Accueil > Actualité > Actualité politique
 

Le Front de gauche

Le Front de gauche
 
 
 

Déclaration de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF au soir du second tour des législatives 2012

Les premières estimations, ce soir, confirment le basculement de l'Assemblée nationale à gauche. La page du pouvoir sarkozyste en France est définitivement tournée mais le parti de l'ancien président sauve un nombre substantiel de sièges. Il ne fait aucun doute que la droite saura s'en servir pour multiplier les obstacles au changement dans notre pays. L'entrée du FN dans l'hémicycle qui reste heureusement circonscrite est un signal d'alarme supplémentaire.

A gauche, le Parti socialiste parvient à son objectif et dispose à lui tout seul d'une majorité absolue. Le Front de gauche aura moins de députés malgré un gain en nombre de voix et en pourcentage mais les conditions semblent ce soir réunies pour la constitution d'un groupe à l'Assemblée. Si cela se confirme, c'est une bonne nouvelle pour la démocratie.

Force est de constater, cependant, que le mode de scrutin et l'inversion du calendrier électoral dénaturent la portée des élections législatives et déforment le paysage de l'Assemblée nationale au profit du bipartisme. A gauche, la majorité législative est ainsi distordue par rapport à la réalité de la majorité politique de gauche dans le pays. Le PS totalise 65% des voix de la gauche à l'élection présidentielle, près de 70% avec ses alliés aux législatives et obtient  plus de 90% des députés de gauche. Le Front de gauche totalise 25% des voix de gauche à la présidentielle, 15% aux législatives et compte moins de 5% des députés de gauche. C'est une anomalie provoquée par une logique institutionnelle implacable qui, de scrutins en scrutin, a permis aux deux plus grosses formations de monopoliser aujourd'hui 90% des sièges à l'Assemblée nationale.

En dépit de cette injustice, le Front de gauche avec l'influence qui est la sienne dans le pays, avec ses deux groupes au Parlement, ses élus sur le territoire et au Parlement européen, entend être une force d'initiatives et de propositions active et positive pour la réussite du changement dans notre pays.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Il y a actuellement 11 réactions

  • Idéal communiste

    Bonjour Laurent

    pour info,

    http://sos-crise.over-blog.com/article-quand-les-pseudo-socialistes-elim...

    fraternellement, "eva" (Chantal Dupille)

    Par eva R-sistons, le 24 juin 2012 à 05:28.

  • Que reste -t-il du FdG?

    En préambule qui pourrait se permettre de jeter la pierre sur JL Mélenchon?

    Il a été désigné non pas par un coup de force mais de façon légitime,il a su mobiliser, fédérer,refaire prendre conscience qu'il existe une classe d'opprimés au delà de toute notion ethnique,communautaire,religieuse et ainsi réunir,donner un objectif,la prise du pouvoir de façon citoyenne,la constitution d'une VIème République,la priorité à une planification écologique,un projet pour une réorientation de l'Europe vers plus de solidarité et de social,....

    Imaginons la situation du PCF aujourd'hui hors FdG,celle en pire d'EELV,celui d'une représentation nationale sine materia,d'une représentation cosmétique,aurions nous accepter des tractations d'avant premier tour avec le PS(nucléaire contre sièges) nous ayant fait perdre notre âme ,notre rôle de porteur d'espoir,aujourd'hui le PCF reste fidèle à une autonomie critique en refusant un strapontin dans un ministère social nous cantonnant à celui de potiche...

    Pourrait on encenser Syriza en se comportant comme le PASOK?

    Amitiés citoyennes à tous,nous sommes tous des Grecs

     

    Par bernard louis marie, le 21 juin 2012 à 11:14.

  • Maintenant la suite pour le PCF

    Je ne suis pas membre du PCF, bien que j'adhère à pas mal de positions politiques du PCF, à l'exception du choix du nucléaire civil pour la production d'électricité ainsi que de la position du PCF en politique Internationale. Je suis donc assez détaché pour porter un jugement très dur sur la lente érosion du parti comme ses choix stratégiques qui sous le couvert de bons résultats, liés à une augmentation du nombre des électeurs, se  traduisent par aux moins cinq défaites successives:

    Laurent échoue à l'élection sénatoriale; dans la foulée le PCF perd un sénateur.

    Les fanfaronnades de Mélenchon, renégat du PS mandaté par le PCF pour représenter le front de Gauche se traduisent par un résultat relativement médiocre à l'élection présidentielle et par son élimination dés le premier tour aux élections législatives.

