Accueil
 
 
 
 

Non à l’État d'urgence et à la déchéance de nationalité, oui à l'urgence sociale, démocratique et citoyenne !

 

La Réforme constitutionnelle place la République au cœur d'un engrenage dangereux. 

Constitutionnaliser l’État d'urgence n'est d'aucune utilité et risque au contraire de le banaliser, en renforçant les pouvoirs de l'exécutif, dans un régime déjà largement présidentialisé. Il a déjà conduit à de nombreux dérapages, à des assignations à résidence, à un accroissement des discriminations à l'égard de populations déjà stigmatisées en raison de leur origine ou leur religion. Il crée un climat délétère qui n' est sans doute pas pour rien dans la décision d'embastillement des 9 de Goodyear . L’État d'urgence, c'est le recours à l'arbitraire, alors qu'il conviendrait de renforcer l'action républicaine face au terrorisme et l'action politique sur leurs causes. Nous nous opposerons à sa prolongation comme à sa constitutionnalisation. 

 

Il en est de même du retrait de la nationalité française aux binationaux condamnés pour crimes terroristes : c'est une atteinte au droit du sol, au principe même d'égalité des citoyens, c'est délivrer le message d'une France divisée et affaiblie.

De nombreuses initiatives citoyennes et associatives voient le jour contre ce danger majeur. Nous les soutenons et les encourageons. Nous proposons  de  prendre le contre-pied de cette dérive,  en considérant que la meilleure riposte à la violence et aux menaces terroristes serait d'inscrire dans le marbre de la constitution le principe fondamental de la participation citoyenne aux décisions, à tous les échelons et sous toutes les formes, en partenariat avec les élus. L'urgence est sociale, démocratique et citoyenne.

 

Le Parti communiste français soutient les manifestations du 30 janvier contre la constitutionnalisation de l’État d'urgence et la déchéance de nationalité, et appelle à y participer.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.