Accueil > L'action
 

La dernière publication

 
 
 

ARGUMENTAIRE - Pour une transition énergétique réussie

Pour un grand débat public

Le débat engagé par le gouvernement sur la transition énergétique doit se conclure à l’automne par une loi de programmation pluriannuelle sur l’énergie.

Ainsi, les conditions démocratiques de l’organisation de ce débat sont loin de permettre à tous nos concitoyens d’en saisir les enjeux. Le risque est donc potentiellement grand qu’il se réduise à un débat d’initiés et d’experts.

Ce débat est devenu incontournable et urgent à l’échelle internationale, européenne et nationale, compte tenu des risques avérés du réchauffement climatique qui engagent le monde vers une situation dangereuse à l’horizon des années 2050. Contrairement à d’autres, pour nous, la réduction des émissions des GES reste donc d’une vitale urgence.

Les besoins énergétiques mondiaux sont grandissants, il faut juguler le réchauffement climatique à l’échelle de la planète par une réduction, rapidement massive, du recours aux énergies carbonées, remplacées par des énergies non émettrices de CO2, de préférence non intermittentes et permettant les prix les plus bas possibles : hydraulique, nucléaire (sous conditions internationales de sureté), géothermie, hydrolienne, solaire thermique et photovoltaïque, etc. L’atout majeur d’une électricité fortement décarbonée devra être non seulement conservé mais amélioré.

Nous préconisons le maintien et l’amélioration de notre système électrique, y compris sa partie production avec une composante détermi- nante d’origine nucléaire.

Un mix énergétique bâti avec une complémentarité de toutes les sources d’énergie, avec leurs avantages et leurs inconvénients, sans en exclure aucune, et en pariant sur le développement de la recherche dans tous ces domaines.

Autre point du débat : celui de « la régionalisation de l’énergie ». Ce souhait de transfert partiel de compétences aux Régions est porteur à nos yeux d’importants enjeux.

Assurément, un démantèlement du système actuel des réseaux d’énergie conduirait à une dégradation de la distribution d’électricité en France (sécurité d’approvisionnement, péréquation, emploi, indépendance énergétique). Ce serait un pas en avant vers une hausse drastique des prix de l’électricité au consommateur final.

Enfin, le risque est réel de dévoiement du système, consistant à utiliser la rente de la distribution des territoires favorisés pour équilibrer des budgets locaux des collectivités, dans le contexte d’austérité des finances publiques que nous connaissons actuellement.