Accueil
 
 
 
 

Espionnage / NSA : "Nous demandons une session spéciale du Parlement"

Les révélations du Guardian sur l’espionnage de la France et de l’Union européenne par les Etats-Unis sont extrêmement graves. En matière de défense nationale, le gouvernement français a le devoir de tirer toutes les conséquences de cet acte d’agression. La participation de la France au commandement militaire intégré de l’OTAN est directement remise en cause. De plus les négociations sur l’achat de drone MALE aux Etats-Unis doivent être arrêtées sine die. Commander de tels drones dont tous les systèmes informatiques et de télécommunication sont sous contrôle des Etats-Unis, reviendrait à donner au Pentagone et à la NSA les clefs d’une partie de notre politique de défense. Devant la nécessité de conserver une capacité de renseignement indépendante, notre pays doit sans plus attendre s’engager dans un programme coopération industriel européen pour produire et acquérir les drones d’observation dont il a besoin.

Le Président de la République doit demander des explications à son homologue étasunien. Le Parlement doit être saisi et l'Ambassadeur des Etats-Unis en France convoqué dans les plus brefs délais devant les commissions des affaires étrangères des deux chambres afin de répondre aux questions de la Représentation nationale. La gravité de cette affaire appelle à la réaction la plus ferme de notre pays.

 

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Il y a actuellement 5 réactions

  • Et COCIEL ?

    Camarade Castay, t'inquiète pas, les RG ont déjà le double du fichier COCIEL des adhérents du Parti. Une consolation, il est tellement peu à jour que beaucoup passeront entre les mailles du filet si le cas se présente.

    Par Ivan, le 24 October 2013 à 21:43.

  • Ce n'est pas un scoop

    Je comprends politiquement le battage fait autour de ces pratiques en période de négociation avec les USA, et on aurait tort de se gêner, mais permettez moi de rigoler doucement car ça fait quand même une sacré paie que tout le monde sait tout ça non ? En 1983 (c'est pas hier !) j'ai pu constater personnellement, suite à décompilation (les spécialistes comprendront) d'un logiciel de courrier qui s'appelait Lotus Note qu'il y avait des lignes de code qui permettait d'envoyer systématiquement un double de tout courrier à l'agence US. Par ailleurs en ce qui concerne la France, je ne saurais trop vous conseiller de lire "SDECE service 7" du colonel Le Roy Finville. Pour compléter, on sait bien que toutes, ou presque, les "racines " du réseau inter-réseaux (internet en sabir US) sont aux USA et que ceux-ci ont refusé que ces serveurs soient mis sous gestion d'un organisme international comme l'ONU ou l'UNESCO, ce n'est pas par lubie, mais bien parce-que TOUT le trafic sensible du réseau passe par ces racines et qu'ainsi "on" peut le contrôler et le lire. Ainsi en est-il par exemple du courrier diplomatique. Entendre Barroso, allègrement relayé par Pujadas sur A2 comparer ça à la stasi, mériterait au moins une mise au point, la stasi c'étaient des enfants de chœur à côté de ça (et d'Echelon dont personne ne parle) et la RDA était sur la ligne de front de la guerre froide qui pouvait se réchauffer en quelques heures, et ils ne surveillaient que leurs ressortissants, comme le fait ici la Sécurité intérieure, mais ça on n'en parle pas non plus.

    Par Ivan, le 24 October 2013 à 21:29.

  • Edward Snowden

    Mélenchon a pris position et demande qu'on lui accorde un droit d'asile humanitaire, idem pour certains au Conseil de Paris

    Le site "mémoire des Luttes" (http://www.medelu.org/Signer-la-lettre-a-Rafael-Correa) prend aussi position pour une pétition lancée à l'initiative de personnalités américaines (Oliver Stone, Noam Chomsky; etc…) pour que Rafael Correa le Président de l'Équateur accueille Snowden dans son pays.

    Pourquoi le Parti reste silencieux ? Espérons une réponse positive…

    Par YVES CASTAY, le 02 juillet 2013 à 22:20.

  • Un oubli ?

    Tout à fait d'accord avec Pierre Laurent, à ceci près qu'il ne parle pas de l'espionnage des personnes privées (au nom de la lutte anti-terroriste) qui serviront quand ça ira mal à emprisonner les opposants, les syndicalistes et autres communistes. Ces écoutes "stratégiques" comme "ils" disent sont une atteinte aux droits des personnes et ceci dans le monde entier. Et puis n'oublions pas Edward Snowden qui, dans cette affaire, a mis, pour nous,sa liberté et sa vie en jeu. Alors sauvons le soldat Snowden et tirons le des griffes des totalitaires états-uniens en exigeant d'Hollande, qu'il lui accorde l'asile politique.

    Par YVES CASTAY, le 02 juillet 2013 à 21:06.

  • L'espionnage entre alliés n'est pas soluble dans la démocratie

    Mais quand les démocraties perdent leur légitimité, les hommes de l'ombre s'affranchissent des règles. Pour en savoir plus sur ces nouveaux barbares, ingénieurs ou hauts fonctionnaires, lisez "On les croise parfois", de Cedric Citharel. http://amzn.to/17aNEKu

    Par Cedric Citharel, le 02 juillet 2013 à 06:25.