Soutenez le PCF et ses luttes : Souscrivez !

Publié le 19/09/2019 par PCF

Algérie : un nouveau coup de force contre la volonté populaire

Le chef d'état-major Ahmed Gaïd Salah vient d'imposer un nouveau coup de force contre la volonté du peuple algérien en convoquant au pas de charge une nouvelle élection présidentielle pour le 12 décembre. Cet ordre, qui a été relayé par le président par intérim Abdelkader Bensalah, incarnation de l'ancien régime honni, tente à nouveau de fermer la porte à tout processus de transition politique.

Alors que les manifestations se poursuivent, ce pouvoir resserre l'étau autour des figures de la contestation. Après l'incarcération de Louisa Hanoune du Parti des Travailleurs et la tentative d'assassinat à l'arme blanche de l'avocat Salah Dabouz, Karim Tabbou, porte-parole de l'Union démocratique et sociale a été arrêté et risque dix ans d'emprisonnement. A ce jour, plus d'une quarantaine d'opposants sont en détention pour "atteinte à la sécurité nationale". A ces arrestations s'ajoutent des dispositifs policiers dissuasifs lors des rassemblements, des restrictions de liberté de réunion et d'expression avec notamment l'inaccessibilité croissante aux sites d'informations.
L'armée et le pouvoir installent un climat délétère et misent sur le pourrissement pour pérenniser leur mainmise sur le pays. Pour ce faire, ils ont installé une Autorité nationale censée superviser les futures opérations électorales. Celle-ci ne compte aucun opposant et n'entend pas permettre le pluralisme au sein des médias.
Cette nouvelle provocation du pouvoir, qui croit possible un retour à la situation d'avant le 22 février, est vaine car la détermination du peuple algérien demeure intacte.
Le mouvement ne s'épuise pas ni dans sa durée, ni dans ses modalités et ses revendications claires et fédératrices. Il réclame un changement de système, du personnel politique lié à l'entourage d'A. Bouteflika et en premier lieu du chef d'état-major.
Pour entrer dans la modernité démocratique, une période de transition doit s'ouvrir pour réformer l'Algérie, préparer une nouvelle constitution puis organiser des élections. Dans ce combat, le peuple algérien, qui par sa lutte a déjà obtenu de premiers succès, a le soutien total du Parti communiste français.

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus