Accueil

Signez la pétition sur cette page !

 
 
 
 

Article Sud-OUest : Opération escargot sur l'A 63 : une colère qui ne fait que commencer

 

Article de Sud-Ouest du 8 mai 2013. Retrouvez cet article dans son contexte original : http://www.sudouest.fr/2013/05/08/l-escargot-gronde-1047331-3337.php

 

 

En fin de manifestation, certains automobilistes du cortège ont décidé de franchir les barrières de péage en réglant la facture de 1,80 € en pièces de toute petite monnaie. (Photo Philippe Salvat)

 

Certaines vaches ont beau être landaises, les habitants du département ont du mal à s’imaginer en "vaches à lait". Le sentiment partagé par une quarantaine d’entre eux, mobilisés hier après-midi, à Castets, afin de participer à une action de protestation contre les péages de la toute nouvelle autoroute A 63.

Les débuts d’une gronde, à l’appel du Parti communiste français et du collectif citoyen Notre RN 10. "Nous ne comptons pas en rester là. L’été nous réserve de belles journées afin d’informer les automobilistes qu’il s’agit bien du vol d’un bien public, qui s’appelait la route nationale 10", explique Alain Baché.

Non loin du secrétaire du PC landais, Camille Comets, à la tête d’une délégation venue de Dax, n’a rien oublié des mots du passé. « Il faut croire qu’Emmanuelli et ses amis n’avaient pas entendu quand Lionel Jospin avait assuré que les Landes seraient épargnées par les péages vu qu’il n’existe pas de route de substitution pour aller à Bordeaux. »

Un jugement complètement erroné pour Patrice Dessiaume, le PDG d’Atlandes, contacté par téléphone : « Vous connaissez les Landes ? Il existe une route départementale parfaitement parallèle à l’A 63. » Nommée D10E selon les normes en vigueur dans la gendarmerie, celle-ci est néanmoins inaccessible aux camions sur certaines portions.

Presque une aubaine, malgré tout, pour les membres du collectif citoyen Notre RN 10 : « Laissons les semi-remorques commencer à prendre la route des Lacs où cette voie. Avec le trafic, les forces de l’ordre seront obligées d’intervenir pour entrave à la circulation. »

Un délit dont la peine peut aller, selon les textes, jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 4 500 euros d’amende. Cher pour les opposants aux péages qui, pour leurs débuts, décidèrent de se concerter, longuement, avant d’agir. Alain Baché souhaitait ainsi mobiliser les voies de péage de celui de Castets afin de ralentir le trafic descendant vers la côte basco-landaise. Refus catégorique de la part du collectif. « Si, pour notre première action contre le péage, nous le payons, c’est un contresens. »

Au grand soulagement des forces de gendarmerie venues en nombre et emmenées par le major Pierre Vergely, le cortège de voitures s’est donc ébranlé vers le nord à la vitesse minimale autorisée de 80 km/h.

Tel un escargot qui gronde, leurs moteurs ont tourné au ralenti le long des kilomètres d’asphalte qui séparent Castets de Lesperon. Feux clignotants allumés et drapeaux rouges au vent, avec des motards du peloton motorisé local chargé de contenir les automobilistes arrivant derrière et des camions toujours pressés.

Une action plus symbolique que retentissante, paraphée par le passage de quelques-uns à la gare de péage. Pour payer les 1,80 € demandés à la caisse ? Oui, mais avec des centimes ou des chèques, histoire d’avoir le temps de faire connaissances avec les nouveaux salariés d’Atlandes. Une pause, avant de retrouver les blocs de béton peints de jaune qui séparent les voies de circulation de cette autoroute dont une partie de la troisième voie reste encore en travaux.

