Accueil > Font de gauche
 

L'humain d'abord - L'intégrale à lire ou à télécharger

Le programme du Front de gauche et de son candidat commun Jean-Luc Mélenchon - L'humain d'abord

L'agenda

On leur fait un dessin

On va leur faire un dessin, la web-série

 
 
 

Turquie/Kurdes : Le PCF demande la libération d'Abdullah Ocalan

De nouvelles violences ont à nouveau plongé la région kurde de Turquie dans la tragédie.

A l'appel du Parti pour la paix et la démocratie (BDP) et du DTK (Congrès pour une société démocratique), un vaste rassemblement populaire pacifique avait pour ambition, le 14 juillet dernier, de lancer un nouvel appel au gouvernement de M.Erdogan et à la communauté internationale pour la libération d'Abdullah Ocalan et la résolution de la question kurde.

Abdullah Ocalan, interlocuteur indispensable pour engager des discussions de paix, est depuis un an emprisonné et privé de la visite de ses avocats. Les revendications d'autonomie démocratique ainsi que la reconnaissance des droits politiques et culturels sont toujours rejetées par l'AKP (Parti pour la justice et le développement), parti au pouvoir depuis 2003.

La ville de Diyarbakir a été le théâtre de véritables scènes de guerre. La répression policière a fait un mort, des dizaines de blessés dont des enfants et a donné lieu à de nombreuses arrestations. 3 députées dont Pervin Buldan, et le maire de Diyarbakir, Osman Baydemir, ont été blessés et hospitalisés. Les co-présidents du BDP Gultan Kisanak et Selahattin Demirtas ainsi que celle du DTK, comme d'autres parlementaires ont essuyé les mêmes violences.

Le PCF condamne avec la plus extrême fermeté ces nouvelles atteintes à la liberté dont sont victimes depuis trop longtemps les kurdes. Il faut que cela cesse.

Le Président de la République ainsi que son ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius doivent résolument tourner le dos à une politique de soutien à M. Erdogan jusque là conduite par Nicolas Sarkozy. Cette politique désastreuse a profondément entaché l'image de la France, terre des Droits de l'Homme, dans la région.

Par ailleurs, une étudiante française, Sevil Sevimli, croupit depuis le 9 mai 2012 dans les geôles turques pour avoir défilé le 1er Mai. Pour ce motif, elle est accusée de "terrorisme". La France doit réclamer sa libération immédiate.

Le PCF appelle tous les démocrates à manifester leur solidarité active, en ces circonstances dramatiques, avec le peuple kurde.

Il y a actuellement 2 réactions

  • Pour compléter, et donc

    Pour compléter, et donc résumé, le PKK a changé, et il ne fait pas ce qu'il miroite de faire. Faisons attention. Quand je demande par exemple a la famille de mon conjoint ceux qu'ils pensent de laluttes du pkk pour la liberté du peuple kurde : ils me répondent qu'ils ne voient plus s'ils luttent pour l'interet de tous puis a travers cela leur interet propre. Et qu'ils sont eux des militant pour la liberté des peuples et la paix, pas le PKK.

    Par Raggy, le 18 February 2013 à 14:38.

  • Le bon allié pour la défense des droits du peuple kurdes?

    Je comprends que mon parti défende le droit des peuples opprimés à travers le monde. En l'occurrence il s'agit ici du peuple kurde. Je suis d'accord avec le fait que les gouvernements turcs et les véritables pouvoirs turcs sont capitalistes, nationalistes.Le sud est de la Turquie est laissé à l'abandon et la région n'a jamais évolué, progressé, les populations migrent vers l'eldorado du travail : Ankara,surtout Istanbul, Izmir, les sites touristiques,... Et j'ajouterais que le nord est de la Turquie est également dans cette position écnomique sociale et humaine, comme l'ensemble de l'anatollie, les populations sont endoctrinés par des progagande nationalistes religieuses, culturels. Comme vous le savez, la Turquie est un pays ou plus de 90% des richesses sont entre les mains de 5 à 10% des personnes. Sauf que j'ai un problème quand je vois l'allié politique que nous avons choisis : Le PKK. Je ne raisonne pas sur la théorie politiques qu'ils agissent, quoique je remarque que sur le terrains ils sont sur d'autres bases politiques que le socialisme l'égalité entre les peuples, la démocratie. En effet, quand vous voyer dans les rues les lieux de regroupements des populations kurdes en France et qu'ils récoltent "leurs dons","leurs contisations" par la force la brutalité, la menace d'aller chez eux, les emb^tés sur leurs lieux de travail,... Sachant qu'ils ont des fonsd en volant les eservices publics, sachant que le parti communiste kurde, et d'autres partis comme le parti de la liberté et de la solidarité pour ne citer qu'eux ou encore le MKLP (Marksist Leninist komunist parti) sont en discidence avec le PKK, parce que le PKK n'est plus un parti révolutionnaire socialiste mais un parti révolutionnaire nationaliste, je pense que nous devrions revoir avec qui nous devrions travailler. LE BDP est un parti politique fort qui ne prone pas la violence, est un bon organisme. Je peux vous donner d'autres exemples 2 qui me viennent à l'esprit et me révolte : lorsque les 3 femmes kurdes ont été abattues sauvagement à Paris, les militants kurdes par la force ont fait baissé les rideaux de tous les commerces de la rue Saint-Denis, est ce démocratique? vous pouvez enquêter chez les commercants et leur demander. Quand vous voyez que les jeunes militants qui a travers l'europe font des formations théroiques avant de prendre les armes, rennoncent et disparaissent puis ils réapparaissent sous morts avec une déco de suicide, je me pose des questions. Je peux vous donner une série d'élément qui me pose questions? Un ancien militant PKK m'a dit par rapport au dernier exemple : tais toi et ne t'en mele pas. Parce que j'ai perdu un ami comme cela en Allemagne. S'il vous plait plaidons pour le peuple kurde mais comme je le dis : je lutte contre le plein pouvoir de mon Etat (la Turquie) ce n'est pas pour soutenir et mettre en place un contre pouvoir aussi pourri que lui.

    Par Raggy, le 18 February 2013 à 14:34.