Élections européennes, retrouvez notre campagne europedesgens.fr

publié le 12/12/2018

18 décembre: Journée internationale des migrants

Le refus de voies légales et sécurisées de migration continue à tuer dans la Méditerranée avec une indifférence coupable et scandaleuse des gouvernements européens. En effet, il y a quelques jours, 15 migrants ont été retrouvés morts de faim et de soif dans une embarcation de fortune au large de la Libye à la dérive depuis plus de 10 jours.

Durant cette même semaine, SOS Méditerranée et MSF sont obligés de « jeter l’éponge » face à l’immobilisme, et au mépris de Macron et des gouvernements européens qui leur refusent tout pavillon. Ils n’iront plus en mer et ne participeront plus à des missions de sauvetage en Méditerranée. On pourrait ajouter à ce constat le silence, l’immobilisme du gouvernement français qui n’a jamais voulu porter le débat public du pacte mondial sur les migrations de l’ONU et qui a fini par envoyer un secrétaire d’État à Marrakech en laissant tous les mensonges s’installer.

Le pacte a certes été approuvé par 159 pays sur 193 et sera présenté à la ratification de l’Assemblée générale de l’ONU le 19 décembre ; mais en plus, des États-Unis qui s’étaient retirés du processus dès décembre 2017, l’Autriche, l’Australie, la République tchèque, la République dominicaine, la Hongrie, la Lettonie, la Pologne et la Slovaquie se sont aussi exclus de ce travail de coopération internationale. De plus, 7 pays ont souhaité plus de consultations internes comme la Belgique, la Bulgarie, l’Estonie, Israël, l’Italie, la Slovénie et la Suisse, et la coalition du gouvernement belge a explosé lors de l’annonce de la présence du 1er ministre belge à Marrakech le 10 décembre.

Cette rapide énumération démontre la folie de l’Europe-forteresse. Elle se renforce et montre son aptitude « à succomber aux peurs et aux faux narratifs sur les migrations », comme l’a précisé Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU.

La manipulation de la droite et de l’extrême droite en France et en Europe au sujet du contenu de ce pacte en est une terrible illustration. Ce pacte, non contraignant pour les pays, recense des principes – défense des droits de l’homme, des enfants, reconnaissance de la souveraineté nationale – et liste des propositions pour aider les pays à faire face aux migrations en échangeant des informations, des expertises, des expériences. Il reste certes, très loin de l’instauration de voies légales et sécurisées que le Parti communiste défend, mais a pour but d’apporter une contribution importante au renforcement de la coopération relative aux migrations internationales. Les gouvernements européens ont, une nouvelle fois, eu peur de ce débat et l’ont laissé à la droite et l’extrême droite qui ont utilisé leurs méthodes habituelles : manipulation, mensonge, hystérie…. Lors de la commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918, la chancelière allemande, Angela Merkel, avait évoqué le 70e anniversaire de la Déclaration des droits de L’homme de l’ONU de 1948 avec un certain scepticisme ou nostalgie en disant : « Serions-nous aujourd’hui capables, en tant qu’assemblée des nations, d’approuver, comme en 1948, la Déclaration universelle des droits de l’homme ? Je n’en suis pas si sûre. »

Ce scepticisme malheureusement plein de réalisme, l’hystérie qu’a déclenché « le pacte de Marrakech », l’indifférence face aux morts de migrants en Méditerranée ou l’absence de solidarité européenne pour accueillir décemment les migrants donnent une grande responsabilité à la Gauche européenne, au Parti communiste français et à toutes celles et tous ceux qui ne renonceront jamais à leurs valeurs d’hospitalité, de fraternité, de solidarité, de défense des droits humains et des droits internationaux.

Ainsi, le Parti communiste est signataire de l’appel aux côtés d’associations, de syndicats, de collectifs de sans-papiers pour manifester à Paris le 18 décembre à 18 h à l’occasion de la journée internationale des migrants au départ de la place de la République. Soyons nombreux à montrer nos valeurs de fraternité et d’indispensable égalité des droits.

Cécile Dumas
Responsable des questions migratoires pour le PCF
article paru dans Communistes du 12 décembre 2018

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus