Accueil > Font de gauche
 

L'humain d'abord - L'intégrale à lire ou à télécharger

Le programme du Front de gauche et de son candidat commun Jean-Luc Mélenchon - L'humain d'abord

L'agenda

On leur fait un dessin

On va leur faire un dessin, la web-série

 
 
 

Une sorte de vote de classe

Après cinq années d’une France à l’haleine fétide, où tant d’argent, tant de voyous en smoking, tant d’impudence et de grossièreté ont caractérisé toute la Sarkozye du haut en bas de l’appareil d’État et financier, les enseignements du second tour de la présidentielle laissent apparaître « des coupures sociologiques traditionnelles ».

Lisez : l’expression d’une sorte de vote de classe… La gauche est en effet redevenue majoritaire au sein des « couches populaires », ainsi nommées par la médiacratie. Le peuple a comme remis les pendules à l’heure, paraphant l’échec de Sarkozy de fédérer les plus modestes autour de ses thématiques ultra-droitières du « vrai travail ».

Ainsi, 70 % des ouvriers ont voté à gauche dimanche. Mieux, l’ex-prince-président n’est majoritaire que chez ceux gagnant plus de 4 000 euros par mois. Tout un symbole. Alors, vote de classe, oui ou non ? La question a de quoi enthousiasmer – ou hanter, selon sa dose d’optimisme – tous les acteurs du Front de gauche qui ont participé à la campagne citoyenne de Jean-Luc Mélenchon. Une chose est sûre : dans un contexte européen bouleversé par la défaite de Sarkozy et, concomitamment, par le score très élevé, en Grèce, de la coalition Syriza, espèce de Front de gauche locale, l’espoir ne doit pas être gâché. Au passage, notons que l’événement grec est beaucoup plus reten­tissant qu’on ne le croit. Non sans ironie, souvenons-nous des réactions pédantes, voire hostiles, des éditocrates, lorsque Jean-Luc Mélenchon, dans ses meetings, annonçait que les Grecs pouvaient très bien, eux aussi, renverser la table. Nous y sommes !

Pour la France, l’enjeu est clair désormais : obtenir une majorité de gauche à l’Assemblée et faire en sorte que la dynamique, et le nombre de députés du Front de gauche élus, permette d’orienter très clairement cette nouvelle majorité vers des solutions de sortie de crise. Ne nous trompons pas. Ce vote dit « de classe » ne peut pas être déçu, une fois encore… Une grande partie du peuple de gauche, long­temps perdue parce que trahie par la mise en œuvre systématique d’une pédagogie du renoncement, se sent de nouveau concernée.

Le Front de gauche, sans lequel François Hollande n’aurait pas été élu, a rallumé la lumière de la dignité et du combat. Com­ment imaginer l’à-venir sans elle ?

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.