 

 

Ce jour action coordonnée contre le péage A63/RN10 à Castet dans les Landes

 

Par JP Dumartin (INDECOSACGT40)

A l'appel du Front de Gauche et  de l'association "Collectif citoyen RN10" une cinquantaine de citoyens (nes) se sont rassemblés à 17h place de la Mairie à Castets pour dénoncer :

Le Péage de la RN10 patrimoine public cédé aux appétits de Bouygues; véritable RACKETT organisé.........

L'anticipation de ce péage alors que l'ensemble des travaux ne sont pas terminés......Nous vous disions "RACKETT"

Cependant, il est encore possible de contourner les péages à Castets et à Saugnac et Muret (voir plan)

Plus d'infos sur www.NotreRN10.net

 

En assemblée générale sur la place il a été décidé de faire un cortège de voiture en opération vitesse limitée à 80Km/h  jusqu'à l'échangeur 9 Aller et retour sur Castets afin d'attirer l'attention des Elus (es) ,  populations, usagers et médias....

Une réunion du collectif, du Front de Gauche  et des associations est programmée le samedi 25 mai à Léon : 10h00 –  gymnase près de la Poste , afin de définir un programme d'actions coordonnées.

INDECOSA CGT se félicite de cette initiative qui est un  prolongement des*actions des années 1993 à 1995 pour la même cause, et qui avaient eu pour effet de "casser" le décret Juppé qui voulait déjà à l'époque privatiser la RN10.

INDECOSA CGT participera avec ses moyens au "Collectif citoyensRN10" qui se met en chantier...

 

*Actions

A l'époque, la DDE/CGT avec les associations de consommateurs ADEIC, INDECOSACGT, CSF, UFCS (Union Féminine civique et sociale) , s'étaient  coalisées dans une association "nationale10" pour défendre le service public. Un vaste mouvement de protestations (par pétitions; délégations, manifestations, occupation des aire de repos, motions communales, débats, etc..) s'est déroulé avec l'appui des partis politiques de gauche (PCF et PS) , des Elus et  parlementaires.....L'arrivée de la "gauche plurielle" au pouvoir en 1995, à permis de concrétiser cette lutte par la suppression du décret Juppé et par la mise aux normes autoroutière de cet axe routier N/S dans la traversée des Landes.

20 ans plus tard, ils sont revenus par les "fenêtres" avec l'assentiment du parti politique dominant dans les Landes....Il n'y a pas de fatalité à cela, nous devons reprendre le "combat" pour la réappropriation de l'A63/RN10 dans le giron public...

"Quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été pêché,  alors le visage pâle saura que l'argent ne se mange pas" Sitting Bull, Grand Chef Sioux (1831-1890)
 
Adishatz
 
 
 

 

A notre façon : inaugurons la mise en péage de la RN10 !

 

Par Alain Baché, secrétaire départemental du PCF des Landes, Conseiller Général d’Aquitaine

 

Comme vous le savez, la RN 10 a été offerte en cadeau à une société privée qui va ainsi pouvoir faire du "fric"sur le dos des usagers de cet axe routier !

Certains l'ont rêvé, eux ils l'ont fait ! Non ce n'est pas un rêve, le bingo va tomber ! 26.000 véhicules/jours + des dizaines de milliers de camions, la hotte du Père-Noël va-t-elle débordée d'euros en quelques jours.

Bien sûr, comme nous l'avons dénoncé publiquement (blocage du péage, plus de 10.000 pétitions...) et par voie de justice (avec notamment un recours auprès du Conseil d’Etat), ce cadeau manifeste s'inscrit dans une logique de faire payer toujours les mêmes pour faire grossir les profits. 

Et pourtant ils nous l'avaient promis : les Landais ne devaient pas s'acquitter du droit de passage... Et vous ne le savez peut-être pas, là aussi c'est comme le changement, une promesse de plus qu'ils ne tiendront pas...

Et oui, révoltant, scandaleux, vol de biens publics, non respect de la règlementation, et pourtant la RN10 sera payante entre Saugnacq-et-Muret et Saint-Geours-de-Maremne !

