Accueil
 
 
 
 

Campagne salaire/pouvoir d’achat : chiffres et arguments

Dans le cadre de la campagne de lutte contre la vie chère et pour l’augmentation des salaires, lancée par le PCF, économie & Politique a réalisé un dossier donnant des chiffres et des arguments.

Cela concerne :

‒ l’inflation, ses causes,  sa mesure  et son impact sur l’aggravation des inégalités,

‒ les marges de la grande distribution,

‒ l’emploi au cœur de la question des salaires.

Le panier de la ménagère

Le panier de la ménagère est constitué de 1 000 produits ou services dont les prix sont relevés mensuellement par l’Insee dans divers endroits du pays.

L’exactitude des relevés ne fait aucun doute. Mais c’est le poids très différent de chaque article ou service selon les revenus et la composition du ménage qui pose problème et que ne prend pas en compte l’indice des prix de l’Insee. Or les hausses des prix seront beaucoup plus importantes pour ceux qui sont contraints de consacrer une part importante de leurs revenus à des produits ou services qui flambent.

Ainsi, les hausses de prix touchent beaucoup plus les familles modestes et moyennes que les couches supérieures  en raison de l’explosion des prix des dépenses dites « contraintes et obligatoires » (loyer, assurances, énergie, eau, alimentation, santé…). Alors que les prix de nombreux produits haut de gamme baissent (Hifi, informatique…). Or, le poids des loyers, assurances, etc., est bien plus important dans les familles modestes que dans les couches supérieures.

Ainsi, un ménage disposant au plus de 8 000 € annuels par membre du ménage consacrera 25,5 % de ses revenus aux dépenses de logement et combustible contre 11,5 % pour celui disposant de 32 000 €, et plus.

Ce qui signifie qu’une augmentation de 10 % du poste de loyer et combustible ‒ tous les autres  postes sans changement ‒ aurait un impact de 2,5 % sur l’inflation subie par le premier ménage, tandis que la même augmentation n’aurait qu’un impact de 1,14 % sur le ménage disposant de 32 000 € à nombre de personnes identiques dans ces 2 foyers. À cette inégalité, il faudrait ajouter le fait que les plus grands consommateurs de produits informatiques et de communication ‒ qui, eux, voient leurs prix baisser ‒ sont les ménages disposant des revenus les plus importants.

Ces inégalités sont ignorées par l’indice Insee de l’inflation qui raisonne sur un panier type et ne peut appréhender  ces fortes variations.

L’inflation : qu’est-ce que c’est ? D’où ça vient ?

L’inflation  c’est l’augmentation  des prix à la consommation et le taux de référence de l’inflation  est celui de l’augmentation des prix sur une année. Cet indice est réalisé à partir  du « panier de la ménagère » de l’INSEE.

Les prix en détail

Variation des prix à la consommation en France, en % Glissement sur 12 mois
 

voir PDF

Source : INSEE

De nombreuses causes favorisent cette inflation :

‒ la spéculation qui augmente  les prix des matières premières, de l’immobilier, des céréales et autres denrées matières premières alimentaires (café, cacao…) ;

‒ le gâchis de capitaux et notamment  des investissements sans formation  suffisante (le capital cherchera à compenser l’insuffisance d’efficacité en augmentant les prix, pour maintenir sa rentabilité (1)) ;

‒ les prélèvements financiers (dividendes et intérêts aux banques) qui augmentent souvent bien plus vite que les richesses créées dans les entreprises ;

‒ l’inflation importée comme on le voit avec l’énergie ou les matières premières,  mais aussi avec des prélèvements de « domination », comme  les royalties des groupes sur leurs sous-traitants.

Par contre, il y a d’autres éléments qui, eux, favorisent la baisse des prix : l’augmentation de la productivité du travail comme celle du capital, liée en premier lieu aux progrès techniques (ce qui d’ailleurs permet une augmentation  des salaires sans favoriser l’inflation).

Lorsque la Banque centrale européenne ou les gouvernements placent l’inflation comme le premier risque auquel l’économie  pourrait être confrontée,  il s’agit surtout d’éviter que les capitaux placés voient leurs rapports rongés par l’augmentation  des prix.

Mais, pour freiner cette inflation, on cache les facteurs d’inflation  favorisant les revenus du capital (spéculation, dividendes, intérêts), mais on polarise sur le facteur salaire qui est le plus souvent présenté comme la cause, voire l’unique cause, sur laquelle on peut agir (voir le discours de Jean-Claude Trichet), et on évoque aussi le fait qu’il y aurait trop de monnaie dans l’économie. L’augmentation de la masse monétaire supérieure à la croissance du PIB favoriserait l’augmentation  des prix.

D’où l’idée d’une double réponse avancée par les libéraux : baisser les coûts salariaux (notamment les cotisations sociales patronales) réduisant ainsi les ressources de la protection sociale et freiner de la croissance de la masse monétaire.

