Accueil
 
 
 
 

Rapport cour des comptes/soins bucco-dentaires : « Grossières manœuvres » ?

La publication dans le Figaro, de fuites du rapport provisoire de la Cour des comptes sur les soins bucco-dentaires, ne peut que nous interroger. Non dans le constat « accablant » de ce secteur laissé à l’abandon au profit des complémentaires depuis des décennies, mais dans ces conclusions.

Alors que dans le dernier trimestre de l’année, vont s’engager les négociations conventionnelles dentaires, la Cour des comptes tente une manipulation démagogique de la population, celle qui ne cesse de se restreindre sur leurs soins bucco-dentaires insuffisamment ou non couverts par la Sécurité sociale, et celle qui, pour une large partie d’entre elle, y renonce faute de moyens.

Ce n’est pas « la faillite des politiques publiques face aux professionnels », mais le résultat d’une politique délibérée des Gouvernements successifs, avec la complicité pendant des années d’une majorité de ces professionnels.

En vérité, la Cour des comptes ne vise qu’à un seul objectif, dans la ligne droite du Pacte de responsabilité et des LFSS successifs : confier aux complémentaires de santé le remboursement de ces soins bucco-dentaires, et permettre grâce à l’ANI et l’amendement LE ROUX de développer un plus large réseau de soins, pour ceux qui en ont les moyens, et des centres « low-cost » pour les autres.

Au delà du seul secteur dentaire, c’est l’institutionnalisation de la médecine à plusieurs vitesses, qui est imaginée, et dont la Cour des Comptes, juge qu’elle ne va pas assez vite. Le dentaire n’a jamais été que le cheval de Troie de la remise en cause de la Sécurité Sociale.

 

Le PCF dénonce les grossières manœuvres, et lance un appel à toutes les organisations syndicales, politiques, associatives et aux citoyen-ne-s, pour que la sécurité sociale redevienne le seul outil pour satisfaire les besoins de santé et pour assurer la solidarité entre générations, entre malades et non malades. La sécu à 100%, c’est possible.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.