Accueil > Actualité > Droits et société
 
 
 
 

Assistants sexuels pour les handicapés ne peut être un métier comme les autres (Laurence Cohen)

Le conseil général de l’Essonne prévoit, dans le cadre de son schéma départemental en faveur des personnes handicapées, qui devrait être adopté le 25 mars prochain, une fiche-action intitulée « Promouvoir les réflexions et les actions en faveur de la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap ». Il s'agit plus particulièrement d'une action visant à engager un débat/une réflexion sur le statut de l’assistant sexuel, sans doute une première en France.

 

Réflexion ou expérimentation, le PCF s'y oppose.

On se place sur un terrain affectif, celui des bons sentiments. Comment ne pas secourir des personnes aux lourds handicaps jusqu’au plus intime de leur personne ? On parle ici de la satisfaction à tout prix du désir, voire même du désir supposé de la personne handicapée, du droit au plaisir pour tous et toutes sans penser aux conséquences de cette demande auprès de celles et ceux qui devront assouvir ces désirs.

N’est-ce pas une façon de se donner bonne conscience dans une société où le droit à la différence est rejeté, où le regard de l’autre est si blessant, où le droit à la mobilité pour toutes et tous, celui du vivre ensemble sans discriminations, n’existent pas.

 

Assistant sexuel ou plus majoritairement assistante sexuelle, ne peut être un métier comme un autre. Ne serait-ce pas plutôt une façon bien hypocrite d’encourager, de légaliser une forme de prostitution, de marchandisation des corps ?

Abolitionniste en ce qui concerne la prostitution, je ne suis pas favorable, comme l’ensemble de la commission que j’anime, à la création d’assistant-e sexuel-le.

Il me semble que la priorité est de donner des moyens financiers et humains aux personnes handicapées pour qu’elles puissent vivre dans la cité dans les meilleurs conditions possibles, qu’elles ne soient pas livrées à elles-mêmes et que les structures adaptées à la nature de leur handicap soient ouvertes sur l’ensemble du territoire.

Il faut réfléchir en termes d’éducation, de formation, d’activités professionnelles, de vie sociale, pour que Valides et Handicapés vivent ensemble dans le respect et la dignité.

Ce sont des choix que, pour sa part, le PCF défend et porte depuis de nombreuses années.

 

Il y a actuellement 2 réactions

  • Le PCF doit écouter et répondre aux associations.

    Comme Marx, je défend le « socialisme scientifique » ,c'est une forme de pensée socialiste fondée sur une analyse à visée scientifique des réalités sociales, historiques et économiques. Le terme a été conçu par opposition au « socialisme utopique ». Marx souligne la nécessité de « faire du socialisme une science » en le soustrayant aux utopies et en le plaçant « sur un terrain réel » .

    Sur la question de prostitution et de sexualité des handicapés, les dirigeants PCF sont aux antipodes du socialisme scientifique ! Car ils nient la réalité, les rapports scientifique et surtout la parole des principaux intéressés !

    Je soutiens toutes les manifestations des travailleurs dans leur droit légitime d'amélioration de leurs conditions de travail. Et également quand ce sont des travailleurs sexuels ! Par exemple, le 26 octobre 2013, Environ 300 travailleuses du sexe protestaient contre la proposition de loi déposée par le groupe socialiste à l'Assemblée qui vise à sanctionner les clients. Les dirigeants PCF n'ont pas soutenu ces travailleurs, ni les syndicats qui les soutiennent (STRASS, collectif Droits & Prostitution...) De même sur la question de sexualité et handicap, les associations ont beau expliqué par exemple, qu'une mère en vient parfois à masturber son fils handicapé, et que c'est une raison supplémentaire pour la création d'une assistance sexuelle.

    Sur ces questions, les dirigeants PCF ont décidé de ne pas répondre autrement que par la prohibition.

    Les dirigeants PCF semblent aussi sourd devant les appels des prostitué-es et des handicapés, que des climato-sceptiques devant les rapports du GIEC, ou de LePenistes devant des rapports des droits de l'Homme...

    En faisant l’amalgame entre prostitution et traite, les prohibitionnistes ont condamné le débat.

    C'est indigne venant de personnes se réclamant du progrès et du dialogue constructif. Oui, sur cette question, les dirigeants PCF se comportent comme ceux du PS.

    Pourtant de nombreuses associations et de nombreux individus protestent devant ce projet dangereux.

    Comme Esther Benbassa sénatrice Europe Écologie-Les Verts qui explique que "La vertu ne sauvera pas les prostituées"

    Comme Françoise Gil, sociologue, auteure de Prostitution : fantasmes et réalités, qui dit que "Pénaliser le client n'arrangera strictement rien" "autant être clair et abolir carrément la prostitution. Je trouve que cette mesure est parfaitement hypocrite."

    Comme le STRASS (Syndicat du TRAvail Sexuel) "nous nous opposons fermement à la pénalisation de nos clients. La loi permet déjà de sanctionner les atteintes ou agressions sexuelles ainsi que les « clients » de mineurs, de personnes particulièrement vulnérables ou de victimes de travail forcé ou de traite. Aller plus loin en sanctionnant les clients des travailleurSEs du sexe majeurEs, en l’absence de tous abus ou violence, portera non seulement une atteinte inacceptable à notre liberté sexuelle mais aura aussi pour effet d’aggraver notre situation. Nous rejetons l’idée selon laquelle nous serions, par principe, des victimes qu’il faudrait sauver, ce contre notre gré".

