Accueil > Le Parti
 

Agenda



 
 
 

Conseil national des 10 et 11 avril 2015

Relevé de décisions

Le Conseil national du PCF s'est réuni après les élections départementales, pour analyser les résultats, caractériser la nouvelle situation politique, définir les initiatives à prendre dans la période et fixer un calendrier et une méthode pour préparer les élections régionales.

Le Conseil national salue l'engagement des communistes au cours de la campagne. L'effort de rassemblement porté par les communistes, leur mobilisation dans un contexte médiatico-politique défavorable, a permis, contre vents et marées, une progression électorale nationale de nos candidat-e-s (9,46 %), de maintenir un grand nombre d'élu-e-s et d'en gagner – 176 pour le Front de gauche – et de conserver la présidence du Val-de-Marne. Nous perdons des sièges, souvent en raison d'un redécoupage défavorable et du reflux global de la gauche – singulièrement du PS. Nos résultats tiennent à la volonté et la détermination des communistes de résister face à la droite, d'empêcher l'implantation du Front national et d'incarner le rassemblement et l'alternative à gauche.

Le nouveau paysage politique issu des élections départementales se caractérise par :

  •  une abstention forte, notamment des couches populaires, des jeunes et de l'électorat de gauche déçu par la politique gouvernementale ;

  •  une droite grande gagnante en termes de sièges et de présidences de départements ;

  •  un Front national qui a mieux mobilisé son électorat et qui s'implante sur plusieurs territoires.

    Ce nouveau paysage politique est très lourd de dangers. Les départements de droite vont accentuer les politiques austéritaires et anti-sociales. Quant au gouvernement, il est sourd à son échec et entend poursuivre les contre-réformes de régression sociale, économique et sa politique d'austérité entraînant le pays, comme l'Europe, dans une spirale de crises.

    Dans ces conditions, nous serons présents au quotidien pour combattre l'entêtement libéral du gouvernement et les mauvais coups venant des pouvoirs acquis par la droite.

    Le Conseil national appelle à amplifier nos efforts politiques, avec nos propositions, pour construire une nouvelle espérance à gauche et une mobilisation populaire active, seules à même de déjouer le scénario qui s'installe autour du « tripartisme ».

Dans cet objectif , le Conseil national appelle les communistes à :

un engagement dans les batailles :

  • celles, notamment contre la loi Macron, au niveau parlementaire comme dans les mobilisations. La participation importante aux manifestations du 9 avril constitue un point d'appui pour le développement des luttes. Des batailles seront à poursuivre contre les futurs projets de loi sur le dialogue social, la casse du code du travail, comme sur les annonces de suppressions d'emplois en donnant toute son ampleur à l'exigence d'une sécurisation des emplois et de la formation.

  • développer des efforts d'initiatives de solidarités concrètes partout, dans les entreprises, les quartiers populaires... et en direction de la jeunesse ;

  • faire du 1er mai une journée de mobilisation des communistes pour exprimer notre combativité et notre disponibilité ;

  • participer à la journée nationale de la résistance, le 27 mai, et organiser des hommages, partout en France, comme nous y invite la résolution adoptée par le Conseil national ;

  • dans la démarche du collectif « Je rêve d'une banque qui... », à démultiplier dans le pays les initiatives autour de nos propositions sur l'utilisation de l'argent, sur la dette publique et le rôle des banques et de la BCE pour promouvoir des financements émancipés des marchés financiers. Un kit militant sera mis à disposition prochainement ;

  • participer activement à la défense et au développement des services publics avec la mobilisation pour la manifestation organisée par le collectif « Convergence des services publics », le 13 juin, à Guéret, et le 14 au lancement des assises, et à une semaine d'action dans les départements.

Amplifier la construction d'une alternative :

  • tenir, le 20 mai, une rencontre nationale pour le lancement de la convention sur le projet, avec l'adoption d'un texte sur notre visée ainsi que sur des premières mesures immédiates pour répondre aux urgences et sortir de l'austérité ;

  • organiser une rencontre nationale des acteurs de l'école, le 23 mai ;

  • investir et développer la démarche et les objectifs des Chantiers de l'espoir, après la journée d'étape du 11 avril. Ils visent à la convergence la plus large des forces, des hommes et des femmes voulant participer de la construction d'une alternative à gauche.

    Dans le même sens, l'actualité du Front de gauche doit être à une forme de revitalisation et de dépassement s'ouvrant, au maximum, à de nouvelles forces ;

préparer et participer à la réussite du Forum européen des alternatives, les 30 et 31 mai. Initié par la Gauche européenne, il permettra de résister aux politiques d'austérité et de passer à l'offensive sur le solutions à la crise, des solutions solidaires, européennes, de progrès social, écologique et démocratique. Toutes les forces anti-austérité, en France et en Europe, sont invitées à investir cette initiative, de sa conception jusqu'à sa mise en œuvre.

 

Préparation des élections régionales

Le Conseil national invite les organisations du Parti, dès maintenant, à engager le débat dans les régions et avec les communistes, à travailler nos objectifs politiques pour faire gagner des politiques de gauche, à partir de larges rassemblements progressistes ; élaborer des propositions concrètes pour nos régions ; prendre des contacts avec les partenaires du Front de gauche et l'ensemble de la gauche, pour faire émerger des pactes régionaux anti-austéritaires, de progrès social, écologique et démocratique. Le Conseil national se réunira mi-juin pour tirer un bilan de ce travail, de ces discussions et proposera une orientation nationale. Les conférences régionales se tiendront en juin ou septembre.

Au niveau national, le PCF rencontrera toutes les forces du Front de gauche, de la gauche, syndicales, associatives, pour faire émerger des réponses progressistes, favorables à nos concitoyens.