Accueil > Actualité > Economie & social
 

Revue marxiste d'économie du PCF

Front uni contre la vie chère

Front uni contre la vie chère

A découvrir

 
 
 

Emploi : « nous ne règlerons pas les questions de l'emploi avec plus de précarité »

Sur demande du gouvernement, les organisations syndicales et patronales négocient depuis deux jours pour « une meilleure sécurisation de l’emploi ». 
Ces discussions étaient censées aboutir à des accords permettant aux salariés une plus grande protection et plus de souplesse pour les entreprises. Or, depuis le début, le Medef et les organisations patronales ne cherchent qu’à en finir avec le contrat à durée indéterminé (CDI) et tentent d'imposer des accords de « compétitivité-emploi » chers à Nicolas Sarkozy. 
En fait, le Medef veut « sécuriser » les licenciements plutôt que les emplois, en faisant reculer les droits individuels et collectifs des salariés à se protéger. Alors que plus de 80% des embauches se font aujourd’hui en CDD, soit une augmentation de 15% depuis 2008, le Medef veut systématiser la précarité. 

Ce n’est certainement pas ainsi qu’on luttera contre le chômage, lutte pour laquelle le président de la République et le chef du gouvernement ont appelé à la mobilisation de tous. Nous ne règlerons pas les questions de l'emploi avec encore plus de précarité. 
Le parlement doit se prononcer et, au nom de la lutte pour l’emploi, la majorité doit refuser ce qui serait une généralisation de la précarité et un recul des droits sociaux et des droits d'intervention des salariés.

Avec le Front de gauche, dans sa campagne nationale « L'Alternative à l’austérité, c'est possible », le PCF appelle à la mobilisation pour la mise en chantier d'un véritable système de sécurisation de l'emploi. Aujourd'hui, il s'agit d'étendre les droits et pouvoirs des salariés, c'est par là que passe la sécurisation de l'emploi.

Parti communiste français,
Paris, le 11 janvier 2013.

Il y a actuellement 6 réactions

  • Echec de la gauche

    Suite aux accords signés minoritairement par des syndicats collaborationnistes,nous constatons encore un recul des droits des travailleurs dans ce pays.Plus que jamais il faut dégourdir les esprits assommés par la propagande sociolibérale.Je pense qu'il aurait mieux valu laisser le gouvernement légiférer,pour voir a quel point il était du coté des travailleurs!

    Par serge du 74, le 14 January 2013 à 12:06.

  • Le pcf

    prend le risque d'être assimiler à cette politique s'il continu de ne pas s'opposer frontalement au PS

    Par robespierre, le 13 January 2013 à 19:05.

  • Alors, on veut toujours faire "réussir" la "gauche" ?

    Le Parti va-t-il enfin sortir de sa schizophrénie politicienne ? Va-t-il continuer encore à qualifier le PS de parti de Gauche ? Il y urgence de clarification. Hollande et le PS sont au service du capitalisme et ilfaut les dénoncer comme tels!

    Par loriguet, le 13 January 2013 à 10:08.

  • Hollande: mission accomplie? Triste jour pour les travailleurs!

    Triste jour pour les travailleurs! L'accord, plus que probable, de 3 syndicats (CFDT, CGC, CFTC) avec les patrons du MEDEF pour casser le code du travail va encore accentuer la précarité dans laquelle des millions de familles sont contraintes de vivre. Ces syndicats qui, une nouvelle fois, s'apprêtent à se coucher plutôt que de lutter devraient se souvenir des négociations sur la retraite. Loin des avantages annoncés, les salariés ont pu constater que dans la pratique ils devaient travailler plus longtemps pour de plus petites retraites. Il en sera de même avec l'accord sur la flexibilité, en fin de compte ce que nous constaterons c'est plus de précarité!

