Accueil

Artiste Patrick Navaï

le 31 October 2014

Artiste Patrick Navaï
  • Patrick Navaï d’origine franco-persane a d’abord été instituteur, correspondant culturel pour diverses publications, puis régisseur d’un orchestre symphonique et chorale.Il a été récemment membre de jury des Prix littéraires Wepler et Missives.
  • En 2001, il a fondé Migraphonies, revue des littératures et musiques du monde, (actuellement en sommeil), qui a reçu le soutien du Centre National du Livre. 
  • En 2014, il co-fonde avec l’écrivain et éditeur Daniel Besace la revue littéraire Transpercer. Auteur  de quatre recueils de poèmes : Les Figures du tourment, L’Echo des dits , Les Cœurs apostrophés et Shams le musicien. Il est présent dans les anthologies Attention travail ! et Voix sans Frontières. Les  revues  Martobre, Traversées, Missives, Encres Vagabondes, Jointure, Missives, Diaphonie, Les Pays des Mille et une Nuits, Inédits, Poézia, L’Arbre, Diérèse, les Cahiers des Diables bleus, Doïna, Le Pont, Poésie Première publient ses nouvelles et ses poèmes. Il a animé dernièrement un atelier d’écriture dans le cadre des Ateliers Populaires de la Connaissance au local du PC du 32 rue Saint-Yves de Paris 14.
  • Patrick Navaï est également peintre et collagiste, il a obtenu la Médaille Vermeil de la Ville de Paris. Plusieurs de ses peintures font partie de la collection du Musée Singer-Polignac. Une exposition personnelle lui a été consacrée en 2011 au local du PC du 32 rue Saint-Yves deParis 14. Son dernier ouvrage d’artiste publié aux Editions-Carnets-Livres  s’intitule Voyages encrés.

Artiste Sylvie Forestier

le 31 October 2014

Artiste Sylvie Forestier
  • Le  parcours d’artiste de Sylvie Forestier qui œuvre à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, est semé de poèmes, de chansons, de contes, ainsi que d’expositions de collages et de  peintures (Festival de l’Art de l’Imaginaire et du Fantastique de Beaumont-en-Auge,Festival Raymond Losserand, Espace Scribe l’Harmattan, Centre culturel La Clef, Marché de la Création,  Espace « 32 » etc…).
  • Elle a participé à la tenue de Migraphonies, revue des littératures et musiques du monde.  Récitante, elle s’est  produite à  l’Unesco en 2003 à l’occasion du spectacle Mille et Un Poèmes pour l’Afghanistan, monté par Open Asia, ainsique dans des lieux comme l’Espace Scribe l’Harmattan et le Bateau Daphné, où s’est déroulée la  Semaine  Culturelle de la Communauté des  Egyptiens  de  France  en  mars  2010,  et dernièrement au Studio Raspail lors de représentations poétiques organisées par Anne-Marie Bence, rédactrice en chef de la revue Missives.
  • Plusieurs de ses textes ont paru dans les revues Poezia, Doïna et Missives et dans l’anthologie Voix sans frontières. Elle a écrit une étude sur Assia Djebar pour l’ouvrage collectif La rhétorique de la passion dans le texte francophonede Ridha Bourkhis Editions Harmattan.Outre son livre illustré de photographies les Sylves intérieures, aux Auteurs indépendants, elle a publié  un ouvrage d’artiste  La moisson des résonances, aux Editions Carnets-Livres en 2012.

artiste Sylvie Forestier

le 31 October 2014

artiste Patrick Navaï

le 31 October 2014

CN du 15/10/2014 - Discussion

le 21 October 2014

CN du 15/10/2014 - Discussion

Conseil national – 15 octobre 2014 - Discussion

 

François Auguste – Isère

Impossible de traiter en soi la réforme territoriale, indépendamment de la monarchisation absolue de notre vie politique et institutionnelle et donc de l'enjeu d'une VIe République

C'est notre système démocratique qui est attaqué.

L'exercice autoritaire du pouvoir d'État par un seul homme et l'exercice du pouvoir dans les territoires par des potentats locaux relève de la même politique, de la même dérive.