Loin d'abandonner le combat, loin de se résoudre à cette situation, nous appelons les Landaises et les Landais à participer massivement à une action sous forme de rassemblement et d'opération "péage chèque". 

Rendez-vous le Mardi 7 Mai à 17h

Place de la Mairie de CASTETS

L'idée étant de se rendre en "cortège véhicules" jusqu'à la barrière de péage de CASTETS et de s'acquitter du droit de péage en payant par chèque.
Nous appelons toutes celles et tous ceux qui veulent s’engager dans cette action à nous rejoindre. Organisons une présence nombreuse de véhicules pour continuer à manifester notre désaccord. Ensemble nous pouvons, nous devons nous faire entendre !
Renseignements : 05 58 46 41 41

 

 

 

Privatisation de la RN10 : la colère puis l'action !

 

La Société Atlandes peut se frotter les mains ! C’est « bingo »,les petits euros vont tomber dans les mains des actionnaires et c’est parmillions qu’une fois de plus, les profits des sociétés autoroutières vont secompter.

Ah oui, ils peuvent dire merci de ce cadeau. Ainsi la RN10 aura vécu !

Après une mise aux normes autoroutières décidée entre 1997 et 2002 par le ministredes Transports communiste, Jean-Claude GAYSSOT, payé donc par les denierspublics –nos impôts - voilà qu’à partir d’aujourd’hui tous les automobilistes qui fréquenteront cet axe devront payer une seconde fois. « Elle n’est pas belle la vie ! ».

Et pourtant, les Landais ne devaient pas s’acquitter du droit de passage.

Oui, oui, on nous l’avait promis. C’est sûrement comme le changement que l’on nousannonçait au printemps dernier !

Décidément, là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir. C’est ce que doivent penser celles et ceux qui ont pris la décision de privatiser cet axe routier.

Alors, oui, une nouvelle fois payer, s’acquitter d’un droit de passage, devrais-je dire, va créer du mécontentement en l’espèce bien légitime.

Pour notre part, nous allons continuer, comme nous l’avons fait depuis de trèsnombreuses années, à mener le combat !

D’ailleurs, il est regrettable que peu se soient élevés contre ce « vol manifeste d’un bien de la Nation », et aussi contre l’élargissement de cet axe routier qui ainsi va devenir un peu plus un aspirateur à camions et voitures !

Et oui, quand on parle d’environnement et de développement du transport ferré, il y a là de quoi s’interroger !

Et si notre colère est grande, pour autant la lutte n’est pas terminée.

A bon entendeur, salut ! Et à votre bon cœur, Messieurs, Mesdames !

 

 

 

Alain BACHE

Secrétaire départemental du PCF

Conseiller Régional d’Aquitaine

 

 

 

 

Si chères autoroutes… de la finance

 

 Les usagers des quelques 9 000 kilomètres du réseau autoroutier concédé que compte notre pays n’en peuvent plus de subir un racket financier quotidien au service des actionnaires des sociétés concessionnaires. Depuis la privatisation du réseau en 2005, pour seulement 14,8 milliards d’euros, les profits issus des péages coulent à flots pour les trois groupes qui se partagent désormais le gâteau : Vinci, Eiffage et Abertis. Ce sont plus de 5 milliards d’euros qui ont été versés aux actionnaires sous forme de dividendes en seulement 6 ans !

 La politique de rentabilité de ces groupes fait régulièrement l’objet d’enquêtes, toujours plus approfondies, qui démontrent à chaque fois la véritable rente tirée de l’exploitation du bitume. La déconnexion est de plus en plus flagrante entre les tarifs supportés par les usagers et la réalité des amortissements, des investissements et des coûts d’exploitation du réseau. Ainsi, le bénéfice net par kilomètre parcouru s’est envolé de 52 % entre 2005 et 2010.

