Accueil > Actualité > Savoirs, culture & médias
 

A visiter

Collectif culture

L'éducation nationale en danger

ART, CULTURE : URGENCE !

La lettre du réseau école

Pour une appropriation populaire des médias

 
 
 

Les supporters ne sont pas tous des délinquants, sauf pour les républicains

Les républicains n’aiment pas le peuple des tribunes et continuent à surfer sur l’amalgame entre hooligans et supporters. On peut se demander si ce n’est pas une nouvelle loi pour accompagner la marchandisation des stades et favoriser le tri social. Au-delà même des enceintes sportives le député Goujon souhaite élargir les mesures d’interdiction de stade aux « fans zones » durant les compétitions sportives.

 

Malgré l’adoption de certains des amendements portés par le groupe communiste à l’Assemblée, le groupe a eu raison de s’opposer à la logique répressive du texte.

Hier, jeudi 4 février 2016, a été adopté en première lecture à l’Assemblée Nationale la proposition de loi déposée par le groupe Les Républicains visant à renforcer la lutte contre le hooliganisme.

Cette proposition législative entend permettre aux organisateurs de manifestations sportives d’établir un traitement automatisé de données à caractère personnel relatif au non-respect des conditions générales de vente et du règlement intérieur.

Aussi, cette proposition de loi double la durée des mesures d’interdiction de stade, passant de 12 à 24 mois, et de 24 à 36 mois en cas de récidive dans les 3 ans.

 

Nous considérons comme inutiles ces nouvelles dispositions au regard du droit positif. Elles font tristement écho à « la France des suspects » qu’évoque Jacques Toubon, Défenseur des Droits. Elle confirme la stigmatisation des supporters.

 

Le Fichier National des Interdits de Stade (FNIS), créé en 2007, et le Fichier des Personnes Recherchées (FPR), crée en 1996, comportent déjà les données à caractère personnel des individus faisant l’objet de mesures d’interdiction de stade.

Par ailleurs, la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) permet, depuis une délibération du 7 avril 2015, la création, après autorisation de sa part, d’un fichier visant la constitution d’une liste d’exclusion de clients.

Comme pour les syndicalistes la volonté de réprimer partout la liberté d’expression reste la boussole de la droite.

 

Les députés communistes, par leurs amendements adoptés, ont réaffirmé le nécessaire avis de la CNIL et permis un contrôle annuel de sa part sur l’exercice de cette compétence. Et seule bonne nouvelle, la création une instance nationale du supportérisme placé auprès du ministre chargé des sports, et chargé d’assurer le dialogue entre les ligues professionnelles et les supporters.

 

 

Nicolas Bonnet-Oulaldj, Responsable de la Commission Sport du PCF,

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.