Accueil
 
 
 
 

Pic de pollution atmosphérique : "Toutes les leçons doivent être tirées"

Pendant une semaine, une partie de la France a subi un pic de pollution atmosphérique avec des seuils dépassant largement les normes sanitaires admises pour des millions de Français. Toutes les leçons doivent être tirées de cet épisode qui concerne la santé des citoyens et la préservation de notre environnement. Face à cette situation d'urgence, les mesures de gratuité des transports publics, pour quelques jours seulement, de circulation alternée, de diminution de la vitesse de circulation - et l'esprit civique dont ont fait preuve de nombreux automobilistes -, sont nécessaires, mais ne répondent pas aux pollutions quotidiennes qui ont lieu, elles, toute l'année.

 

Cela démontre la nécessité de politiques de long terme pour des transports publics, en faveur du fret ferroviaire au détriment de la route, et engageant dès maintenant un grand plan de transition vers des filières industrielles produisant des automobiles hybrides, électriques et à très basse consommation, à un prix abordable pour les familles populaires. Cela pointe aussi la nécessité de moderniser nos systèmes de chauffage, l'importance d'un plan de rénovation énergétique des logements ainsi qu'une transition énergétique qui transfère les énergies fortement polluantes et carbonées, pétrole, gaz et charbon, vers des énergies plus propres. C'est un enjeu essentiel qui s'inscrit dans le cadre d'une campagne mondiale, citoyenne et politique que nous organisons afin de parvenir à un accord global sur la réduction des GES, lors de la conférence Paris-Climat 2015.

 

Le PCF dénonce depuis des années les politiques de déréglementations actuelles et les baisses de moyens alloués aux transports publics. Il ne se passe pas un jour sans qu'un projet d'équipement ne soit annulé ou revu à la baisse dans une région, un département ou une ville.

L'écologie a pourtant besoin d'importants investissements et de services publics de qualité pour que les citoyens aient vraiment le choix de leur mode de transport : c'est possible. C'est une question de volonté politique.

C'est aussi le combat quotidien de nos militants avec les citoyens, et de nos élus, dans les institutions et auprès des salariés des filières concernés en lutte, pour inverser ces logiques de courts termes, qui ne privilégient que les profits et les privatisations.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.