 Face à cette dérive sans précédent, il n’est pas inutile de rappeler que les autoroutes françaises font partie du domaine public de l’État, que « l’usage des autoroutes est en principe gratuit » (article L.122-4 du code de la voirie), mais que l’Etat confie à des sociétés le soin de les gérer via des délégations de service public, sous la forme de concessions accordées pour des durées très longues. Bien entendu, les sociétés concessionnaires sont liées par une convention et un cahier des charges signés avec l’État, au respect d’un certain nombre de contraintes, dont, notamment, l’application des conditions tarifaires. Au regard des dérives constatées, y compris par la Cour des Comptes, il apparaît indispensable de remettre la main sur le grisbi du lobby autoroutier.

 Malheureusement, aucune remise en cause sérieuse ne semble à l’ordre du jour. Ainsi, les tarifs de péages continuent d’augmenter à des rythmes très supérieurs à l’inflation, et sans lien avec la baisse du pouvoir d’achat des usagers. Pire, la crise accentue même les recettes et le chiffre d’affaire des groupes. D’abord, parce que les salariés, ou les demandeurs d’emploi, sont contraints de se déplacer toujours plus loin pour leur travail ou leur recherche, le plus souvent en direction des métropoles régionales desservies par le réseau autoroutier. Ensuite, parce que la déstructuration des horaires de travail, et les moyens insuffisants pour le développement des transports en commun, obligent à se reporter sur les autoroutes.

(...)

Et quel pied de nez adressé aux usagers, quand le groupe Vinci, valeur du CAC 40, annonce chaque année des bénéfices nets de près de 2 milliards d’euros, et qu’il en reverse au moins 50 % sous forme de dividendes à ses actionnaires ! Il est plus que temps pour l’Etat de revenir sur les largesses accordées aux concessionnaires. La convergence des initiatives citoyennes sur les territoires doit participer à faire bouger les lignes face aux sirènes des autoroutes… de la finance.

 

André Chassaigne,

Président du Groupe Front de Gauche à L'assemblée Nationale

Chronique publiée dans le journal La Terre.

 

 

 

Le scandale de la privatisation de la RN10

 

Malgré la mobilisation des communistes et du Front de Gauche en phase avec les usagers contre ce somptueux cadeau à un grand groupe privé « la société Atlandes » filiale du groupe Bouygues,  bientôt les utilisateurs de la R.N.10 devront s’acquitter de 13 Euros aller-retour de Tarnos à Bordeaux.

 

Les travaux de mise en place des postes de péage avancent à grand pas.

Pourtant les 10.000 signatures à notre pétition remise en préfecture des Landes il y a un an avançaient trois arguments pour maintenir la gratuité sur cette portion de la R.N.10 :

 

- La remise en cause de la continuité de la RN10 entre Paris et la frontière espagnole.

- L’atteinte à l’égalité des droits des usagers : au nord de Bordeaux et au sud de Saint-Geours-de-Maremne : choix entre RN10 et autoroute, alors qu’entre Saugnacq-et-Muret et Saint-Geours-de-Maremne, il n’y a plus que l’autoroute avec péage.

- Le préjudice pour les contribuables français qui ont financé la mise en 2x2 voies aux normes autoroutières.

 

Une fois de plus la notion d’égalité inscrite dans la Constitution est bafouée.

 

 

 

De retour de la Préfecture des Landes...

Le mercredi 14 décembre 2011, une délégation d'entre nous a été reçue par le directeur de cabinet du Préfet des Landes. A cette occasion, nous lui avons remis une pétition signée par plus de 8.000 personnes, habitant à la fois les Pyrénées Atlantiques, les Landes et la Gironde.  Voici quelques premières informations :

  • Contrairement à ce qui avait été annoncé par H. Emmanuelli, il semblerait que cette autoroute ne soit pas plus gratuite pour les Landais que pour les autres.
  • Le péage sera installé et fonctionnera avant même que les travaux de finalisation de mise aux normes autoroutières ne soient effectifs.
  • Aucune voie parallèle n'est prévue, sauf à passer par Mont-de-Marsan.
 
