Accueil

Traite d’êtres humains pour la première fois reconnue dans le monde du travail

le 08 February 2018

Traite d’êtres humains pour la première fois reconnue dans le monde du travail

Traite d’êtres humains pour la première fois reconnue dans le monde du travail

le 08 February 2018

Traite d’êtres humains pour la première fois reconnue dans le monde du travail

GARDONS LES COLOS ARC-EN-CIEL

le 04 February 2018

GARDONS LES COLOS ARC-EN-CIEL

GARDONS LES COLOS ARC-EN-CIEL

La mairie de Paris a décidé sans concertation de supprimer les colonies de vacances Arc-enciel, qui permettent à plusieurs milliers de petits parisiens de découvrir nos régions. Pour les enfants de familles les plus modestes, c'est souvent la seule opportunité de quitter Paris pendant l’été. La maire de Paris doit revenir sur cette décision incompréhensible.

LES COMMUNISTES DEMANDENT LE MAINTIEN DES COLONIES DE VACANCES ARC-EN-CIEL

Le dispositif Arc-en-ciel, en place depuis plus de trente ans, propose aux petits parisiens des séjours d’une ou deux semaines sur l’ensemble du territoire (mer, montagne, campagne) pendant les mois de juillet et août. Il permet à plusieurs milliers d'entre eux (5 à 7 000 selon les années) de quitter Paris et de partir en colonies de vacances dans diff érentes régions de France. Ces séjours de vacances sont également un gage de mixité et d’égalité: le coût de participation est calculé en fonction du quotient familial. À la place, il serait prévu, pour les enfants de 3 à 14 ans, un accueil dans les centres de loisirs parisiens. Ces derniers sont seulement en mesure de proposer des activités dans les écoles, ainsi que des sorties éducatives à Paris ou à proximité (espaces nature et découverte dans les bois de Boulogne et de Vincennes, bases de loisirs en Île-de-France). Un dispositif a minima qui a suscité l’inquiétude des familles, qui ont immédiatement lancé une pétition ayant déjà recueilli plus de 10 000 signatures. Les communistes et leurs élus appellent donc l’ensemble des parisiennes et parisiens à signer cette pétition lancée par des parents d’élèves:

Signez la pétition en ligne adressée à Anne Hidalgo

Pour le maintien des colos arc-en-ciel:

https://www.change.org/p/anne-hidalgo-pour-le-maintien-des-colos-arc-en-ciel

Etats généraux du Progrès Social

le 29 January 2018

Etats généraux du Progrès Social

Assemblée générale de la Société des Lectrices et Lecteurs de l'Humanité ce samedi 27 janvier 2018 à Paris

le 24 January 2018

Assemblée générale de la Société des Lectrices et Lecteurs de l'Humanité ce samedi 27 janvier 2018 à Paris

Avec et pour l'Humanité Venez nombreux !

 

10 Heures : Assemblée générale de la Société des Lectrices et Lecteurs de l'Humanité

Témoignages, échanges: Gagner des lecteurs à l'Humanité dans les mobilisations. Échos des comités des villes et des régions

 

13 Heures : Buffet-repas convivial

 

14 Heures 30 :

 

Jeunes et rebelles, L'Humanité dans les mains !

Avec Patrick Le Hyaric Directeur de l'Humanité Député européen

 

ÉTUDIANTS, TRAVAILLEURS, PRÉCAIRES, SANS EMPLOIS

Paroles de jeunes communistes, de jeunes de tout le pays Témoignages vidéos

 

Samedi 27 janvier 2018

Patronage laïque - 61 rue Violet - Paris XVe (Métros : Emile Zola ou Commerce)

 

Inscriptions pour le repas: Société des lectrices et lecteurs de l'Humanité - Immeuble Calliope, 5, rue Pleyel - 93528 Saint-Denis Cedex

Tél. 01.49.22.72.90 - courriel : lectriceslecteurs@humanite.fr

Rencontre ce 30 janvier 2018 à 19h00 à Saint-Denis

le 24 January 2018

Rencontre ce 30 janvier 2018 à 19h00 à Saint-Denis

Le Comité Parisien des Amis de l'Humanité et les personnels de l'Humanité vous invitent

à une RENCONTRE

le MARDI 30 JANVIER À PARTIR DE 19 HEURES

pour échanger avec celles et ceux qui font notre journal, donner votre avis sur le fond comme sur la forme des articles et des rubriques, et réfléchir ensemble

à renforcer toujours plus la lecture de notre journal.