    Les législatives toujours, faute d'une analyse cohérente de l'évolution politique liée en partie au redécoupage des circonscriptions et à l'absence de négociations constructives avec les autres partenaires de la gauche-PS-écologie, font perdre la moitié des sièges au groupe du PCF.

    A travers cette succession d'échecs qui se traduit comme écrit plus haut par une lente érosion de la participation du PCF dans les structures liées au choix des décisions politiques influant sur la conduite de la France et donc indirectement sur le quotidien de tous les militants communistes, il parait logique et évident d'envisager rapidement tout d'abord le changement des membres la direction du PCF à commencer par son premier secrétaire qui manifestement ne fait pas le poids pour repositionner le PCF dans une dynamique influente sur la scène politique. Il paraît en suite essentiel de se défaire du leader charismatique du Front de Gauche, Mélenchon, pour adopter une personnalité réellement gagnante soucieuse avant tout de l'intérêt des militants et des électeurs au quotidien plutôt que de conserver un perdant, Mélenchon donc, qui a polarisé une grande partiee de son énergie dans une lutte vaine contre le fascisme en pleine expansion, ce qui est certes louable mais guère efficace au vu des résultats. Car face au fascisme, à ces criminels en puissance, l'histoire a maintes fois prouvé que l'enjeu ne se situe plus dans la lutte au niveau des instances démocratique, mais dans la peur, la violence et le sang.

    Par rapport à votre enthousiasme ma position n'est guère optimisme, en sachant pertinament que ces lignes équivalent à "pisser sur un violon". En sachant aussi qu'en persistant dans ses erreurs stratégiques et dans ses choix quasi réactionnaires le PCF reste condamné au rôle d'analyste du monde politique, non à celui d'acteur partie prenante des réformes constructives présentées dans son dernier programme électoral, vraiment bien construit, réaliste et objectif.

    Par DUPUY, le 20 juin 2012 à 20:30.

  • Démocratie et représentation

    Comme le dit Pierre Laurent, la représentation nationale des électrices et des électeurs est biaisée voire volée ; ainsi, le FDG qui a réalisé 6,91 % au 1er tour (13,6 % pour le FN) puis 1,08 au 2nd tour (3,66 pour le FN) a 10 élus à l'Assemblé (2 seulement pour le FN) ! Comprenne qui pourra !

     

    Par Menfin59, le 18 juin 2012 à 17:35.

  • à la suite

    À la suite de mes camarades, je dirai que puisque le site du PCF commence sérieusement à être utilisé par les nôtres et au delà, il serait donc très profitable que nos responssables de partis s'expriment un peu plus, plus longtemps, plus souvent, et plus clairement afin que les militants puissent faire leur travail. Diffuser l'avis du parti et essayer de convaincre derrière.

    Je me sentirai très très trèèèèèès con de voir des ministres communistes au gouvernement après avoir dit et répéter à des amis issus du PS que le FdG et donc le PCF ne peut participer à un gouvernement soc-lib avec un programme économique aussi mollasson et peu ambitieux.

     

    Et si ça va se décider à la conférence nationale car la direction souhaiterait dans un esprit démocratique connaître officiellement l'avis des membres, et bien qu'on le dise explicitement et qu'on informe le militant de base et les gens de l'extérieur (par le site donc) ce dont il va être question à Paris.

    Par Eleogan, le 18 juin 2012 à 17:18.

  • D'abord, je ne comprend pas

    D'abord, je ne comprend pas comment se fait-il que le site du parti n'informe pas sur nos candidats élus. Dix il paraît, mais qui ? Pas pour moi, mais pour ceux, non membre qui voudraient se renseigner. Ça me désole ce fonctionnement !

    À propos de savoir s'il faut-il participer ou non au gouvernement.