  • Nous avons rappeler combien cette situation était inadmissible, à nos yeux anticonstitutionnel (voir article précédents, ci-dessous), et profondément injuste. 
  • Nous ne comprenons pas (ou trop bien) pourquoi ce serait aux usagers de la RN10, qui l'ont financée par leurs impôts, et qui sont donc propriétaires de cette route, de payer pour l'utiliser, surtout dans le contexte d'augmentation général de tous les prix que l'on connait. 
  • Nous avons également critiquer ce choix dans un contexte de désinvestissement de l'Etat dans le fret, favorisant ainsi le tout-camion, ce qui nous semble un contresens historique et un retour en arrière impardonnable à une époque où l'on sait le besoin pressant de diminuer la pollution. 
  • Nous avons rappelé également que de très nombreuses personnes utilisent cette voie pour aller travailler ou pour étudier, ce qui réduirait d'autant leur salaire, ou enfoncerait dans la difficulté ceux qui n'ont déjà que peu de moyens financiers. 
  • Nous avons développé de nombreux autres arguments.
Nous sommes décidé à poursuivre notre mouvement. Vos messages nous y encouragent. Nous réfléchissons à la forme que nous voulons donner à ce combat. Nous vous en informerons, et vous inviterons, pour ceux qui le peuvent, à participer. En attendant, vous pouvez bien sûr continuer à signer la pétition en ligne, à la partager sur facebook et à la faire connaître par mail et par bouche-à-oreille. Toutes les suggestions/idées/argumentaires sont les bienvenues

Sud-Ouest : Une pétition contre la mise à péage de la RN10 remise au préfet

Article de Sud-Ouest du 14 décembre 2011. Retrouvez cet article dans son contexte original :  http://www.sudouest.fr/2011/12/14/mont-de-marsan-une-petition-contre-la-mise-a-peage-de-la-rn10-remise-au-prefet-580971-3452.php

 

Une délégation de la Fédération des Landes du Parti Communiste français et de l'association Nationale 10 s'est rendue en préfecture ce mercredi pour remettre au préfet une pétition de 8000 signatures contre la mise à péage de la RN10.     Christian Duprat et Alain Baché, les porte-parole de la fronde contre la mise en concession de la RN 10. Photo d'archives Pascal Bats pour Sud-Ouest   Une pétition rassemblant 8000 signatures a été remise ce mercredi matin en préfecture par une délégation de la Fédération des Landes du Parti Communiste Français et de l'Association Nationale 10, basée à Labouheyre. Le document conteste la mise à péage de la route nationale 10 et conteste le rendu du Conseil d'état qui a annulé il y a deux mois le recours que la délégation avait déposé contre la décision de la mise en concession de la RN10 sur le tronçon landais Saugnac-et-Muret / Saint-Geours-de-Maremne.   Ce mercredi matin, la Fédération des Landes du Parti Communiste Français et l’Association départementale des élus communistes et républicains, représentées par leurs secrétaires respectifs Alain Baché et Christian Duprat, ont rappelé leurs revendications. " Ce projet, les Landais n'en veulent pas, indique Alain Baché. D'abord, parce que le tronçon sera payant, ce qui portera un préjudice financier aux personnes l'empruntant tous les jours pour aller travailler ou aux étudiants du sud de département qui suivent des cours à Bordeaux. Ensuite parce qu' on est ici  à contresens de l'histoire. On nous demande de moins prendre la voiture, on fait des conférences sur le réchauffement climatique et en même temps on construit des autoroutes."     Le secrétaire départemental du Parti communiste rappelle par ailleurs " que l'Etat a obligation d'aménager des axes parallèles". Or "dans les Landes, l'A63 va s'installer sur la route nationale, poursuit Christian Duprat. Entre Saugnac et Muret et Saint-Geours de Maremne, les usagers n'auront d'autre choix que d'emprunter la section à péage.Nous contestons le rendu du Conseil d"Etat qui contourne la loi".   Le PCF entend poursuivre l'action quitte "à perturber les travaux" de mise à 2X3 voies qui doivent se terminer en juin 2014.  

