Accueil

BULLETIN SEPTEMBRE 2009 : 1 pas en avant, 3 pas en arrière

le 29 September 2009

C'est bien la politique de ce gouvernement. Sous prétexte de rétablir l'égalité entre les pères et les mères, il souhaite revoir les trimestres de bonification pour les mères de familles. En effet, la HALDE considère discriminatoire, la mesure pour la retraite des femmes qui vise à corriger les inégalités qu'elles subissent. C'est oublier qu'une femme sur trois travaille à temps partiel et ne perçoit par conséquent qu'une retraite partielle.

Ce recul révèle, s'il était nécessaire, que nous subissons encore et toujours le système patriarcal. Et ce système sert le capitalisme en trouvant le moyen d'effectuer des réductions des dépenses immédiates : les caisses de retraite économiseraient près de 5 milliards d'euros par an selon le Conseil d'orientation des retraites (COR). Xavier Darcos, ministre du travail, envisage d'intégrer la réforme dans le projet de la sécurité sociale de 2010.

À quel moment la question de mettre fin à toutes les inégalités salariales, sociales que subissent les femmes a-t-elle été posée ? C'est pourtant le meilleur moyen de limiter l'utilisation des compensations. Et pourtant, ce gouvernement fait le choix de précariser encore plus les femmes et de les rendre de plus en plus dépendantes de leurs maris.

Sous prétexte de la crise, le risque est grand de voir la question de l'égalité entre les sexes apparaître comme une question secondaire. Depuis plusieurs années, le gouvernement s'atèle à un remodelage de la société dans toutes ses dimensions. Les femmes sont les premières visées.

Nous devons profiter de la Fête de l'Humanité et de l'opportunité que nous avons de rencontrer des milliers de nos concitoyens et concitoyennes pour faire connaître ce projet inique. Nous devons faire connaître nos propositions pour une égalité femme/homme effective dans tous les domaines.

Utilisons ce rendez-vous, attendu par beaucoup, pour faire connaître la manifestation unitaire du 17 octobre pour l'égalité femme/ homme. Ensemble, faisons souffler le vent de la révolte sociale.

Nadhia Kacel membre de l'exécutif national du PCF