Accueil

Honduras : seul le retour du gouvernement légitime peut garantir des élections libres et démocratiques

le 01 December 2009

Les élections au Honduras, organisées sous le contrôle d'un gouvernement putschiste, sont illégitimes. Leur résultat a d'ailleurs été rejeté par l'ensemble des pays du continent américain à l'exception des Etats-Unis et de quelques pays alliés, Colombie, Pérou, Panama...

Après avoir fait échouer les négociations qui devaient permettre le retour du président Manuel Zelaya, victime du coup d'Etat du 28 juin dernier, le régime de facto en place au Honduras a essayé de se donner une légalité en organisant des élections présidentielles dimanche 29 novembre. Nul ne peut accepter la volonté de ce régime de mettre le peuple hondurien et la communauté internationale devant un fait accompli. Reconnaître la validité d'un tel scrutin serait un facteur d'instabilité politique dans une région où les forces progressistes affrontent la contre-offensive d'une droite qui cherche sa revanche. Ce serait accepter l'impunité pour les responsables d'un nombre élevé d'assassinats d'opposants, de centaines d'arrestations et de harcèlement et persécution contre les démocrates honduriens. Ce serait la porte ouverte à d'autres coups d'Etat.

Le Parti communiste français affirme sa solidarité avec les démocrates et les progressistes honduriens qui agissent pour le retour de la démocratie et le respect du droit. Seul le retour du gouvernement légitime peut offrir le cadre nécessaire pour l'organisation d'élections libres.

Parti communiste français

Paris, le 30 novembre 2009.