Accueil
 

Marchais L'expo

Georges Marchais L'Expo

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Pierre Laurent
 
 
 

Marche du 1er décembre contre l'injustice sociale, pour la justice fiscale

C’est sous un beau soleil d’hiver qu’ont défilé, cet après-midi, 100 000 marcheurs « pour la justice fiscale et sociale ». La manifestation de ce 1er décembre avait la force de ses ambitions, nombreux sont ceux qui ont répondu à l’appel du PCF et du Front de Gauche, afin de faire de la réforme de la fiscalité l’objet d’un vrai débat citoyen. De la place d’Italie, au portique de Bercy les militants de toutes les mouvances unies du Front de gauche, syndicalistes, associatifs, citoyens... ont fait entendre d’un grand cri leur motivation au gouvernement Ayrault pour que celui-ci recentre sa politique « à gauche ». Pour qu’il repense sa politique en prenant pleinement compte des angoisses de nos concitoyens, des travailleurs, plutôt que de souscrire aveuglément aux préconisations des grands patrons et de conforter les intérêts des actionnaires. Nous avons rappelé avec forces que nous ne supporterons pas que le service public pâtisse des cadeaux faits au patronat, que nous nous opposerons à toute augmentation de la TVA (l’impôt le plus injuste), que l’impôt ne sera utile lorsqu’il servira effectivement les besoins de la population, quand il sera juste… L’énergie dont fit preuve le peuple de gauche ce dimanche est enthousiasmante. Une première étape a été franchie dans le long processus qui commandera la mise en place d’un régime d’imposition plus humain, plus concerné. Et nous espérons que cette mobilisation soit à même d’imposer la tenue un débat large autour de la fiscalité.

Cette marche renforce nos positions et motive la mise en place d’« états généraux pour la justice fiscale ». Un projet proposé à Matignon par Eliane Assassi et André Chassaigne, respectivement présidents des groupes communistes et du Front de gauche au Sénat et à l'Assemblée nationale. Rappelons d’ailleurs qu’ils défendent aujourd'hui même les grands axes de la « réforme fiscale » telle que nous la pensons. Une réforme qui comprendra la reconstruction d'un impôt sur le revenu réellement progressif, la taxation effective du capital, le développement d’un programme de lutte contre l'évasion fiscale ainsi que la remise à plat de toutes les exonérations fiscales existantes. Reste donc à préserver cette émulation citoyenne, à l’entretenir. Le combat pour la réforme fiscale juste et sociale ne fait que commencer. Il nous faudra donc faire preuve d’unité, de cohésion et de motivation durant les mois qui vont suivre. Il faudra notamment ne lâcher aucun terrain aux lobbys des actionnaires et aux syndicats patronaux (Medef en tête) lorsque seront débattus les grands projets de cette fin d’année 2013, mais aussi s’opposer à toute forme de renoncement de la part du gouvernement socialiste.

Les photos

Le discours de Pierre Laurent