Accueil > Actualité > Droits et société

Le combat des femmes pour l’égalite est plus que jamais d’actualité

.
 
 
 
 

A la veille du 8 mars 2011, Journée internationale des droits des femmes, nous pouvons nous réjouir du rôle des femmes dans les mouvements émancipateurs actuels de l’autre côté de la Méditerranée.

Elles donnent de l’espoir à toutes celles qui luttent contre les dominations, les humiliations, les violences les plus extrêmes dont les femmes sont victimes dans de nombreuses régions du monde.

En France et en Europe, l’égalité conquise est loin d’être réalisée. En France, les salaires des femmes sont toujours inférieurs de 27 % à ceux des hommes ; elles représentent 83 % des salariés à temps partiel et 80 % des salariés pauvres (moins de 550 euros).

70 % des tâches domestiques et 60 % des tâches parentales leur incombent. 35 ans après la loi Veil, le droit à la contraception et à l’avortement recule avec les attaques contre l’hôpital public et la sécurité sociale.

10 ans après le vote sur la parité en politique, les femmes sont 18,5 % à l’Assemblée nationale, 21,5 % au Sénat, 12,3 % dans les conseils généraux. Seules les élections au scrutin proportionnel ont contraint à des avancées aux élections municipales, régionales et européennes.

Mais seulement 13,8 % des maires sont des femmes, et deux femmes président des conseils régionaux. Et un recul est à prévoir quand la loi sur les collectivités territoriales supprime la proportionnelle aux élections régionales ! Le groupe CRC-SPG que je préside au Sénat est le seul groupe parlementaire à être à parité.

Mettre fin à la domination masculine ne va de soi nulle part. Partout, l’engagement des femmes pour leurs droits et l’égalité, pour leur place à tous les niveaux de responsabilités professionnelles et politiques, est une nécessité.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.