Accueil
 
 
 
 

« Pas de modification de la démocratie sans démocratie » (Pierre Dharréville - PCF)

Le Président de la République, dans le flot de son discours libéral a de nouveau annoncé un coup d'accélérateur de la destruction de la démocratie locale avec pour objectif la réduction de la dépense publique. Suppression d'un tiers des régions et "digestion" des départements par les métropoles sont désormais évoquées comme de grands progrès par les dirigeants du conseil de simplification et du gouvernement. En Grèce, au plus fort de la crise, c'est à une réduction drastique de la démocratie que nous avons assisté sous l'impulsion de la troïka, par le biais du programme Kallikratis (réduction du nombre de mairies de 2/3, passage de 57 départements à 13 régions et compression des budgets des autorités locales...). Pour les marchés financiers, la démocratie locale est un obstacle, une perte de temps, une dépense inutile. Les services publics locaux assurant la réponse aux besoins quotidiens et la solidarité, eux, sont devenus une cible pour contenter les appétits du MEDEF. La décentralisation est désormais aux oubliettes avec la démocratie locale, tandis que l'Etat se réorganise autour de grands duchés.

Nos institutions sont en train de connaître des évolutions radicales que les citoyennes et citoyens se voient imposer. Ces évolutions éloignent les élus des citoyens, orientent les choix politiques autour des désirs des marchés, réduisent les espaces d'intervention démocratique. Il ne doit pas y avoir de modification de la démocratie sans démocratie et toute décision doit être prise par les citoyennes et citoyens concernés eux-mêmes. Nous appelons les citoyens et leurs élus à s'élever contre ces atteintes à la démocratie et à la souveraineté populaire.

 

Pierre Dharréville, Responsable de la commission « République, Démocratie et Institutions » au PCF,

Il y a actuellement 6 réactions

  • NON ! Nous ne sommes pas en

    NON ! Nous ne sommes pas en démocratie mais, dans une dictature patronale avec son pendant le capital qui s’est renforcé par l’U.E qui a été faite pour eux et non pour les peuples. Depuis quand un pays souverain dirigé par des élu(es) soit disant démocratiquement: (car la démocratie ne peut être le résultat que d’une élection à la proportionnelle). -doit se plier aux règles d’une commission supranationale Européenne non élue par le peuple? -accepte que le patronat avec son syndicat (Medef) et la finance dirige (ce qui se passe actuellement). Après avoir orienté les décisions sitôt que le PCF s’est tiré une balle dans le pied (en assimilant le PS comme moindre mal pour la défense de la classe ouvrière), on a vu : Au moins depuis 30 ans pourquoi les communistes sont partis de ce gouvernement à majorité PS et autres soi-disant de gauche, (car il n’était pas question à cette époque d’un PCF réformiste), ce qu’il est devenu au niveau directionnel malheureusement pour la classe ouvrière et les effets de cette assimilation). Les anciens qui ont fait scission en 1920 en passant le réformisme par la porte ne s’attendaient certainement pas à ce qu’il revienne au niveau directionnel par la fenêtre 70 ans après.

    Par GRANGER, le 03 février 2014 à 09:51.

