publié le 01/12/2017

Climat : pour une révolution sociale et écologique

Lors de l’adoption en novembre d’un nouveau plan climat par le Conseil de Paris, le groupe communiste s’est positionné pour une révolution où l’écologie et le social se conjuguent, à rebours du capitalisme dit « vert ».

La question de la lutte contre le changement climatique recouvre celles de la solidarité et de l’action collective. Les problématiques de l’environnement, du social, de l’industrie et de la production sont intimement mêlées. Elles impliquent des réponses politiques mettant en œuvre de grands chantiers publics pourvoyeurs d’emplois, au service d’une vision globale de l’intérêt général.

Ainsi, nous avons plaidé pour la constitution d’un pôle public de l’énergie, pilote d’une planification écologique visant une transition énergétique juste. C’est avec un service public de l’énergie que nous pourrons avoir une vision de long terme, à l’abri des logiques financières de marché, permettant à la fois de développer un mix énergétique décarboné équilibré et de lutter contre la précarité énergétique.

Nous avons également proposé une série de mesures pour augmenter l’investissement et l’offre de transports publics, allant de la réalisation du Grand Paris Express au développement du vélo, en passant par une logistique urbaine bas carbone. Nous plaidons aussi pour que la réduction de la place de la voiture ne soit pas punitive et prenne en compte les réalités de chacun et le coût des technologies disponibles. Enfin, nous avons insisté sur la nécessaire limitation du transport aérien qui a l’empreinte carbone la plus forte. Cela passe par un investissement dans le rail et l’abandon du projet de Charles de Gaulle Express. Nous avons enfin souligné que la relocalisation de la production, la lutte contre les logiques capitalistes comme l’obsolescence programmée, ou le marketing pourvoyeur d’emballages jetables et de publicités polluantes sont des leviers à saisir.

Karl Marx disait que « l’histoire de l’humanité est l’histoire de ses forces productives ». Donnons à ces forces productives les moyens d’être à la hauteur d’une transition écologique juste.

 

Nicolas Bonnet-Oulaldj, 

président du groupe Communiste Front de gauche au Conseil de Paris

Didier Le Reste et Jean-Noël Aqua

conseillers de Paris

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus