Accueil > Actualité > Savoirs, culture & médias
 

A visiter

Collectif culture

L'éducation nationale en danger

ART, CULTURE : URGENCE !

La lettre du réseau école

Pour une appropriation populaire des médias

 
 
 

Dario Fo chérissait le peuple et le populaire. Il aimait la politique, l'engagement (PCF)

Le Parti communiste s'incline devant Dario Fo, l'écrivain, l'homme de théâtre, et l'anticonformiste, le pourfendeur de la bourgeoisie.

 

Dario Fo est parti aujourd'hui rejoindre ses maîtres et amis, Chaplin, Molière et Goldoni. Pour une fois, le bateleur, prix Nobel de littérature en 1997, ne nous fera pas rire.

 

Révolté perpétuel, avec Franca Rame, sa compagne, il n'a cessé de pourfendre la bourgeoisie, tous les pouvoirs cléricaux, financiers, étatiques et policiers, le conformisme. Les Tartuffe étaient ses têtes de Turc. Cet enfant de la Lombardie, dont il aimait tellement l'accent, chérissait le peuple et le populaire. Il aimait la politique, l'engagement.

 

Notre pays a une singulière histoire avec lui. Accueilli au Festival d'Avignon, inscrit au répertoire de la Comédie française, premier Satrape étranger, avec Umberto Ecco, du collège de Pataphysique de Raymond Queneau, il n'hésitait pas à venir présenter son travail dans les MJC et autres Maisons de quartier ; ses comédies sont parmi les œuvres les plus jouées par les jeunes compagnies françaises, professionnelles et amatrices.

 

Ses pièces, ses mises en scène, sa présence sur scène ont révolutionné le théâtre et ému les spectateurs aux quatre coins du monde. Nul doute que son œuvre, puisant dans l'histoire du théâtre dès le moyen-âge, de Mystère Bouffe à Histoires de Tigre en passant par Faut pas payer et Mort accidentelle d'un anarchiste, continuera à inspirer nombre de créateurs, à divertir et instruire de nombreux spectateurs.

 

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a réagi ce matin : « Une pensée forte pour Dario Fo. Son théâtre reste à jamais un grand éclat de rire lancé à la face des puissants ».

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.