Combattre la réforme exiger des référendums.

Proposer une réforme alternative des collectivités : participation citoyenne, coopérations , réforme fiscale, recul des inégalités.

Faire le lien entre réforme des collectivités et VIe République.

La VIe République de quoi parle-t-on ? De la démocratie, de souveraineté populaire Ce n'est pas un combat secondaire ni même second. C'est un combat de tout premier plan, pas avant tout un combat institutionnel même si la réforme des institutions en fait partie. Ce qui est neuf : la place première accordée aux citoyens. Je soutiens la proposition d'actualiser notre projet en l'appelant pour une VIe République citoyenne.

 

Isabelle Mathurin – Paris

Allier la réflexion sur la réforme territoriale avec celle menée sur la VIe République. Promouvoir de nouvelles pratiques démocratiques comme partie intégrante de notre conception de la VIe République (assemblées citoyennes et ateliers législatifs). Exemple de l'action engagée par « convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics » qui réunit syndicats, collectifs de défense des services publics et partis politiques, pour une manifestation à Guéret au printemps prochain.

 

Yves Dimicoli – Paris

Changer le rapport des entreprises à la société est au cœur de la riposte à apporter à la réforme territoriale. Pour les cantonales visons de larges alliances à gauche bien en prise sur les besoins locaux, pour résister à ce projet qui permettrait aux grandes entreprises de mieux ratisser les ressources et accroîtrait la part des richesses allant aux prélèvements financiers, au coût du capital, contre les services publics. Donc pas d'accord avec J-L Mélenchon qui relativise cet enjeu puisque l'entreprise n'est plus « le lieu de socialisation politique » ! Or, 90 % de la population active est faite de gens qui n'ont que leur force de travail à vendre aux entreprises pour vivre et Valls vise une union sacrée au nom de l'entreprise pour la rentabilité financière. Pour J-L Mélenchon, il faut dépasser le clivage « gauche-droite » alors même que Hollande, pour le dépasser, mène une politique de droite poussant l’électorat de gauche à l’abstention et nombre d'électeurs de droite à voter Le Pen. J-L Mélenchon met en demeure d'ignorer que, au-delà du Front de gauche, des forces de gauche (socialistes, verts..,) protestent. Sectaire, sa position abandonne tous les fondamentaux et les leviers du combat révolutionnaire moderne, avec la promesse d'une VIe République coupée des enjeux d'émancipation sociale. Il faut au contraire affirmer nos fondamentaux et leur donner vie dans nos propositions précises de relance sociale et écologique.

 

Pascale Soulard – Sarthe

Utiles ou pas, les élus communistes dans nos collectivités ? Au regard de ce qu'apporte un, une élue, communiste, nos valeurs, nos volontés de vouloir répondre aux immenses défis de notre époque par l'émancipation de tous... Est-il juste d'entendre que : « Quelques élus communistes seraient noyés dans des majorités et ne changeraient pas les choses » ; limite si : « ils ne seraient pas traîtres à la classe ouvrière » lorsque la majorité est socialiste. Au Mans, 7 communistes ont été élus sur la liste « PS » sans l'assentiment de la section, la liste FG frôlant les 10 % a refusé de fusionner, souhaitant rester une opposition dans la majorité et ont refusé la liste d'union au risque de faire basculer la ville à droite. La section a décidé de suspendre les droits des élus et de ceux qui les ont soutenus… La situation prend des proportions loin de nos valeurs, touchant même l'intégrité de nos camarades. Voici ce à quoi conduit l'impossible réflexion commune, l'impossible partage.

 

Christian Favier – Val-de-Marne

La lutte contre l'austérité, le rejet de la réforme territoriale, la défense des services publics et de la démocratie locale seront au cœur des enjeux des prochaines élections cantonales. Le rassemblement à construire pour battre la droite et l'extrême droite doit se faire dans la clarté en évitant toute combinaison de sommet qui ne ferait que renforcer le rejet de la politique et nourrir l'abstention. Cette clarté n'est pas une marque de sectarisme mais de respect des citoyens.

