Accueil

Plutôt que cibler les hooligans, le gouvernement criminalise tous les supporters

.
 
 
 
 

Un an après les affrontements entre supporters du PSG ayant entraîné le décès de Yann Lorence et quelques semaines après le vote de la Loi LOPPSI 2, un bilan s’impose : plutôt que cibler une minorité de hooligans, le gouvernement s’en prend à tous les supporters en développant une politique attentatoire aux libertés publiques. Toutes ces mesures, outils de communication gouvernementale, sont inefficaces et déplacent plus qu’elles n’enrayent les phénomènes de violence, de racisme et de xénophobie.

Suite aux décisions du PSG de dissoudre plusieurs associations de supporters, de supprimer les abonnements en virage et le placement aléatoire, le gouvernement renchérit en multipliant les interdictions administratives de stades sans jugement et par la création d’un dispositif de « couvre – feu anti-supporters ». Prés de 250 supporters parisiens ont été interdits de stade pour avoir manifesté pacifiquement leur opposition à la direction du club. Un supporter « présumé » sur la base de l’immatriculation de son véhicule en région parisienne a passé 3 heures en garde à vue à proximité de Lens en raison du déplacement du PSG le même soir dans cette ville. Enfin, le Préfet d’Ile-et-Vilaine a récemment obligé le Stade Rennais à annuler les réservations des billets faites par internet pour tous les acheteurs de la région parisienne !

Cette situation de criminalisation généralisée, d’atteinte aux libertés et de discrimination des supporters n’est plus acceptable. Il est temps de faire entendre une autre voix que celle « de tous des hooligans », d’engager un réel travail ciblé combinant le dialogue avec les clubs, la responsabilisation des associations de supporters et la prévention comme le suggère le « livre vert du supportérisme » remis au gouvernement en décembre.

Une autre question se pose. Le choix gouvernemental de la tolérance zéro ne serait-il pas guidé par un autre choix, celui de l’appropriation des stades par des « businessmen » préférant des consommateurs aux supporters ? Comme le laissent entendre certains présidents de clubs professionnels dans la presse, pour faire face à leur endettement et à la baisse des recettes sur les transferts des joueurs, la construction de leur grand stade doperait leurs revenus et leur permettrait de sortir de la crise qu’ils ont eux-même provoquée.

Il est nécessaire que tout le monde du football s’interroge sur les évolutions en cours des stades, de leur animation et de leur public.

Le PCF invite tous les amateurs du football à se mobiliser, notamment dans la perspective de la construction des futurs stades pour l’euro 2016, pour l’organisation d’un grand débat démocratique sur l’avenir du football.

Nicolas Bonnet

Responsable de la commission sport du PCF

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.