    - D'abord commençons par le commencement : qui pose la question ? Est-ce le PS qui nous demande de venir? Si oui, pourquoi ne sommes nous pas au courant ? Si non pourquoi poser la question puisqu'il ne veulent pas de nous?
    J'ai pas la réponse, je n'ai peut-être pas compris la démarche de notre direction mais tout ça devra être clarifié.
    - Sur le fond, et pour être succint, je m'en tiendrai aux faits.
        - Si DSK n'avait pas  été mis en examen pour ce qu'on sait, il aurait été candidat du PS à la Présidentielle. L'ex-président du FMI aurait été le candidat du PS ! La finance internationale aurait été tranquille. Rappelons ici que Martine Aubry a félicité publiquement l'ancienne ministre de Sarko, Christine Lagarde, pour avoir remplacé DSK à la direction du FMI.
        - Hollande, dans sa tournée Britannique a rassuré les marché financiers en disant de lui même qu'il n'était pas dangereux… et en montrant tout le mépris qu'il avait pour les communistes «qui n'existaient plus». D'ailleurs pour les élections, il a multiplié les manoeuvres contre le Front de Gauche, et, dans certains cas a désigné nos candidats comme des gens à abattre. En fait il semble qu'il a changé d'alliance, en se tournant du côté des Verts, plus accomodant que nous, car très sensibles aux places offertes.
        - Contre l'avis du peuple français, le PS à été favorable au Traité Constitutionel, et à permis l' acceptation de celui dit, de Lisbonne. (À l'époque, pour tromper les gens, il disait qu'il y avait un volet social dans ce traité…on voit ce qu'il en est aujoourd'hui.)
        - Hollande veut, à la marge, « renégocier » le MES, pour faire inscrire la croissance économique, comme si la magie d'un mot suffisait à faire disparaître la crise économique. On aura donc une austérité avec un peu d'huile «sociale» dans les rouages de la machine capitaliste. C'est le sens de l'opération «coup de pouce» pour le SMIC (moins de 5% d'augmentation prévue !), de l'opération «retraite à 60 ans» à taux plein, pour ceux qui ont travaillé tôt et qui ont cotisé 41ans1/2, ce qui concerne 110000 personnes selon les syndicats. 41ans 1/2, mettant en pratique le slogan Sakozyste «comme on vit plus longtemps, il faut travailler plus longtemps», qui n'est en fait qu'une façon de cacher la baisse généralisée des retraites.
        - En matière de Défense, alignement total sur la politique US : maintien de la France dans l'OTAN, acceptation du bouclier anti-missile, menace contre la Chine et l'Iran, aucune auto-critique sur l'Afganistan, sur l'expédition Lybienne que le PS a approuvé en son temps, volonté d'intervcenir militairement en Syrie…
        - Localement, le Conseil Régional Aquitaine, sur proposition du PS, vient de subventionner des entreprises qui, en 2011, ont versé de copieux dividendes à leurs actionnaires… Seul le Front de Gauche a voté contre.
        On pourrait rajouter beaucoup d'autres éléments, mais rien qu'avec ça, en ce qui me concerne, je trouve que c'est largement suffisant pour dire qu'on a rien à faire dans ce gouvernement là.
        Plutôt que de défendre un gouvernement qui a déjà mis en place un programme qui tourne le dos au notre, Il vaut beaucoup mieux que nous consacrions notre temps, notre argent et nos méninges à être au service du peuple, à soutenir, à éduquer, à apprendre, à organiser et à redonner de l'espoir en construisant, dans le cadre du Front de Gauche, une alliance de ce qu'il y a de meilleur dans notre société, ce qui un jour, nous permettra de peser efficacement dans notre société.

     

    Yves Castay
     

    Par YVES CASTAY, le 18 juin 2012 à 11:18.

  • participation au gouvernement

    pour moi il ne faut absolument pas participer à ce gouvernement de "pseudo gauche" 

    Par Loic Quettier, le 18 juin 2012 à 08:11.

  • pour moi le PC n'a pas à

    pour moi le PC n'a pas à participer à un gouvernement de "pseudot gauche"

    Par Loic Quettier, le 18 juin 2012 à 08:09.

  • logo

    J'aimerai savoir s'il y a eut un accord "nationnal " pour l'utilisation du logo FDG sur les bulletins des candidats du PS , c'est ce que m'a dit le délégué du candidat PS de ma circo dans le 31 (9ème) mais je trouve scandaleux qu'ils puissent utiliser notre logo 

    Par Loic Quettier, le 18 juin 2012 à 08:05.

  • Amère victoire

    Hier soir mon député a été élu et je n'ai pu fêter cela, car malgrès la victoire locale nous étions sur des élections nationales et quand je vois que nous perdons la moitié de nos députés j'ai une boule à l'estomac qui empêche toute joie de s'exprimer. Un groupe parlementaire c'est 15 députés même si le parlement change cette règle ce ne sera qu'une piètre consolation.

    Amère victoire que de remporter une élection certes avec plus de 60% mais seulement 33% des inscrits qu'avons nous fait pour que dans des villes politisés que sont les villes communistes, les électeurs se désinterresse ainsi de la vie politique voilà la réflexion que doit se faire le PCF avant toute décision

    Par Pierre-Alain, le 18 juin 2012 à 07:14.