Accueil
 
 
 
 

Rouler propre reste toujours interdit aux plus modestes

Ségolène Royal vient d’annoncer une série de mesures visant à rouler plus propre. Bien entendu rouler « propre » cela permettra de respirer mieux dans la ville. Mais pour cela encore faut-il avoir les moyens de se débarrasser de son vieux diesel car le coût d’un véhicule hybride ou électrique n’est pas à la portée de tous les portes monnaie. Le bonus économique porté à 10 000 € d’avril à décembre ne suffira certainement pas à convaincre les foyers les plus modestes, c'est-à-dire ceux qui sont les plus captifs de leur ancien véhicule.

Par ailleurs, l’aide à l’installation de bornes de recharge électrique même avec une prise en charge de 30% reste, pour les particuliers, très onéreuse, de l’ordre de 7000 à 10 000€. L’État et les collectivités doivent s’engager plus énergiquement dans ce domaine afin de multiplier l’installation de ces bornes sur l’espace public afin de sécuriser l’usage des véhicules électriques.

Enfin, la pastille verte  marque une ségrégation entre celles et ceux qui ont ou pas les moyens de changer leur véhicule. C’est d’autant plus injuste alors que l’écotaxe pour les poids lourds (très polluants) a été abandonnée en rase campagne et alors qu’au même moment Macron veut développer les transports par car - tous aussi polluants - au détriment des transports par voies ferrées respectueux de l’environnement. Une fois encore c’est aux plus modestes que l’on demande de faire des efforts ! C’est incohérent et inacceptable.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.