Pour peser sur les coûts salariaux, le capital cherche à maintenir un volant important de chômage qui, pour lui, représente une garantie anti-inflation.

Concernant la croissance de la masse monétaire, celle-ci pose le problème de l’utilisation plus ou moins efficace du crédit : si on utilise beaucoup de crédits, mais pour gâcher des capitaux faute d’un développement  suffisant des capacités humaines en formation et qualification, cela provoque de l’inflation mais si, au contraire, on développe un crédit avec des taux d’intérêt  modulé d’autant  plus abaissé que l’on accroît l’emploi qualifié et la formation,  cela permet l’accroissement des richesses réelles, sans inflation.

Au contraire, peser sur le crédit utile au développement des capacités humaines  comme  sur les revenus salariaux et sociaux conduit au freinage de la croissance, dont les effets sont bien plus graves car cela enclenche des cercles vicieux pouvant aller jusqu’à la déflation.

Or, une croissance maîtrisée des prix, ce n’est pas la mort c’est même plutôt bénéfique, car cela limite les prélèvements  du capital sur les richesses et accroît donc la valeur ajoutée revenant aux salariés et à la population, ainsi que les moyens pour l’investissement.

Marges de la grande distribution

Le prix du lait est révélateur de « l’opacité » qui entoure les marges des grandes surfaces : en deux ans, de septembre 2007 à novembre 2009, le prix au producteur a baissé de 7 % alors que, dans le même temps, le prix de la brique de lait (marque distributeur) a augmenté de 11 % !

Sur une période d’observation plus longue : entre 1992 et 2009, le prix agricole du porc a baissé de 26 % alors que le prix en rayon a augmenté de 25 % ! Au cœur de la problématique : les marges que s’octroient les grandes surfaces.

Ce sont les consommateurs  et les exploitants  agricoles qui en subissent les conséquences. Tandis que la grande distribution, voire, dans une moindre mesure, les industriels  de l’agro-alimentaire se partagent  le gâteau. Pas étonnant qu’ils soient en tête du CAC 40 pour les profits.Carrefour : 0,43 Md € (+32 %), Danone : 1,57 Md (+37 %).

Salaires/emploi : même combat

Une formidable  pression patronale,  appuyée sur des politiques  ultralibérales et social-libérales,  a abouti au recul massif de la « part des salaires dans la valeur ajoutée » ainsi qu’à une croissance financière  folle (170 milliards de trésorerie dans les groupes du CAC 40, fin 2010). Pour cela le capital a utilisé le chômage, la précarité galopante et tous les moyens (2) que lui donnent  ses pouvoirs.  C’est pourquoi le développe- ment des luttes pour les salaires doit s’articuler à des propositions  crédibles et rassembleuses visant à faire reculer le chômage et la précarité et à sécuriser l’emploi et la formation.

Chômage et précarité instrumentalisés contre les salaires

Actuellement,  plus de 4,6 millions de salariés sont inscrits à Pôle emploi parce qu’ils sont soit au chômage (2,7 millions), soit dans un emploi  à temps partiel contraint (1,3 millions),  soit à la recherche d’un autre emploi (0,6 millions, catégorie D et E des demandeurs d’emploi inscrits à Pole emploi). Et au-delà, si nécessaire, le patronat n’hésite pas à mobiliser des centaines de milliers d’autres travailleurs, (femmes sorties du marché du travail, travailleurs immigrés)  pour peser sur les salaires.

Les politiques ultralibérales et sociales- libérales pré- tendent que le coût du travail serait l’obstacle  à la création d’emplois, tout en refusant de baisser les coûts matériels et financiers du capital, et donc considèrent qu’augmenter  les salaires serait dangereux,

Or, l’augmentation générale des salaires est nécessaire, non seulement pour des raisons de justice sociale et de droit à une vie décente pour tous, mais pour des raisons d’efficacité productive, de soutien à la qualification,  à la demande et à une nouvelle croissance.

Emploi et formation sécurisés : un plus pour les salaires

C’est pourquoi le développement  des luttes en France, en Europe pour les salaires doit s’articuler à des propo- sitions crédibles et rassembleuses visant la sécurisation de l’emploi,  de la formation et des revenus.

Renforcer la solidarité entre les chômeurs et les salariés en emploi

Au lieu de la pression exercée sur les chômeurs  pour accepter n’importe quel emploi ou des tentatives de division du salariat pour instaurer des travaux obligatoires pour les titulaires du RSA, il s’agit, au contraire, de promouvoir une amélioration des indemnités chômage, un retour à l’emploi avec une formation qualifiante et des services publics d’accompagnement  (transports, santé, garde d’enfants).

