Accueil
 
 
 
 

Expulsion d'une nonagénaire : la loi du fric !

En raison d'impayé de loyers, une nonagénaire a été expulsée d'un établissement lucratif des Hauts de Seine à la veille du week-end. C'est la logique du fric qui a primé sur le respect de la personne.

Alors que le gouvernement annonce une loi d'adaptation de la société au vieillissement pour changer le regard sur le grand âge, il y a urgence à sortir de la logique du profil la réponse aux besoins de la perte d'autonomie. Il ne faut pas s’accommoder du diktat du profit lucratif dans le domaine de la réponse aux besoins sociaux.

Le Front de gauche et le PCF proposent une prise en charge à 100% par la sécurité sociale des soins prescrits et le développement des services publics dans le cadre de la perte d'autonomie.

Il y a actuellement 2 réactions

  • c'est une blague?

    Que c'est triste de récupérer politiquement un drame familial. Dans cette histoire, on a quoi? une famille qui décide de placer la mère en maison de retraite. Jusque là, c'est OK. Ensuite, cela a un coût que la famille n'a pas voulu assumer. C'est la mère et la maison de retraite qui trinquent parce qu'ils se sont tous fait escroquer par les fils qui ne payent pas. Pour répondre à Jenode, j'ai pas bien compris, qui t'empêche de profiter de la vie? C'est pas avec ces arguments que vous allez gagner des voix les gars. Janode, l'état c'est toi et moi. Les impots que tu payes (tu en payes n'est ce pas) tu as envie que cela soit en partie pour des vieux, qui, s'ils se retrouvent là ont pour beaucoup fait comme toi, vomi sur ce qui existe et se retrouvent logiquement en grande dépendance? C'est bien ça ton propos?

    Par gentleman driver, le 08 January 2013 à 14:59.

  • service public...

    Il est grand temps que les maisons de retraite soient un service public. Dans le cadre de la crise en période transtoire les actionnaires doivent être taxé à 100% des bénéfices et valorisations des actions ... De la vie à la mort nul ne peut profiter de la santé et de la fin de vie. Pour les sociétés nationalisations avec 0 € de remboursement de mises et les actionnaires privés de leurs droits civiques...

    Cordialement

    Par jenode, le 07 January 2013 à 18:54.