RN10 - A qui profite la privatisation ?

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Ecologie et des transports, a signé la mise en concession d'une partie de la RN10 avec la société Atlandes, filiale du groupe Bouygues, le 17 janviers dernier.

Ainsi, une autoroute privée va être installée sur la portion Saugnacq-et-Muret - St-Geours-de-Maremne dela RN10. 

 

Cadeau somptueux à un grand groupe privé qui va amasser d'importants profits sur le dos des usagers de cet axe routier (6 fois le montantdes fonds investis !).

 

C'est donc Atlandes, pour un financement de 1,1 milliard d'euros, qui exploitera pendant 40 ans cette concession. On estime que 30.000 véhicules empruntent chaque jour cette fameuse RN10 entre Sud-Gironde et Sud-Landes, dont 30% de poids lourds. Ce chiffre n'est qu'une moyenne annuelle. Il explose l'été.

 

Faîtes le calcul !   30.000 véhicules par jour, dont 30% de poids lourds, soit :   20.000 voiture à 6,50€  + 10.000 camions à 30€ = 430.000€ par jour, x 365 jours = 156.950.000 par an x 40 ans = 6.278.000.000€...   Pas mal pour un investissement de 1,1 milliards d'euros...   L'autoroute prenant la place de la RN10, il n'y a pas de voie de substitution, il n'y a que le choix de l'autoroute.   >>> Face à ce scandale, la Fédération des Landes du Parti Communiste Français et l'Association Départementale des Elus Communistes et Républicains ont déposé un recours devant le Conseil d'Etat (voir ci-dessous)  

NON à la privatisation et NON au péage de la RN 10 !

 

Une autoroute privée va être installée sur la portion Saugnacq-et-Muret / Saint-Geours-de-Maremne de la RN 10. Cadeau somptueux à un grand groupe privé qui va amasser d’importants profits sur le dos des usagers de cet axe routier (6 fois le montant des fonds investis !) Face à ce scandale, la Fédération des Landes du Parti Communiste Français et l’Association Départementale des Elus Communistes et Républicains ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat.   Trois arguments sont avancés :

  • La remise en cause de la continuité de la RN 10 entre Paris et la frontière espagnole.
  • L’atteinte à l’égalité des droits des usagers : au nord de Bordeaux et au sud de Saint-Geours-de-Maremne : choix entre RN10 et autoroute, alors qu’entre Saugnacq-et-Muret et Saint-Geours-de-Maremne, il n’y a plus que l’autoroute avec péage.
  • Le préjudice pour les contribuables français qui ont financé la mise en 2x2 voies aux normes autoroutières.
  Cette portion devrait être gratuite pour les Landais. Mais selon quels principes ? Pendant combien de temps ?     Ensemble, nous exigeons le respect de la notion d’égalité inscrite dans la Constitution Française par l’annulation de la mise en concession de cette portion de la RN 10, par le maintien de sa gratuité.  

.
 

Quelques dessins pour comprendre le prix de l'essence...

Action contre la privatisation de la RN 10

Signez la pétition !

 

Une autoroute privée va être installée sur la portion Saugnacq-et-Muret / Saint-Geours-de-Maremne de la RN 10.  Face à ce scandale, la Fédération des Landes du Parti Communiste Français et l’Association Départementale des Elus Communistes et Républicains ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat.   Ensemble, nous exigeons le respect de la notion d’égalité inscrite dans la Constitution Française par l’annulation de la mise en concession de cette portion de la RN 10, par le maintien de sa gratuité.