 

Martine Perez – Aveyron

Ne pas écarter le contexte économique et social. Tenir compte du contexte politique PS : nouvelle composante de la droite. Le PS nous entraîne dans la dégringolade. Être clair et cohérent pour les élections cantonales et régionales. Notre démarche devra être partout la même. Prendre exemple sur la victoire du non en 2005. Un contenu, des propositions antilibérales, ce qui rend incompatible tout accord avec les forces du gouvernement. Une volonté : rassembler. Favoriser l'intervention citoyenne. VIe République : pourquoi frilosité face à l'initiative de Mélenchon. Ne pas remettre en cause l'atout du FG. L'union de la gauche ou la gauche plurielle n'existent plus car nos partenaires d'alors plus de gauche. Tenons le combat de l'union sur les valeurs de gauche.

 

Jean-François Téaldi – Alpes-Maritimes

Pour les élections départementales on ne peut dire qu'il faut mener une campagne nationale qui servira de révélateur politique et envisager "d'éventuels accords départementaux entre formations" ou "de possibles accords de réciprocité", sous entendu avec le PS ! Ce serait incompréhensible pour les électeurs, suicidaire pour le FG. Aucun accord, même dans les territoires, n'est possible avec le PS qui casse les services publics. Pour le second tour en cas de duel droite/FN, s'il est hors de question d'appeler à voter pour la droite, nous devrons tout faire pour empêcher le FN d'accéder aux Assemblées, mais pour cela dès avant le premier tour nous devrons concentrer nos attaques sur son programme de répression économique, social et démocratique, à l'opposé des intérêts des couches populaires et des salariés.

 

Gisèle Malaval – Aube

A l'occasion de la journée de refus de la misère, nous devrions nous intéresser aux préjugés (s'appuyer sur les aphorismes de l'affiche ATD) liés à la pauvreté qui permettent aux libéraux et aux capitalistes de criminaliser les pauvres (travailleurs pauvres + chômeurs : 11,6 millions) de manière à faire payer les conséquences de la crise par les plus fragiles et à avoir l'assentiment, pour cette entreprise, de la majorité de nos concitoyens. Il est urgent de s'appuyer sur chaque préjugé pour en démasquer l'imposture. C'est un préalable nécessaire à la campagne sur la VIe République.

 

Jean-Marc Durand – Drôme

Parler de la réforme territoriale, c’est commencer par faire un bilan des évolutions institutionnelles et budgétaires des collectivités territoriales lors de ces dernières années, dont l’objectif est d’adapter les territoires et leur population aux exigences du marché. C’est-à-dire mettre l’Etat au service des grands groupes et de la finance, tout en réduisant la part des prélèvements publics et sociaux sur la valeur ajoutée pour augmenter le profit. Combattre ces choix passe par une bataille sur les moyens de financement, fiscalité et politique du crédit. C’est également conforter les lieux de prise de décisions de proximité (la commune) et travailler autrement les outils de solidarité et de coopération entre les territoires. Ces questions seront au cœur des prochaines élections départementales et devront constituer le socle de projets locaux communs dans une démarche de large rassemblement à gauche pour élire un maximum de candidates et candidats communistes et barrer la route à la droite et à l’extrême droite.

 

Béatrice Lejarre – Bas-Rhin

La droite mène une offensive de très grande envergure pour mettre au centre du débat le Conseil unique d'Alsace refusé par les Alsacien-ne-s lors du référendum de 2013. Nos axes politiques - défense des départements et communes, référendum, construction d'une VIe République- sont politiquement très justes. Mais il faut bien veiller à ne pas apparaître comme partisans d'un statu quo renvoyant à plus tard les solutions en matière d'organisation territoriale. Il est indispensable de rendre nos propositions plus tangibles et de dégager des pistes plus concrètes, tout en travaillant à notre projet, pour une VIe République citoyenne. Derrière l'opération politique « Alsace unie », il y a en fait un projet visant à constituer une région transfrontalière (pays du Rhin supérieur) qui ouvrirait la porte à une casse du cadre national, du Code du travail...

