Accueil
 
 
 
 

Décès d'Assia Djebar : la grande voix d'une grande intellectuelle s'est éteinte

"C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès d'Assia Djebar, écrivaine et historienne,membre de l'Académie française, grande voix de la littérature francophone et du Maghreb, et intellectuelle de renommée internationale.

 

Elle fut la première femme algérienne et musulmane à intégrer l'Ecole normale de jeunes filles de Sèvres en 1955. Elle milite au sein de l'Union générale des étudiants musulmans algériens. De cette période elle en écrit son premier roman "La soif". Il sera suivi de beaucoup d'autres mais aussi de poésie, d'essais, traduits en 23 langues, mais également d’œuvres pour le cinéma comme "La Noubades Femmes du Mont Chenoua"en 1978 qui obtient le Prix de la Critique à Venise. Sa notoriété internationale ne cesse de s'élargir et son oeuvre est récompensée dans de nombreux pays comme en Belgique, aux USA, en Autriche, en Allemagne, au Canada… En France, elle est élue à l'Académie française le 16 juin 2005.

 

L'oeuvre d'Assia Djebar a pour thème l'émancipation des femmes, l'histoire, et l'Algérie. Elle dira: "J'écris comme tant d'autres femmes algériennes écrivaines, avec un sentiment d'urgence, contre la régression et la misogynie." Elle reviendra sur les "guerres coloniales en Afrique et en Asie", citant Aimé Césaire, "qui ont en fait décivilisé et ensauvagé l'Europe" dans son discours en 2006 devant l'Académie française en insistant sur la richesse de l'héritage littéraire de "sa terre ancestrale".

 

C'est la grande voix d'une grande intellectuelle qui s'est éteinte, restée fidèle à ses engagements, à ses principes, représentant à elle seule les cultures berbère, arabe, musulmane et française. A sa famille, à ses proches, le Parti communiste français exprime ses profondes et sincères condoléances et les assure de tout leur fraternel soutien."

 

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.