Accueil > Actualité > Droits et société
 
 
 
 

Expulsion locative : Non à l'acharnement contre les élu-e-s d'Avion (Pierre Laurent)

Alors qu'une famille devait être expulsée pour une dette de 2 100 euros, les communistes d'Avion ont empêché une expulsion locative avec les habitants du quartier.

La famille est dans une grande difficulté, les revenus du ménage s'élèvent à 1200 euros nets par mois, alors que le loyer est de 500 euros. Les Aides au logement ont disparu, après le départ de leurs enfants devenus adultes. Une situation connue par de très nombreuses familles en France.

La solidarité s'est organisée immédiatement. Une chaine humaine de la solidarité prend corps, avec à sa tête le Maire communiste Jean Marc Tellier qui mobilisent de nombreux militants et voisins de la famille. Face à eux, les forces de l'ordre ont été implacables. Il y a eu plusieurs bousculades. Le maire et le premier adjoint ont été bléssés. Face à la violence de l'expulsion, les militants communistes, les élu-e-s et habitant-e-s d'Avion ont été dignes et n'ont rien lâché. Face à leur détermination, le bailleur et la préfecture sont partis.

Aujourd'hui 5 militant-e-s communistes dont Jean Marc Tellier, le maire d'Avion, Cathy Apouceau-Poly, Bruno Gosselin, Jean Letoquart, sont convoqués au commissariat pour être auditionnés avant de possibles plaintes devant les tribunaux.

La solidarité n'est ni un crime, ni un délit même pendant l'état d'urgence. Je demande solennellement aux pouvoirs publics d'arrêter leur acharnement judiciaire vis à vis des élu-e-s et la population d'Avion. Je demande qu'une solution humaine soit trouvée pour la famille qui peut rester dans son logement.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF,

Paris, le 4 mai 2016.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.