Précaires de tous les pays unissez-vous

En France, le MEDEF, L. Parisot en tête, fait l’apologie de la précarité, tandis que dans les instances de l’Union européenne,  c’est la « flexsécurité » que l’on monte au pinacle. Mais de partout, c’est à l’exigence de sécurisation à laquelle les peuples aspirent.  D’où les propositions du PCF contre la précarité prévoyant notamment un plan de conversion des emplois à temps partiels contraints et des emplois  aidés en emplois à temps pleins (incluant  un temps de formation) et contre l’explosion  des CDD, l’application d’un plafond très bas, graduellement réduit,  suivant les branches, pour aller très vite à 5 ou 3 %, tandis que le recours à l’intérim serait limité au remplacement d’absents et aux PME.

Mettre en échec les tentatives de relance de la guerre entre les sexes ou entre les générations

Outre  les sanctions appliquées aux discriminations à l’embauche dont sont victimes les femmes, les jeunes, les habitants des quartiers sensibles, des mesures positives doivent être prises en faveur de ces groupes discriminés. Notamment pour les jeunes, des contrats de sécurisation dès l’entrée des jeunes dans l’emploi,  à temps plein, avec un salaire décent, un volet formation rémunérée suffisamment longue,  avec un tutorat,  si nécessaire et des aides concernant le logement doivent être institués en co-élaboration  avec les syndicats et des associations de jeunes.

Une formation continue pour un retour à un emploi de qualité bien rémunéré

Il s’agirait, notamment, de viser 10 % du temps de travail en formation,  c’est-à-dire 4 ans de la vie active, avec les soutiens et suivis personnalisés pour les salariés non qualifiés, de garantir le contenu qualifiant des formations et leurs débouchés dans l’emploi de qualité. Pour cela, les contributions  financières des entreprises seront  relevées et davantage mutualisées pour un meilleur accès de tous aux qualifications (notamment les chômeurs,  les femmes et les salariés des PME).

Des créations massives d’emplois

Au lieu de multiplier  les heures supplémentaires,  il s’agirait d’accroître les salaires et d’étendre les 35 heures à toutes les entreprises nécessitant  l’ouverture  de nouveaux postes, ainsi que de s’engager vers des créations massives d’emplois  à partir des recensements de besoins d’emplois et de formation dans chaque bassin d’emploi avec les acteurs de terrain (élus, syndicalistes, usagers), dans les entreprises comme dans les services publics. Des conférences régionales et une conférence nationale annuelles seraient organisées pour définir des objectifs chiffrés de création d’emplois et de formation, ainsi que du suivi de leurs réalisations avec l’appui d’un nouveau service public de sécurisation de l’emploi et de la formation.

Une réorientation de l’argent, notamment du crédit, du local au mondial

Des moyens financiers alternatifs avec des fonds régionaux pour l’emploi et la formation au niveau local, un pôle public financier national, une réorientation de la BCE et du FMI permettraient de faire reculer les gâchis de la spéculation et de promouvoir un autre finance- ment pour les entreprises (- fonds publics autrement utilisés et contrôlés démocratiquement,-  crédits ban- caires pour des investissements à des taux d’intérêt très abaissés en fonction  des créations d’emploi, ‒ utilisation des fonds des entreprises pour  une efficacité sociale combinant  élévation de la productivité  et élévation des emplois qualifiés).

Des pouvoirs et des droits nouveaux d’intervention dans les entreprises et les banques

Il s’agirait de conquérir de nouveaux droits et pouvoirs des salariés, des CE, des syndicats, des chômeurs  et de leurs associations, des citoyens et des élus, avec des pouvoirs réels d’intervention,  de contre-proposition, de mobilisation des financements, de contrôle et d’évaluation  des résultats, dans les entreprises, les services publics et les localités. <

(1) Mais cela le mettra  en difficulté dans le cadre de la concurrence internationale, difficulté à laquelle  il cherche toujours  à répondre en supprimant des  emplois.

(2) Utilisation capitaliste de la révolution informationnelle et de son potentiel  d’accroissement de la productivité  du travail pour réduire l’emploi et freiner  les  salaires tout en  aggravant la souffrance au travail,-  exacerbation de  la  concurrence entre  les salariés sur  le marché du travail comme dans les entreprises, – culpabilisation des travailleurs accusés de « booster » l’inflation et les coûts salariaux par leurs exigences salariales, – incitation à la baisse du coût du travail, notamment par le recours aux exonérations de cotisations sociales patronales encourageant au remplacement des emplois qualifiés et correctement rémunérés par des emplois à bas salaires, – utilisation du chômage massif des jeunes et des seniors et des discriminations de genre et d’origine pour déréglementer les contrats de travail et le droit social et pour multiplier les emplois précaires, à durée de plus en plus réduite, et l’intérim, – politiques d’austérité en Europe contre les salaires, – politiques d’intégration des salariés aux objectifs patronaux (gel ou freinage des salaires contre réduction du temps de travail du gouvernement Jospin, ou le « travailler plus pour gagner plus » de Nicolas  Sarkozy), – remise en cause de la négociation de branche et interprofessionnelle au profit de celle d’entreprise. 

-

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.