Accueil

Guadeloupe : le PCF demande au gouvernement l'ouverture de véritables négociations sans délai

le 02 February 2009

Un puissant mouvement social et populaire se développe en Guadeloupe depuis le mois de décembre dernier avec Liyannaj Kont Pwofitasyion.

Hier encore, plusieurs dizaines de milliers de Guadeloupéens défilaient à Pointre-à-Pitre, à l'appel de quarante-neuf organisations syndicales, politiques, populaires, culturelles et sportives. Ce puissant mouvement populaire s'élève contre la vie chère, les bas salaires, les retraites et les minima sociaux misérables, les licenciements, le chômage. Par leur action, ces organisations ont obtenu l'adhésion de la majorité des travailleurs et du peuple guadeloupéen pour une grève générale commencée depuis le 20 janvier et qui va en s'amplifiant.

L'Etat français refuse de répondre aux légitimes revendications et mise sur le pourrissement du mouvement. Et, fait d'autant plus inquiétant, des renforts de forces de répression venant de France arrivent en Guadeloupe.

Le Parti communiste français réclame le retrait des troupes supplémentaires venues intimider le mouvement social et exige une négociation globale et transparente. Les revendications portées par le mouvement guadeloupéen sont légitimes. La satisfaction de celles-ci s'inscrirait dans une nouvelle logique économique et sociale apte à combattre véritablement la crise, outre-mer comme en métropole . Il est urgent que le secrétaire d'Etat aux Dom-Tom, M.Jego et le gouvernement s'engagent en ce sens. C'est-ce que réclame depuis plusieurs semaines le Parti communiste. C'est maintenant sans délai qu'il convient d'engager celles-ci.

Parti Communiste Français Paris le 31janvier 2009