Accueil > Font de gauche
 

L'humain d'abord - L'intégrale à lire ou à télécharger

Le programme du Front de gauche et de son candidat commun Jean-Luc Mélenchon - L'humain d'abord

L'agenda

On leur fait un dessin

On va leur faire un dessin, la web-série

 
 
 

Sortir de la crise austériataire

Les plans dits sociaux, cachés dans les tiroirs pendant la présidentielle, existaient bel et bien.
 

Et d’une ampleur dramatique…

On ne dénoncera jamais assez l’amoralité des patrons et des banquiers concernés, prédateurs-en-chef au cœur de cette jungle trempée dans la fange de la rentabilité, tous dénués de ce sens prétendument natu­rel des proportions humaines. Selon les estimations, entre 45 000 et 100 000 emplois seraient menacés, dans tous les secteurs. Un été meurtrier en prévision ? Après cinq années d’une France repu­gnante où les voyous en smoking ont pro­fité de la Sarkozye, les salariés en ques­tion redoutent, une fois encore, de passer dans l’engrenage destructeur des laminoirs sociaux…

Pour le gouvernement, l’ampleur du défi a de quoi donner le vertige. Car la nature de l’urgence est telle qu’il ne pourra, à aucun moment, se réfugier dans l’épaisseur du temps-long avant d’agir. Déjà, toutes leurs décisions sont jugées à l’aune de la per­ception d’intentionnalité et de crédibilité. Les premiers engagements et actes, en particulier ceux du ministre du Redresse­ment productif, Arnaud Montebourg, paraissent rassurants. Mais chacun l’a bien compris : l’épreuve du feu social réclame plus de preuves que de mots. Le volonta­risée affiché se transformera-t-il en actions de combat capables de faire vacil­let le monde de la finance ? On n’arrête pas une hémorragie avec des compresses.

Les Français ne s’y trompent pas. Dans un sondage exclusif Harris Interactive, ils placent l’emploi en tête de leurs préoccu­passions et souhaitent que ce dossier soit une priorité lors des rencontres entre Jean-Marc Ayrault et les syndicats, qui visent à organiser le contenu de la conférence sociale promise par François Hollande. Interpellé dans une lettre ouverte par Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, qui réclame des « mesures d’urgence » et un « moratoire » sur tous les licencie­ments, le Premier ministre a répondu, indiquant que le Parlement serait saisi de mesures concernant « les licenciements boursiers », de nouvelles « obligations » pour les grandes entreprises, et de « pro­positions d’ensemble permettant le renou­veau industriel ».

Alors ? D’ici quinze jours, l’enjeu politi­que est à la fois simple et clair : obtenir une majorité de gauche à l’Assemblée et faire en sorte que le nombre de députés du Front de gauche élus permette d’orien­ter cette nouvelle majorité vers des propo­situons radicales de sortie de la crise aus­téritaire.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.