Accueil > Actualité > Droits et société

Projet de loi sur la psychiatrie : « un vent de folie souffle sur le Sénat »

.
 
 
 
 

Les 10 et 11 mai prochains, le Sénat devrait étudier le projet de loi « relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge ».

Ce projet n’améliorerait en rien ni la qualité des soins, ni les droits des personnes prises en charge en psychiatrie. Au contraire, il vise à faire passer la psychiatrie d’un dispositif sanitaire au service des malades à un dispositif de contrôle social au service du ministère de l’Intérieur. C'est dans cette logique tellement sécuritaire que même les sénateurs UMP ont voté contre la proposition de la commission. Les sénateurs vont-ils débattre du texte de l’Assemblée Nationale ou va-t-on renvoyer directement le débat à l’Assemblée Nationale ? Cet imbroglio révèle clairement l’ampleur des oppositions à ce texte.

Pour le PCF cela montre la nécessité absolue de se mobiliser pour obtenir le retrait définitif de ce projet de loi liberticide.

Nous appelons tous les démocrates à participer au rassemblement unitaire du 10 mai à 16 h devant le Sénat. Le PCF considère indispensable d’ouvrir un grand débat national et citoyen pour élaborer un projet politique pour une psychiatrie humaniste au service du sujet. Une psychiatrie qui renoue avec la dynamique désaliéniste issue de la Résistance, mise en place après guerre. Une psychiatrie qui mette un terme aux pratiques déshumanisantes, sécuritaires, et totalitaires qui se créent de manière insidieuse, au nom d’une conception idéologique du soin et de l’homme qui se déclare scientifique mais n’est que scientiste.

Le PCF et ses élu-e-s entendent assumer pleinement leurs responsabilités politiques et prendre toute leur part dans cette élaboration politique en mettant au débat leur contribution pour un projet politique pour une psychiatrie humaine.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.