 

Dominique Adenot – Val-de-Marne

Ce sont bien 28 milliards qui sont retirés par l'austérité gouvernementale aux collectivités entre 2013 et 2017 ! Cela va avec la réforme territoriale : moins d'action publique, les finances sont mobilisées vers les pôles d'affaires. Et surtout moins d'assemblées élues et l'éloignement des citoyens. La préfiguration de la métropole de Paris l'illustre : aux 94 % d'élus qui exigent un nouveau débat pour amender la loi d'affirmation des métropoles, le Premier ministre répond qu'il en tient compte, mais pour proposer aussitôt d'y aller à petits pas... et de reprendre l'offensive pour la suppression des départements de petite couronne et la maîtrise par l'État de l'aménagement des pôles de développement métropolitains ! Pour les cantonales, en conséquence, la bataille devra être celle du rassemblement de tous ceux qui ne se retrouvent plus dans la politique gouvernementale pour construire une alternative populaire à l'austérité, et dans une dynamique nationale qui n'empêche pas de réfléchir à quelques endroits pour ne pas laisser la droite et l'extrême droite seules présentes au 2e tour.

 

Caroline Pottier – Vendée

Le gouvernement ne fait pas que de la réforme, il construit un véritable projet de société. Une société libérale, profondément injuste, de mise en concurrence des territoires et des populations. Nous sommes arrivés à la fin d’un cycle pour la gauche et au commencement d’un nouveau. Il n’est plus temps de faire des constats, de ressasser les choix des municipales, plus temps de laisser une poignée de dirigeants s’approprier le FG qui n’appartient qu’à ses militants au service du peuple. Les modèles d’actions n’existent plus, ils sont remplacés aujourd’hui par des expériences citoyennes. Un monde nouveau se construit et nous devons en être. Nous avons mobilisé, en Vendée, lors des dernières municipales 500 personnes, dont 80 à 100 communistes sur des listes FG avec une moyenne de 8%. C’est avec ces citoyens que se construit le rassemblement, c’est d’abord eux que nous fédérons sur de l’ambition et de l’action. C’est à partir de la convergence des luttes, et de l’exigence d’un autre projet de société, que le rassemblement pourra se faire et que les stratégies se décideront avec les militants politiques, citoyens, associatifs et syndicaux.

 

Francis Parny – Val-d'Oise

Il faut à la fois rassembler contre l'austérité et construire une alternative à une politique qui est néolibérale, tant le pouvoir sert les intérêts du MEDEF. Dès aujourd'hui, la présence d'un-e candidat-e portant un projet de transformation sociale en 2017 est posée. PCF et FG peuvent porter cette alternative avec ceux qui refusent de penser l'avenir de notre pays au travers d'une gauche dominée par un PS hégémonique.

 

Laurence Zaderatzky – Pas-de-Calais

Nous plaçons l'égalité et la démocratie au cœur de notre projet et de nos actions. Accordons-nous la même attention au droit au logement ? Un constat : près de 10 millions de personnes sont aujourd'hui mal logées. Après le hold-up sur le 1%logement du livret A, le gel des APL ; les annonces de Valls au congrès USH sont révoltantes : encadrement des loyers enterré, toujours le tous propriétaires et le logement à loyer modéré ghettoïsé. Avec tous les acteurs de l'habitat, nous pouvons réfléchir et imaginer un service public de l'habitat, une maîtrise publique du foncier ; c'est un espace de citoyenneté et de démocratie à conquérir. De novembre à décembre 2014, vont avoir lieu les élections des représentants de locataires, sans aucune campagne nationale, ni publicité, nous pouvons les mettre en lumière et nous mobiliser.

 

Yann Le Pollotec – Seine-Saint-Denis

Pour ces élections, avec le chaos qui règne dans les têtes et dans le pays, avec des électeurs qui pensent à plus de 57% que ce qui les divise est plus fort que ce qui les rassemble, il faut avant tout reconstruire du sens politique. Si on ne reconstruit pas du sens politique, un récit collectif où chacun se sente partie prenante, aucune stratégie politique quelle qu'elle soit ne pourra résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés. Les gens sont saturés de stratégie politique et pensent que les politiques ne s’occupent que de leurs problèmes à eux et pas des leurs. Il nous faut à cette élection parler la France au sens de ma France de Ferrat.

