Accueil
 
 
 
 

Relaxe des « 5 de Roanne » : « Une grande victoire pour les libertés syndicales »

Les 5 syndicalistes de Roanne viennent d'être relaxés par le tribunal de Roanne. C'est une grande victoire pour les libertés syndicales et la justice sociale.

J'ai une pensée très forte pour Christel, Christian, Jean Paul, Gérard, Didier : leur combat depuis plus d'un an a été dur et il a été gagné avec courage. Ils sont relaxés et toutes les poursuites sont abandonnées, notamment le refus de prélèvement d'ADN. Ce jugement a une portée nationale et il est le résultat d'une mobilisation très forte et très large de leur comité de soutien et de leur syndicat CGT.

Cette victoire en appelle une autre : il faut voter à l'Assemblée nationale la loi d'amnistie que nous avons proposée pour tous les syndicalistes.

 

Pierre Laurent secrétaire national du PCF

Il y a actuellement 2 réactions

  • catégorielle !

    info + sur le sujet

    Un"antipub- non violent" a pu échapper à ce prélévement d'ADN grace à la Présidente d'un tribunal "Evelyne Sire-Marin
qui qui a eu le beau geste de proposer au procureur de la République de requalifier la peine "dégradation lourde " en dégradation lègère ( non soumise à prélévement)

    Si nous pouvons espérer la même attitude chez d'autres juges ( chapeau bas en passant à ceux de Roanne ) , il serait quand même plus simple que ce flicage soit rapidement ramené pour le moins au "pourquoi de son institution ".

    la balle est donc entre les mains des parlementaires pour annuler une des nombreuses dérives sécuritaires du "Virédu6mai" !

    Ce qui nous évitera des luttes catégorielles : Car ce ne sont pas QUE les militants syndicaux qui doivent pouvoir échapper à ces prélèvements inutiles et hors sujet !

    Par bob.pollet, le 18 décembre 2013 à 15:42.

  • Relaxe des cinq de Roanne

    On s'en réjouit mais on se dit que la loi pose problème. Criminaliser l'action syndicale en faisant un régime d'exception pour ce type d'acte (rappelons que les 5 militants devaient déposer leurs empreintes ADN comme des délinquants dangereux) met en cause l'égalité des droits. Cela nous ramène à une affaire à Aubervilliers où sur plainte du maire socialiste, cinq militants communistes s'étaient retrouvés mis en examen http://pcfaubervilliers.fr/spip.php?article908

    Par Plée, le 18 décembre 2013 à 11:20.