Accueil > L'action

Plein Temps

.

Bulletin d’information du collectif national retraité-e-s

 
 
 
 

Plein Temps - avril 2018 - Au printemps, à quoi rêves tu ?

le 17 April 2018

Plein Temps - avril 2018 - Au printemps, à quoi rêves tu ?

En avril 2017, le candidat E Macron écrivait aux retraité-e-s : « Je m’engage par ailleurs à vous permettre de bien vivre et de bien vieillir, en bonne santé et en sécurité… ».
En fait, sa volonté est bien de prendre 20% du pouvoir d’achat des retraité-e-s d’ici à 2035 afin de diminuer les dépenses publiques. Toutes les mesures Macron prises à notre encontre visent cet objectif. Comment bien vivre et bien vieillir dans ces conditions, alors que déjà 1,2 millions de retraité-e-s vivent sous le seuil de pauvreté ?
Fort heureusement, de plus en plus nombreuses et nombreux, de plus en plus déterminé-e-s, les retraité-e-s ne se laissent pas abuser. Dans une forte unité des associations et syndicats, elles et ils débattent, se rassemblent, agissent, signent des pétitions, mani festent. 28 septembre, 19 octobre 16 novembre 2017, 8 février, 15 mars, 22 mars, 19 avril 2018… contre la hausse de la CSG, de la fiscalité, le blocage des pensions, la mise en cause de l’APL, de la retraite, pour les services publics particulièrement la santé, les hôpitaux, les EHPAD, les logements, les transports…
En avril 2018, mis en difficulté dans l’opinion sur la réforme SNCF et sur l’autoritarisme de ses choix politiques, E. Macron, président des riches, déclare : « Merci pour les efforts consentis ».
Le président de la République a voulu faire oublier les propos méprisants que ses ministres et luimême
ont tenus à l’égard des retraités. Il a même nié que son Premier ministre ait qualifié de « retraité-e-s aisé-e-s » celles et ceux qui percevaient 1200 €.
Mais, sur le fond, il ne change rien. Pour lui, il n’y a rien à négocier avec les syndicats, rien à discuter avec les étudiant-e-s, les salarié-e-s, les retraité-e-s, rien à amender au Parlement. Le pays ne supporte plus cette arrogance. La pression populaire doit donc s’accentuer pour faire reculer le président de la République et son gouvernement.
Cheminot-e-s, fonctionnaires, étudiant-e-s, retraité-e-s, agent-e-s des services publics, salarié-e-s
du secteur privé… les mobilisations sociales s’amplifient parce que le pays prend conscience que E Macron, loin d’être « l’homme nouveau » qu’il prétendait être, agit en fait comme le représentant des intérêts exclusifs de la finance.
Rappelons à Mac Macron les idéaux de la République : Liberté, égalité, Fraternité.