Accueil > L'action
 

La dernière publication

 
 
 

Extrême-droite / Médias - Jeux dangereux avec le Front national

1. Alors que notre peuple rejette chaque jour un peu plus les politiques anti-sociales autoritaires du gouvernement, le Front national est utilisé par le pouvoir médiatique pour canaliser la colère populaire et la détourner des causes réelles : l'austérité et la concurrence généralisée,.. Les médias déroulent le tapis rouge au Front national et le repeignent complaisamment en parti anti-système alors qu'il en est un des défenseurs le plus farouche.

2. « Les Républicains » et le PS utilisent le Front national dans leur lutte politicienne pour conquérir ou garder le pouvoir. Ils espèrent chacun en faire leur adversaire au second tour de la présidentielle.

3. En réalité, l'extrême droite se nourrit du désespoir populaire et de la dépression économique. Son objectif n'est pas de s'attaquer aux injustices, de réduire les inégalités, mais au contraire de les cataloguer : inégalités selon votre origine, votre sexe, vos croyances, vos convictions...

4. Le Front national s'oppose systématiquement aux salariés et défend l'ordre patronal. Ses propositions s'attaquent toujours aux syndicats, aux conquêtes sociales, par exemple lorsqu'il prétend augmenter votre salaire en piquant dans les financements de la sécurité sociale plutôt que dans les profits.

 

Marine Le Pen et ses lieutenants squattent tous les plateaux de télévision et les radios. A longueur de « matinales », ils ont le loisir de déverser leur discours de haine, de flatter les plus bas instincts, de mentir effrontément. Et lorsque par miracle ils ne sont pas à l'antenne, c'est par le biais d'un commentateur, d'un sondage ou des questions d'un journaliste qu'ils rentrent par la fenêtre. A la manière du titre de la revue d'extrême-droite collaborationniste, on peut dire qu'« Ils sont partout ». Du moins dans les médias, car on ne les voit guère aux côtés des salariés en lutte par exemple. Ceux d'Air France, le FN les traite de voyous...

Récemment, David Pujadas a justifié d'avoir invité Marine Le Pen pour la cinquième fois à l'émission « Des paroles et des actes » parce qu'il s'agirait d'une personnalité d'envergure nationale... Mais de quel droit dispose M. Pujadas pour de tels arbitrages, pour nous imposer cette omniprésence médiatique du FN et de sa prêtresse ? Pour mémoire, Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste français, parti dont l'influence nationale n'est plus à démontrer, disposant de groupes à l'Assemblée nationale et au Sénat, et de milliers d'élus sur tout le territoire, n'a jamais été « honoré » d'être l'invité de cette émission. Consternant !

Au lieu de leur dérouler le tapis rouge, la responsabilité des médias est de garantir le pluralisme, d'organiser les débats contradictoires, et de tenir un discours de vérité sur les valeurs et le projet du Front national :

Dénonçons la fable d'un Front national qui serait brutalement devenu fréquentable. Marine Le Pen et le FN sont autant les héritiers de Jean-Marie Le Pen que des courants de l'extrême-droite française.
Dénonçons le mensonge d'un Front national converti à la défense des plus fragiles, des plus modestes. Il prône des reculs sociaux, comme la suppression de l'aide médicale d'état, refuse dans les villes qu'il dirige l'accès à la cantine pour les enfants de chômeurs, ou encore exige le déremboursement de l'IVG. Partout, il défend la baisse des dépenses publiques et préfère rembourser les banques déjà gavées plutôt que de satisfaire les besoins.
Dénonçons l'escroquerie d'un Front national devenu inoffensif sur le plan des libertés individuelles et collectives. Dans les villes FN, l'interdiction de manifestations culturelles ou la fermeture d'équipements culturels, la traque des réfugiés, le fichage ethnique... rappellent les heures les plus sombres de l'histoire. Et combien de candidats FN, de militants propageant des discours d'une haine inouïe sur les réseaux sociaux ou par voie de tracts ?

Le Front national n'est pas anti-système. Il est le promoteur d'un système où les inégalités et le racisme règnent en maître. Il est le plus ardent défenseur d'un ordre économique injuste : le capitalisme. Le Front de gauche et les communistes sont les plus farouches adversaires de cette extrême-droite. En votant aux élections régionales du 6 décembre nous pouvons mettre un coup d'arrêt au Front national.