Accueil
 
 
 
 

Tract - Marche des fiertés LGBT : Pour une école de la liberté, de la laïcité et de l'égalité !

La marche des fiertés LGBT de Paris avance aujourd'hui au mot d'ordre « pour une école sans AUCUNE discrimination ». En se donnant ce thème, elle achève une année scolaire qui est loin d'avoir été paisible. Avec ce choix, notre marche interroge aujourd'hui le gouvernement sur les ambitions d'un service public de l'éducation, gratuit, laïc et égalitaire pour tous et toutes, dans toute la France. Ces ambitions, force est de constater qu'elles ne sont pas au menu de notre président. A la rentrée prochaine, ce sont des milliers de postes d'enseignants qui seront supprimés, des milliers de classes fermées, et souvent là où on en a le plus besoin. Des classes surchargées et moins d'adultes dans les établissements, ça n'est vraiment pas idéal pour enseigner la tolérance et la non-violence. La prochaine circulaire de rentrée consacre pourtant un petit paragraphe à la lutte « contre toutes les violences et toutes les discriminations, notamment l'homophobie ». Le ministère affiche de bonnes intentions, mais rien ne dit quelle énergie il investira effectivement dans cette démarche. A-t-il prévu de se décharger de cette lutte contre les discriminations sur des associations agréées, dont le militantisme est admirable, mais qui ne peuvent se substituer à une équipe enseignante et encadrante formée et attentive ? Quelle assurance offre l'application de cette circulaire, alors qu'une association a attendu plus de trois ans et deux procès pour se voir accorder un agrément, et qu'une autre voit le sien attaqué en recours en annulation pour « préjudice moral » ? Et que dire de la quasi-extinction des campagnes de prévention du SI DA, ou du manque de personnel formé aux questions de santé dans les établissements scolaires ? On se demande d'ailleurs quelle sera la teneur des nouveaux programmes du primaire qui font une place à « l'instruction civique et morale », chère à Nicolas Sarkozy, ni quelle sera la place de l'homophobie dans ce catalogue de « principes de la morale » qui « peuvent être présentées sous forme de maximes illustrées ». Ça laisse rêveur. Mais le pas de danse est à présent connu. Un jour le gouvernement est forcé de reconnaître la journée internationale contre l'homophobie, le lendemain le président visite un chef d'état notoirement homophobe. Le président promet un statut de co-parentalité, le gouvernement traîne des pieds. Le contrat d'union civique, sorte de sous mariage réservé aux couples de même sexe, gène les parlementaires de la majorité. De toute façon, qui en voudrait ? La droite n'est vraiment pas crédible ! Voilà pourquoi il est important de lui rappeler ce que nous revendiquons, et d'être nombreuses et nombreux à être fier de marcher aujourd'hui. Il y a dix ans, les premiers PACS se signaient. En une décennie, l'opinion française a avancé à pas de géant sur les questions LGBT. Le Parti communiste français prend toute sa place dans cette évolution. Il propose par exemple une loi contre les discriminations, avec un volet éducatif auprès des jeunes et des personnels de l'Education Nationale, ainsi qu'un volet préventif dans toutes les entreprises et sur tous les lieux de travail. Mariage, parentalité, identité de genre, nous voulons l'égalité pleine et entière ! Parce que l'émancipation humaine et l'égalité des droits font partie intégrante de notre engagement. Le collectif « fier-e-s et révolutionnaires » regroupe des communistes et sympathisant-es qui luttent contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle et l'identité de genre, et pour l'égalité des droits. Contact et info