 

Daniel Cirera – Seine-Saint-Denis

Quel message le PCF veut-il adresser au pays, à la hauteur de la gravité de la situation ? Besoin d'une initiative nationale cohérente et visible, – de l'expression médiatique au militant –, d'un appel "grand angle à gauche" qui montre qu'on ne se résigne pas à l'échec, et qu'ensemble on peut faire avancer des choses, au-delà de la colère et de la déception. Partir des contradictions (la gauche française n'est pas celle de Schröder ou Blair) pour poser des objectifs concrets et clairs. Partir du réel. Réforme territoriale et baisse des dotations d'État (cf. PME BTP, associations, services publics) ; contrôle des aides d'État, pour l'emploi; Europe: s'appuyer sur le plan d'investissement de la CES ; la lutte contre les inégalités. Un colonne vertébrale : le redressement national, l'emploi, la justice sociale, la citoyenneté. Un cadre: les valeurs de gauche, de la République.

 

Pascal Savoldelli – Val-de-Marne

Nous devons asseoir toute réflexion sur la réforme territoriale sur deux préalables fondamentaux : Notre approche critique des projets gouvernementaux doit davantage reposer sur une conception et une visée positive et constructive, pour être pleinement lisible et contemporain. Situer les enjeux de la décentralisation, dans un débat plus large sur la conception de l'État et de la société.

La représentation nationale se décline au niveau du Parlement. Mais pas seulement ! Ne faut-il pas considérer dans une République une et indivisible que les élections locales produisent de la représentativité politique au sein de la nation ? N’est-il pas impérieux de construire des objectifs politiques fondés sur des aspirations progressistes, sur une identité transformatrice et sur une construction démocratique ?

Des candidats-e-s de rassemblement et d’union contre l’austérité, pour des solutions alternatives ? Construire dans le canton, le département, un pacte d’engagements contre l’austérité et pour changer la politique actuelle, construits avec les citoyens qui fonde la diversité et la pluralité de la représentativité des forces de gauche et d’acteurs de la société civile dans la construction des binômes et de leurs remplaçants ?

 

Viviane Claux – Oise

Élections départementales : souhait CD 60 d'une campagne claire contre austérité, gouvernement Valls, MEDEF, droite et extrême droite, rejet réforme territoriale ; pour développement services publics et démocratie. Cela serait de nature à rassembler sur nos candidatures. CD demandeur ligne et campagne nationale claire, lisible, cohérente nationalement. Rencontres avec PS qui demande accord global au 1er tour ; avec FG pour candidatures de large rassemblement contre austérité. Nous construisons des rencontres citoyennes et initiatives à partir des préoccupations locales : taxe des ordures ménagères, augmentation prix des cantines, réforme des rythmes scolaires, pouvoir d'achat, contre réforme territoriale, santé, préparation manif départementale fin 2014 ; partie prenante le 15 novembre.

 

Elisabeth Gauthier – Essonne

La période actuelle demande un déploiement de notre stratégie décidée au congrès avec une grande créativité. La question stratégique est au cœur de toutes les recherches dès qu’il s’agit de vouloir bouger. Comment construire dans les confrontations et échéances électorales de façon visible et cohérente le projet de gauche dont on a besoin ? Sans cohérence, nous ne serons ni audibles ni crédibles, ni très mobilisateurs et rassembleurs. Et nous ne saurons créer la dynamique nécessaire pour faire vivre l’alternative face au FN. C’est maintenant qu’il faut construire cette cohérence, cette posture et de façon durable car nous nous devons nous préparer à la déferlante austéritaire qui s’annonce. La manif du 15 tombe bien.  Nous avons la possibilité d’ouvrir partout des espaces de discussion, d’action avec des gens de sensibilité FG et au-delà, et pouvons construire des candidatures aux cantonales dans de tels cadres.