    Triste jour aussi pour tous ceux qui on voté pour tourner la page des années Sarkozy. Nous savions que les ambiguïtés de la campagne de Hollande permettaient à 2 camps opposés d'espérer. Dun côté ces millions d'électeurs qui voulaient voir leur vie s'améliorer: éducation et travail pour aujourd'hui, sécurité pour demain. Quoi de plus légitime!

    De l'autre les rapaces de la banque. La vidéo " le plan de bataille des financiers" ( http://vimeo.com/40577072 ) , publiée au printemps 2012, montrait que le capital attendait en particulier 2 choses de François Hollande: le vote du traité d'austérité européen et le démantèlement du code du travail. Les Français étant très majoritairement opposés à ces 2 mesures, la droite n'avait pu les imposer. Le défi était de vendre la même marchandise dans un emballage de gauche.

    Force est de constater aujourd'hui que c'est le camp du capital qui triomphe! La bourse ne s'y est pas trompée, elle a monté de près de 30% depuis le changement de président!

    François Hollande a refusé d'organiser un référendum sur le traité Merkozy et a ratifié le texte préparé par Nicolas Sarkozy sans en changer une virgule. Sur le code du travail, il a, au côté du patronat, soutenu que ce sont les protections (pourtant bien faibles) qu'apportent aux travailleurs leur contrat de travail qui seraient responsables du chômage! Thèse que les journalistes, Chiens de Garde du patronat, n'ont eu qu'à répéter dans tous les médias du soir au matin et du matin au soir. Le résultat est là les salariés vont devoir trinquer. Pas sur qu'ils l'acceptent bien sagement....

    Capital 2, travail 0! Tel est, à ce stade, le constat affligeant de l'action de ce gouvernement. Le Front de Gauche a tout fait pour pousser François Hollande à ne pas décevoir les espoirs que les milieux populaires avaient placés en lui. Il n'y est, pour l'instant, pas parvenu.

    * Reprendre l'initiative en s'appuyant sur ce qui a marché: les propositions du programme du Front de Gauche "L' Humain d'abord" rencontrent un large écho quand elles sont expliquées clairement et simplement, comme l'a brillament démontré Jean-Luc Mélenchon pendant la campagne présidentielle.

    * Imposer l'accès au médias dont nous sommes totalement exclus pour que ces propositions puissent être connues et que les "vérités" du capital puissent être démontées. Rappelons-nous la Bastille ou le Prado, si elles sont diffusées et donc connues nos idées peuvent rassembler des foules considérables.

    * Faire partager la certitude qu' "Ensemble on peut" si nous sommes prêts aux confrontations nécessaires avec la finance et ses soutiens.

    Telles sont les clefs des victoires à venir. Ce sont aussi d'immenses défis pour le mouvement populaire mais comme le disent HK & et les Saltinbanks "Maintenant tu sais pourquoi on se bat: un autre monde on a pas le choix"

    Par ENVER, le 13 January 2013 à 13:55.

  • tout est dit

    La trahison c est maintenant Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte ouvrière : « Si le patronat est satisfait, c'est que les travailleurs n'ont aucune raison de l'être (...) Les accords de compétitivité ont été rebaptisés accords de maintien de l'emploi , mais le contenu est le même : dans chaque entreprise, les travailleurs pourront être soumis au chantage suivant : des baisses de salaire, des mutations à l'autre bout du pays, un allongement de la durée du travail ou le licenciement (...) Les autres dispositions sont à l'avenant (...) Que la CFDT ait signé montre sa docilité à l'égard du patronat et du gouvernement ». Les contreparties offertes aux syndicats « servent de feuille de vigne (...) Patrons et dirigeants syndicaux peuvent s'entendre sur leur dos autour du tapis vert, mais ils ne pourront empêcher que tôt ou tard, la colère éclate face à la dégradation des conditions d'existence, et que le monde du travail rende les coups (communiqué).

    Par robespierre, le 12 January 2013 à 17:31.

  • la derniére trouvaille

    de la gauche libérale CFDT-PS " LE LICENCIEMENT POUR TOUS"

    Par robespierre, le 12 January 2013 à 17:18.