Là, c’est Claude Guéant qui tripatouille les chiffres de l’échec scolaire pour stigmatiser les enfants de l’immigration. Toutes les clo­ches du sarkozysme rendent le même son, au diapason de l’extrême droite. Le président se prend pour le chef d’or­chestre quand c’est Marine Le Pen qui donne la mesure. Jusqu’au printemps pro­chain, nous allons en souper ! C’est la même stratégie qui consiste à dépeindre les « bénéficiaires » du RSA comme des profiteurs ou des fraudeurs, les malades comme 
des escrocs à la Sécu­rité sociale, les fonctionnaires comme des privilégiés, les immigrés tunisiens comme des envahisseurs. Diviser pour toujours régner 
en brandis­sant, selon 
la formule de Jaurès, 
le farou­che anathème de l’ignorance et de la peur, c’est l’obsession d’une droite qui espère dissoudre 
ainsi l’immense aspiration à changer de politique 
et d’hommes à la tête du pays. Le collectif D’ailleurs nous sommes d’ici a manifesté dans les rues de Paris pour construire des digues face à la haine ou la brutalité d’État, et lancer des ponts entre les êtres et les peuples.     Gérard Streiff.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.