 

Vincent Bony – Loire

En nous appuyant sur le bilan des élus sortants nous pouvons lancer un appel à construire des candidatures « Tous ensemble contre l'austérité » pour s'opposer à la politique gouvernementale et faire vivre une politique départementale progressiste. Nos candidatures rassembleuses, offensives s'appuieront sur le PCF, le FG, les acteurs voulant une vraie gauche, voulant témoigner de leur combat social et citoyen. Cela n'empêche pas une intelligence de la carte cantonale avec d'autres forces de gauche. Cette démarche offensive vise aussi à faire mesurer au peuple de gauche qu'un autre choix est possible qui mérite d'être mieux identifié pour être mieux approprié par nos concitoyens. De la démarche « constituante » je ne retiens que la notion de conquête de puissance sociale par le peuple que nous pouvons lier aux indispensables batailles à mener sans attendre dans les entreprises.

 

Alain Obadia – Paris

Je veux insister sur l'importance de la convention pour l'industrie. La nouvelle industrialisation du pays conditionne notre avenir. Possibilité d'ouvrir des perspectives de progrès ou enfoncement dans la régression, tel est l'enjeu. Notre convention avancera des idées novatrices notamment sur la liaison industrie/écologie ou sur les potentialités de la phase nouvelle de la révolution informationnelle. Inscrire la préparation de la convention comme un élément de la préparation de la conférence nationale est essentiel. C'est ainsi que nous assurerons tout à la fois une bonne participation et des débats de grande qualité.

 

Nicolas Garcia – Pyrénées-Orientales

Pour ces élections départementales, il faut réellement demander à nos concitoyens s’ils sont prêts à provoquer le retour de la droite et l’élection de FN, quitte à remettre en cause les maigres avancées mises en œuvre par les Conseils généraux de gauche dans leur département. Selon le choix que nous ferons, nous pouvons contribuer à boucher la perspective politique. Nous pouvons travailler au projet de société avec les gens, créer un large rassemblement de gauche tout en n’apparaissant pas comme jouant la défaite voire le chaos. Pas sûr que l’électorat nous suive dans un référendum pour ou contre Hollande.

 

Alain Janvier – Seine-et-Marne

Le département de Seine-et-Marne a été l'objet d'un régime de « faveur » pour le projet de réforme territoriale : dans les faits, couper en deux le 77, et constituer des super agglomérations. Le projet départemental, présenté par le préfet, est retoqué dans plusieurs agglos à dominante PS, mais où nos élus ont joué tout leur rôle. Par ailleurs, J.-L. Mélenchon a tort de considérer que la socialisation politique n'est plus d'actualité dans les entreprises et lieux de travail. Néanmoins, les difficultés rencontrées invitent à proposer une réflexion collective dans notre parti pour que les appels au renforcement du Parti sur les lieux de travail ne soient pas purement incantatoires.

 

Laurent Péréa – Dordogne

Besoin de redonner du sens à l'espace qu'a caractérisé historiquement la gauche avec un rassemblement de toutes les forces de résistance et de transformation sociale, avec des élus animateurs de la construction politique, impliqués citoyennement. La porte d'entrée de baisse des dotations doit être parlante, par des exemples concrets, pour être entendu sur nos propositions. Besoin aussi, à partir d'une ligne de bataille nationale, que celle des cantonales en cohérence se projette avec les enjeux régionaux en vue des échéances suivantes. Nos initiatives, le tour de France de Pierre peuvent donner de la résonance à notre démarche de rassemblement.

 

Remerciements à Marianne Parmigiani, Marie-Noëlle Postel, Françoise Saint-Hilaire et Jean Youdom.

Ecotaxe : Ségolène Royal sacrifie le développement durable et l’agglomération messine

le 13 October 2014

Ecotaxe : Ségolène Royal sacrifie le développement durable et l’agglomération messine

Ségolène Royal a annoncé la suppression pure et simple de l’écotaxe. Une nouvelle fois le gouvernement recule face au lobbying du patronat du transport. Cette annonce entérine l’abandon d’une mesure approuvée par l’ensemble des forces politiques. La fédération de Moselle du PCF exprime sa ferme condamnation de cette décision.

