Accueil
 

Marchais L'expo

Georges Marchais L'Expo

Agenda

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Pierre Laurent
 

14 nov.00:00
 

Le Comité exécutif de la CES appelle à une journée européenne d’action et de solidarité le 14 novembre prochain en vue de mobiliser le mouvement syndical européen derrière les politiques de la CES décrites dans " le contrat social pour l’Europe".

La CES s’oppose fermement aux mesures d’austérité qui font plonger l’Europe dans la stagnation économique, la récession, et le démantèlement du modèle social européen. Ces mesures, loin de rétablir la confiance, ne font qu’aggraver les déséquilibres et créer des injustices.

Cette journée prendra diverses formes : grèves, manifestations, rassemblements et autres actions.

Les syndicats français, CGT, CFDT, FO, FSU, UNSA et Solidaires, appellent à participer au mouvement et s'organisent pour faire de cette journée un succès. Voir leur communiqué commun ICI.

Le Front de Gauche soutient les initiatives des syndicats pour l’emploi et contre l’austérité. Il appelle à participer aux actions qu’ils décident et soutient la journée de mobilisation contre l’austérité du 14 novembre dans toute l’Europe à l’appel de la Confédération européenne des syndicats. Il exige l’amnistie des syndicalistes criminalisés sous la présidence Sarkozy.

>> La carte des parcours et des rassemblements pour la journée d'action européenne du 14 novembre (cgt.fr)

>> Hashtag : #14Nov2012

>> Le point fixe du Front de gauche est fixé à la place Saint François Xavier (m° St François Xavier). Il sera monté à 10h. Le rdv militant : 13h30

>> Ci-joint : autocollants et tract pour la manif.

 

 
 

TRACT -

Européens, ensemble contre l'austérité

le 08 November 2012

Européens, ensemble contre l'austérité

Le 14 novembre, pour la première fois en Europe, une grève générale internationale est organisée par les syndicats au Portugal, en Espagne, en Grèce, à Chypre et à Malte. Dans le même temps, la Confédération européenne des syndicats a lancé un appel à une journée  d’action et de solidarité coordonnée partout en Europe. Le 14 novembre, c'est l'Europe des travailleurs qui hausse le ton face à l'offensive des marchés et des dirigeants européens et nationaux contre leurs droits, leurs salaires, leurs retraites... 

 

POUR SORTIR DE LA CRISE SORTONS DE L'AUSTERITE

Les plans d'austérité renforcent la crise et les difficultés des personnes s'accroissent. En Grèce, en Espagne, au Portugal, la dette publique se creuse, plan après plan. Comment penser relancer l'économie en poursuivant, pour le patronat et la finance, les cadeaux que l'on fait payer aux salarié-e-s et aux habitant-e-s ? C'est pourtant ce que s'apprête à faire en France François Hollande avec 20 nouveaux milliards de crédits d'impôts pour les actionnaires, payés par une hausse de la TVA pour tous 

CE N'EST PAS LE COÛT DU TRAVAIL QUI TUE L'EMPLOI, C'EST LE COÛT DU CAPITAL 

Non les salaires ne sont pas trop élevés, le temps de travail trop court et les vacances trop longues. C'est la rapacité du capital qui tue l'économie en ponctionnant nos salaires, les investissements, la recherche, pour augmenter ses profits. Le ministre Montebourg peut continuer à s'agiter, tout cela est de l'amusement si les diktats du Medef et de ses « pigeons » sont acceptés. 

NON, L'INDUSTRIE NE REPRESENTE PAS LE PASSÉ

750 000 emplois industriels détruits en France, bravo la droite ! Il n'y a pas de fatalité à exploiter les bas salaires partout dans le monde, voire le travail des enfants, pour fabriquer les biens dont nous avons besoin. D'autant qu'un pays qui ne produit pas de richesses ne peut plus coopérer, ni investir dans l'éducation, la santé et tous les services publics.

POUR L'EMPLOI ET L'INDUSTRIE, LES SOLUTIONS EXISTENT

Avec les parlementaires communistes et du Front de gauche imposons :

  •  le vote d'une loi pour interdire les licenciements boursiers,
  •  le remboursement  des aides publiques par les entreprises qui licencient,
  •  la taxation sur la réimportation des  productions délocalisées, 
  •  la suppression de la niche Copé, la baisse de l'abattement sur le montant des dividendes perçus, la taxation des compagnies pétrolières,
  •  la création d'un pôle public financier,
  •  un salaire minimum à 1700€ et une augmentation générale des salaires pour assurer une vie digne avec un salaire décent.

VIVE L'EUROPE SOCIALE 

Les baisses des salaires, la casse de l'emploi et des services publics, la destruction des droits sociaux et des femmes, le gâchis écologique, la misère ne sont pas fatals pour l'Europe. C'est même tout le contraire dont l'Europe a besoin. Construite sur la concurrence entre les travailleurs, le dumping fiscal et social, l'Union européenne court à sa perte si la solidarité, l'emploi et le redressement productif ne deviennent pas des priorités. Construite loin, très loin, des préoccupations citoyennes, l'Union européenne est aujourd'hui une des machines de confiscation des souverainetés populaires les plus élaborées ; en témoignent les mesures du Traité budgétaire.  L'Europe de la démocratie, c'est urgent !

TOUS ENSEMBLE

Pour changer la donne, face au pouvoir de la finance et de ses institutions, il faut l'union. C'est de solidarité, d'échange et de coopération dont nous avons besoin, entre peuples européens, entre organisations syndicales, associatives et politiques, dans le respect de ce qu'est chacun. Ensemble, les luttes sociales et les combats politiques vont nous permettre d'imposer aux gouvernements et à l'Europe d'autres choix et de faire reculer les prétentions de la droite et du patronat. C'est à cela que le Parti communiste, membre du Front de gauche, et ses élus veulent être utiles.