Accueil > Actualité > Actualité international
 

Lettre Relations Internationales

Dernière publication

 
 
 

Burkina : "Le PCF condamne fermement la tentative de coup d'Etat"

Le PCF condamne avec la plus grande fermeté la prise d'otage et la tentative de coup d’État organisée par le Régiment de sécurité présidentielle (RSP) contre le président du Burkina Faso, Michel Kafando, le Premier ministre, Isaac Zida, ainsi que des ministres de la transition.

Les sbires de la garde prétorienne fondée par le dictateur Blaise Compaoré, chassé du pouvoir par le peuple burkinabé en octobre 2014, ont fait irruption lors du Conseil des ministres du 16 septembre 2015. 

Cet événement grave intervient quelques jours après la publication par la Commission de réconciliation nationale et des réformes d'un rapport préconisant la dissolution du RSP.  A quelques semaines des premières élections démocratiques prévues le 11 octobre, il s'agit d'une énième tentative, la plus grave, de déstabilisation de la transition, organisée par le CDP, l'ancien parti au pouvoir, et ses réseaux intérieurs et extérieurs. Après 27 ans de règne absolu, le "système" Compaoré est toujours menaçant. Un des enjeux, pour les futures autorités, sera de s'en défaire, pour en finir avec la corruption, le clientélisme, les crimes politiques et économiques.

Les auteurs de cette tentative de coup d’État semblent avoir oublié le caractère populaire de l'insurrection des 30 et 31 octobre 2014 qui a vu la mobilisation de millions de Burkinabés dans les rues. Jamais le peuple burkinabé n'acceptera de retour en arrière.

Le président du Burkina Faso, le Premier ministre et ses ministres doivent être libérés, et la légalité constitutionnelle issue de l'insurrection rétablie.

 

Le PCF soutient les autorités légitimes de transition, les organisations de la société civile, les démocrates et les progressistes qui vont se mobiliser en ces heures cruciales pour mettre en échec ce coup de force. Il appelle le gouvernement de la France, qui s'était illustré en octobre dernier par la mise à l'abri coupable de Compaoré en Côte d'Ivoire, à agir sans ambiguïté, pour le retour de la légalité, dans le respect de la volonté du peuple burkinabé.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.