Alors que l’ambition initialement prévue avait déjà été très sévèrement réduite, en passant de 15 000 à 4 300 kms, avec des recettes divisées par deux, la ministre enterre l’écotaxe sans la moindre annonce concernant le financement des alternatives au tout routier

Le débat parlementaire en cours a éclairé la faiblesse du " projet de loi de transition énergétique pour la croissance verte" en matière de logement et de transport. Cette annonce vient doucher les minces espoirs de celles et ceux qui attendaient un engagement ferme du gouvernement pour la transition écologique, elle est une douche glacée pour l’agglomération messine avec les menaces pour les emplois d’Ecomouv et des douaniers concernées. Les engagements de l’Etat concernant les compensations de la carte militaire, déjà insuffisants, doivent être honorés.

L’abandon de cette redevance constituerait un nouveau gaspillage des deniers publics. C’est inacceptable. Le gouvernement doit revoir sa copie, La mise en place de l’écotaxe est indispensable pour favoriser la relocalisation de l’industrie au service du développement des régions et le rééquilibrage des modes de transport.

La réforme de la fiscalité est indispensable pour sortir de l’austérité et permettre à l’Etat comme aux collectivités locales de financer les services publics indispensables au redressement industriel et à la population. Les communistes sont disponibles pour participer à toute initiative portant cet objectif.

Jacques MARECHAL

Secrétaire Départemental PCF 57

Membre du Conseil National

(Voir PJ)

Compte-rendu réunion de section 1/10/14

le 08 October 2014

Compte-rendu réunion de section 1/10/14

Vous trouverez en pièce-jointe le compte-rendu de la réunion de la section de la Bridoire qui s'est déroulée le mercredi 1er octobre 2014. 

Il y est notamment question de la stratégie, du positionnement du PCF par rapport aux autres composantes de la gauche.

Bonne lecture.

Fête du Vin Nouveau à Prissé

le 04 October 2014

Fête du Vin Nouveau à Prissé

La fête du vin nouveau à Prissé met en avant son caractère politique.

Un gouvernement Valls 2 qui va dans une direction dans laquelle beaucoup de gens de gauche " ne veulent pas aller ", des choix " qui sacrifient chaque jour de nouveaux français à l’idole de la finance " qu’ils n’acceptent pas. Face à cela, la section PCF du Maconnais affirme une position précise. " Nous, communistes, invitons au débat toutes celles et ceux qui ne se reconnaissent pas dans la politique actuelle pour qu’ensemble, nous construisions une alternative ".
Le redressement national : plan de lutte immédiat contre les gâchis de la finance et pour la relance sociale ; refonte de la démocratie vers une sixième république, retour d’une parole forte, non alignée et indépendante de la France pour changer l’Europe et l’ordre du monde.

 

Cette année, la fête du vin nouveau accueillera un marché paysan d’une douzaine de stands. Les modes alternatifs de consommation seront à l'honneur.

Gérard Le Puill, journaliste à l’Humanité , auteur du livre " Produire mieux pour manger tous d‘ici 2050 et bien après ". Il tiendra une conférence sur ce thème à 15 h 30.

De nombreuses associations auront aussi leur espace et les membres du PCF relaieront les actions menées localement en soutien à la Palestine ou contre le grand marché transatlantique.

Coté culturel, la librairie Le Cadran lunaire proposera une sélection de nouveautés en lien avec les thèmes évoqués et une exposition sur la Grande Guerre sera proposée par l’Arac.

Il y aura aussi : jeux pour enfants et adultes, danses africaines avec le groupe Majesty, chanson avec Twin. Et du vin nouveau, buvettes et gaufres.

De 14 h 30 à 18 h 30, au parc municipal de Prissé. Entrée gratuite.

