Accueil

Féminisme / Communisme - Octobre 2009

le 30 September 2009

Féminisme / Communisme - Octobre 2009

Nous venons de vivre une superbe Fête de l'Humanité, tant par la participation massive que par la qualité des échanges politiques. Ce cru 2009 a vu une véritable marée humaine qui déambulait dans les allées, partageant concerts, débats, culture dans un joyeux tohu- bohu, où solidarité rimait avec fraternité.

Un évènement politique majeur qui a permis de franchir le mur du silence, 600 000 personnes et toutes les forces de gauche répondant présentes à l'appel de Marie-George Buffet ne sont pas passées inaperçues !

Une fête où la commission nationale Droits des femmes/féminisme avait délibérément choisi de ne pas programmer un débat sur les questions qui sont les nôtres, mais d'intervenir ou d'inviter des féministes à intervenir dans les débats qui donnaient la parole aux actrices et acteurs des mouvements sociaux. Nous avons voulu ainsi mettre l'accent sur une réalité fondamentale : les femmes ne sont pas une catégorie sociale, elles vivent inégalités et discriminations en raison de leur sexe, elles sont donc toujours doublement pénalisées et ce dans tous les domaines de la vie, même dans la sphère privée.Affirmant cela, il n'est pas question pour nous de tomber dans la victimisation, tout au contraire, car prise de conscience rime avec luttes. Les femmes sont les premières actrices de leur libération, même si elles n'y parviennent et n'y parviendront que dans un combat réunissant les femmes et les hommes. Pourquoi devoir toujours le réaffirmer ?

Cette fête 2009 a donc été l'occasion pour Maya Surdut et Suzy Rotmann de prendre la parole, respectivement à l'Agora et au stand du Conseil national, au nom du Collectif national droits des femmes (CNDF), pour appeler à la manifestation du 17 octobre ; Caroline Fourest a démontré la dimension féministe de toute transformation de la société ; quant à moi, lors d'un échange sur le monde du travail, j'ai tenté de rendre visible l'exploitation capitaliste renforcée par l'aliénation patriarcale que subissent les femmes.

Nous avons également pu construire une intervention, à l'Agora, de Sylviane Agazinski, sur la réalité qui se cache derrière la révision de la loi de bioéthique, notamment concernant les mères porteuses. Fête de l'Humanité rebelle, au parfum unique, qui permet de construire des ponts, des passerelles entre les luttes des femmes du monde entier. Fête qui nous donne des ailes pour prolonger nos combats, pour consolider et amplifier le Front de gauche, afin d'ouvrir une véritable alternative à gauche.

Le défi qu'il nous faut relever est de donner envie à plus de femmes de s'engager pour écrire un projet politique répondant à leurs attentes, leurs aspirations, les ateliers organisés en octobre en offrent la possibilité. Pensons les interventions à la lumière de ce que vivent les femmes, en ayant le souci d'organiser des tribunes mixtes, travaillons à une communication qui s'adresse véritablement aux femmes.

Mais les rassemblements indispensables pour gagner des majorités d'idées s'opèrent aussi dans les luttes. Soyons donc très nombreuses et nombreux à la manifestation du 17 octobre sur les droits des femmes, dans un cortège du PCF dynamique et combatif.

Laurence Cohen