    Pour Médecins du Monde, Arcat, Act Up-Paris, le Planning familial et Aides, « une véritable régression sociale » se cache derrière le projet d'« interdiction d'achat d'acte sexuel » visant à « éradiquer » la prostitution. En poussant les clients à la clandestinité, cette mesure n'aurait pour effet que d'accroître la précarité des personnes se prostituant. « Depuis son application en 1999, la loi n’a pas amélioré les conditions de vie des travailleurs du sexe, mais au contraire les a empirées ». Tel est le bilan sans détour du « modèle suédois » dressé par le Programme des Nations Unies pour le développement. L’Organisation mondiale de la santé, l’Onusida, et le Conseil national du sida sont par ailleurs unanimes : la pénalisation de la prostitution nuit à la santé des personnes qui la pratiquent.

    Et je ne reviens pas sur le "Manifeste contre la pénalisation des prostituées et de leurs clients" signé par plus d'une centaine d'associations...

    En dépit de ces conclusions et sans aucune considération pour les intérêts de santé publique les promoteurs de cette proposition de loi s’obstinent. Tout comme les dirigeants PCF...

    Par Raphaël Vienne, le 09 November 2013 à 12:29.

  • Les dirigeants PCF : des gourous d'une secte de masse ?

    LES DIRIGEANTS PCF : DES GOUROUS D'UNE SECTE DE MASSE ?

    Bien des femmes ne veulent pas du bonheur communiste que leur proposent les dirigeants PCF caractérisé par les valeurs de la classe ouvrière dont celles de l’amour et de la fidélité. De quel droit ceux-ci s’ingèrent-ils dans la vie privée par exemple des prostituées et de leurs clients pour décider tout seuls de ce que doit être la vie sexuelle de celles-ci et de ceux-ci ? Même quand on est handicapé(e) a-t-on forcément besoin alors de la tutelle et du catéchisme des curés et des bonnes sœurs PCF pour savoir gérer soi-même sa vie privée et sexuelle ? N’est-ce pas à chaque handicapé(e) et à chaque prostitué(e) de décider chacun et chacune comment doivent-ils organiser et gérer personnellement leur vie dans ce domaine ? Que vient faire là-dedans le PCF ? Lui fait-on remarquer par exemple que beaucoup de ses dirigeants au moins autrefois étaient souvent divorcés parce qu’ils avaient commis de nombreux adultères ? Je comprends que Mme L. C. apprécie la monogamie et la fidélité pour elle-même et moi-même c'est aussi le choix que j'ai fait puisque je suis marié de cette façon depuis plus de 40 ans. Mais le bonheur n'est pas la même chose pour tout le monde ! Les prostituées réclament-elles l'abolition de leur profession ? Ne déclarent-elles pas qu'elles aiment ça et la relation avec le client ? Ne manifestent-elles pas dans la rue pour ne pas disparaître ? La prostitution est un plaisir, la joie de vivre pour bien des professionnelles ! 500 à 1 000 € pour les jeunes puceaux et bien plus pour les vieux cochons ? Elles jouissent, s'éclatent, voire pètent les plombs alors ! Et il y a des jeunes putes sexy et sympathiques même pour les plus pauvres aussi ! Y a-t-il besoin d'un proxénète pour se prostituer à notre époque et surtout grâce à Internet ? Les curés et bonnes sœurs PCF considèrent les clients de prostituées comme des criminels ! Moi qui ai été autrefois aussi un curé PCF mais qui suis maintenant un curé défroqué je considère depuis toujours que la prostitution est un bien nécessaire ! N'est-elle pas un soin psy d'avenir non seulement pour les handicapé(e)s physiques, mentaux, psychiques, etc. mais aussi pour bien des névrosés, des psychotiques, des pervers, etc. ? Or quoi de plus humain que de faire l'amour même si l'on paie pour ça ? La femme n'est-elle pas le symbole justement de l'amour et des soins ? Et pour Freud l'argent n'est-il pas justement le symbole de ceux-ci ? Je suis très déçu que des dirigeants PCF s'ingèrent jusque dans la vie privée de millions de gens pour la régenter à leur façon personnelle et en décidant eux tout seuls de ce quoi doit être la vie sexuelle de millions de leurs concitoyens. Faire l'amour entre gens consentants est-ce vraiment faire du mal à autrui ? Quant à mon corps je dois être libre d'en faire ce que j'en veux car il n'appartient qu'à moi-même et certainement pas à l'État qui me violerait en m'imposant alors ce que je dois en faire au nom de la loi ! Chacun doit être libre de vendre ou pas sa force de travail et chacun doit être libre d'acheter ou pas celle-ci ! L’amour et la fidélité sont des valeurs de la classe ouvrière qu’on ne retrouve pas dans d’autres couches ou classes sociales de la société : ainsi certains privilégient la carrière, l’argent, les honneurs, les cours en bourse, etc. au détriment de la vie de famille, des enfants, etc. Mais des dirigeants PCF qui veulent décider tout seuls de ce que doit être la vie privée et sexuelle de millions de leurs concitoyens sans même leur demander leur avis personnel à ce sujet, ne sont-ils pas en réalité que des gourous d'une secte de masse ?

    Œdipe EX-SCHIZO

    Ancien secrétaire de la cellule PCF du Crédit Expert de Paris (pseudonyme)

    MA SCHIZOPHRÉNIE RACONTÉE...

    http://ma-schizophrenie-racontee.blogspot.com

    P. S. : autrefois ma secrétaire de section PCF me disait : "Je suis pour l'ouverture de bordels pour femmes !" et ajoutait : "Une fois par jour pour tous les hommes c'est possible !" J'espère qu'elle lira ces lignes, me reconnaîtra et confirmera son avis !

    Par EX-SCHIZO, le 05 September 2013 à 06:52.