  • la démocratie citoyenne à conquérir

    En bref, sommes nous à partir de nos propositions fondamentales pour une VI ème République, en décalage par rapport aux positions du gouvernement en matière de dépossession du local jusqu'à la nation en décalage face à l'aspiration de l'intervention citoyenne de la commune jusqu'au niveau national en passant par ce qui me parait fondamental la citoyenneté à l'entreprise? Non, au contraire... Par contre, je pense qu'il faut dès les municipales s'en emparer. Et nous aurons à porter ces questions décisives lors des élections européennes, et si il nous faut encore et toujours nous mettre à jour tant dans les attentes populaires que dans les mauvais coups immédiats portés sur la démocratie être en capacité de mettre ces questions décisives au coeur du débat dans chaque enjeu électoral. N'est ce pas ce que portent les maires communistes là où ils sont aux manettes? Ne doivent-ils pas pour autant pousser toujours et plus loin la démocratie participative au point de non seulement offrir des moyens d'intervention directe aux citoyens de leurs communes et non administrés comme droite et PS nous serinent, mais poser les questions fondamentales sur lesquelles l'avancée en terme de réponse aux besoins sociaux bloquent de par les décisions prises à divers étages des institutions afin de leur permettre en toute connaissance de cause d'intervenir, sous les formes choisies dans le débat pour faire peser le poids de la souveraineté populaire? C'est donc en toute confiance en nous tant dans la critique que dans la proposition, dans les actes qu'il nous faut favoriser cette irruption citoyenne. Là où cela se met en oeuvre des résultats fort intéressants et palpables sont acquis. Alors pourquoi ne pas réfléchir là où on est et dans nos propres contextes poser en grand ces questions et de façon offensive et non dans la seule résistance?

    Par Amossé Yannick, le 26 January 2014 à 13:20.

  • Ma réaction sur le fait que

    Ma réaction sur le fait que la GU ne soutient pas Hidalgo a disparu. C'est une censure qui est indigne du PCF. Je soutenais le PCF depuis 50 ans mais je ne voterai plus pour un parti qui censure les réactions. C'est inadmiscible.

    Par claudio 32, le 21 January 2014 à 18:37.

  • Attention à ne pas nous placer dans le camp du conservatisme !

    "Il ne doit pas y avoir de modification de la démocratie sans démocratie et toute décision doit être prise par les citoyennes et citoyens concernés eux-mêmes."

    Oui, bien entendu. Bien des réformes du PS sont imposées par la force, ce qui est inacceptable, comme les métropoles ou encore les fusions d'interco etc.

    La démocratie, toujours et encore. Refus de l'austérité et de la casse des services publics ! Nouveau souffre pour la démocratie locale, avec une mise à contribution du capital.

    Cependant. Attention à ne pas nous placer dans le camp du conservatisme !

    Soyons dans le camp du progrès et du mouvement. Dans le camp de la révolution !

    Franchement, les Conseils généraux ont fait leur temps. Et oui, les Régions doivent être plus grandes. Basse Normandie, Haute Normandie, cela a un sens ?

    Ce n'est pas parce qu'un obscure préfet a décidé cela comme découpage sous la droite il y a combien d'année déjà ? que l'on doit s'interdire de réfléchir et critiquer en permanence les possibles évolutions.

    Au passage, je note que l’absorption des départements (conseils départementaux) par la Conseils régionaux permettrait le scrutin de liste.

    Fraternellement

    Par Gautier WEINMANN, le 17 January 2014 à 11:19.

  • Le PS est un parti ultralibéral hyperatlantiste et de droite....

    Le PS est un parti ultralibéral hyperatlantiste et de droite.... Rien que la normalité dans cette politique. Il faut dénoncer le PS commé tant un parti de droite au service exclusif de la finance. Un point c'est tout!

    Par ZAPATA (non vérifié), le 16 January 2014 à 19:17.

  • la democratie en fermant les yeux ? (cf à Paris)

    la démocratie locale bafouée par la suppression des cantons, la fusion des régions , la suppression des départements la réduction du nombre des mairies à paris c'est le clash entre communistes : ceux des villes voisines et les parisiens emmené par Pierre Laurent.... Comment se regarder dans la glace quand on patauge avec les libéraux socialistes, soutiens du hollandais Président du Medef Celui qui accomplit ce que la droite n'avait pu faire( à ce point) en dizaines d'années "il" l'aura fait en 18 mois ... (les prud'hommes la sécu la Tva ...... Je me refuse en tant que communiste à cautionner tout cela avec quelques complices que ce soit ... L'intervention de Pierre Dharreville me parait juste mais donc incomplète par rapport à mon commentaire

    Par georges13, le 16 January 2014 à 16:50.