 

 

Débat public : L'urgence de reconstruire une vraie alternative à gauche

le 03 October 2014

Débat public : L'urgence de reconstruire une vraie alternative à gauche

Débat public : L'urgence de reconstruire une vraie alternative à gauche

Le 15 octobre à 20h30, salle de la Gornière à Châtellerault

avec Olivier Dartigolles (porte parole du PCF)

Pouria Amirshahi (député PS frondeur)

et Catherine Giraud (secrétaire générale CGT 86)

Sahara occidental : le PCF apporte son soutien à la famille de Hassana Elouali Aaleya et réaffirme sa solidarité à la juste lutte du peuple sahraoui

le 02 October 2014

Sahara occidental : le PCF apporte son soutien à la famille de Hassana Elouali Aaleya et réaffirme sa solidarité à la juste lutte du peuple sahraoui

Décès en prison à Dakhla du militant sahraoui des droits de l'homme, Hassana Elouali Aaleya

Le pouvoir marocain redouble de violence contre la population sahraouie des territoires occupés: manifestations pacifiques réprimées, militants des droits de l'homme arrêtés, emprisonnés, torturés...De nombreuses délégations d'observateurs étrangers sont interdites d'accès dans les territoires occupés et expulsées. Au Maroc même, on interdit, on réprime, on emprisonne, on torture...

La situation dans les prisons s'aggrave de jour en jour. De nombreux prisonniers politiques mènent des grèves de la faim très dures contre leurs conditions de détention et pour obtenir leur libération. Le 13 août 2014, l'étudiant marocain Mustapha Meziani est mort après 72 jours de grève de la faim. D'autres prisonniers poursuivent une grève de la faim depuis plusieurs semaines. Leur état est très critique. Mais le pouvoir marocain reste inflexible.

Âgé de 42 ans, le militant sahraoui des droits de l'homme, membre du Comité contre la torture de Dakhla, Hassana Elouali Aaleya, a été condamné à trois ans de prison après les manifestations de 2011 à Dakhla. Il devait être libéré avec d'autres militants la semaine prochaine. Affaibli par plusieurs grèves de la faim qu'il a menées avec ses camarades sahraouis emprisonnés et souffrant d'un diabète, il a été privé des soins nécessaires par les autorités marocaines. Il  est mort dans la nuit du dimanche 28 septembre. La manifestation de la population sahraouie de Dakhla le 29 septembre contre cette "liquidation "délibérée a été violemment réprimée.

Nous apportons notre soutien à la famille de Hassana Elouali et réaffirmons notre solidarité à la juste lutte du peuple sahraoui contre la répression et pour la reconnaissance de son droit à l'autodétermination. Nous appelons à

 

UN RASSEMBLEMENT

        VENDREDI 3 OCTOBRE À 17H

        PRES DE L'AMBASSADE DU MAROC

              angle des rues Benjamin Franklin et Le Tasse

              PARIS 16ème    métro Trocadéro

 

- pour dénoncer la responsabilité du pouvoir marocain et demander la mise en place d'une commission d'enquête indépendante et impartiale sur les circonstances de ce décès

- pour exiger la libération de tous les prisonniers politiques marocains et sahraouis et l'arrêt de la répression dans les territoires sahraouis  occupés

- pour demander au gouvernement français de ne plus soutenir le pouvoir marocain qui continue de bafouer en toute impunité le droit international

 

Signataires: ACCA, AFASPA, AFAPREDESA, AFDI, APSO, ARAC, ASEI, Association des Amis de la RASD, Association de la Communauté sahraouie en France (ACSF), Association des Sahraouis de France (ASF), CEDETIM, CLSPS, COMIPSO, CORELSO, DROIT SOLIDARITE, ERMPdL, FASTI, Fondation Frantz Fanon, Le Mouvement de la Paix, Ligue des jeunes et étudiants sahraouis, Plateforme de Solidarité avec le peuple sahraoui, SolidaritéMaroc05,Sortir du Colonialisme, Un camion-citerne pour les Sahraouis

Avec le soutien de: CGT, SI-CNT, Union syndicale Solidaires, Europe Écologie Les Verts (EELV), MJCF, NPA, PCF

                                   Contact:plateforme.SO@gmail.com