À l'AUBERGE DE TIGHZA

17 boulevard Ornano, Carrefour Pleyel à Saint-Denis

Café situé tout à côté des locaux du journal, Ligne 13, Carrefour Pleyel,

Bus 139-255

LETTRE-OUVERTE A l’attention de Monsieur Marx, Préfet du Bas-Rhin

le 24 January 2018

LETTRE-OUVERTE   A l’attention de Monsieur Marx, Préfet du Bas-Rhin

LETTRE-OUVERTE

 

A l’attention de Monsieur Marx, Préfet du Bas-Rhin

 

Faudra-t-il un mort pour fermer « L'Arcadia » et dissoudre « Le

Bastion Social » ?

 

Copie à la presse

Copie aux parlementaires alsaciens

Copie aux groupes Communistes du Parlement

 

La situation engendrée par l'ouverture à Strasbourg, le 9 décembre 2017, du local d'ultra-droite « L’Arcadia » est grave. Je vous demande, par cette lettre ouverte, de saisir le Ministre de l'intérieur, qui peut décider en Conseil des ministres de prendre un décret de dissolution de mouvements radicaux, en se référant à l'article L212-1 du code de la sécurité intérieure. Je vous demande également avec la même solennité la fermeture du local « L’Arcadia ».

Le local « L’Arcadia » est géré par l’association « le Bastion Social », organisation d'extrême-droite, vitrine du Groupe Union Défense (G.U.D) connu pour ses actes violents et racistes notamment dans les villes de Lyon et de Paris.

L'objet de cette association, ses actions récentes ainsi que le comportement d’individus qui lui sont étroitement liés, entrent dans la caractérisation de ce type de mouvements radicaux : "qui, soit provoquent à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, soit propagent des idées ou théories tendant à justifier ou encourager cette discrimination, cette haine ou cette violence."

Pour rappel, deux décisions du Conseil d’État (CE, 30 décembre 2014, Association "Jeunesses Nationalistes" et M.A. et CE, 30 décembre 2014, "L'Œuvre Française") ont validé les décrets de dissolution de groupes.

Face à l'indignation générale exprimée par de nombreux Strasbourgeois, je ne peux me satisfaire de la réponse que vous avez apportée, parue dans les DNA du 20 Janvier, indiquant que « Contrairement à ce qui s’était passé à Lyon où le Bastion social occupait illégalement un squat, le mouvement occupe à Strasbourg un local de manière légale. Aucune infraction de nature à justifier la fermeture du local n’a été à ce jour constatée mais les autorités suivent avec une attention toute particulière ce dossier ».

Bien au contraire, je considère que l’organisation d'ultra-droite qui gère ce local, en organisant des activités de nature discriminatoire et en incitant à la haine et à la violence, constitue une menace pour l'état de droit et les libertés républicaines.

En moins de deux mois, au-delà du climat anxiogène qui s'est installé dans le quartier de l'Esplanade, on ne compte plus les actes de violences tombant sous le coup de la loi et dont les liens avec « Le Bastion Social » sont indéniables.

Des actes de violences répétés :

N’est-il pas exact que le 9 décembre 2017, en marge de l’inauguration du bar « L’Arcadia », une vingtaine de personnes dont le trésorier de l’association « Le Bastion Social », ont roué de coups un jeune homme d'origine algérienne ? Trois militants du « Bastion Social » ont été traduits en justice et condamnés pour violence en réunion.

N’est-il pas exact que le 20 janvier 2018, deux militants du « Bastion Social », à peine sortis du local « L'Arcadia », ont agressé un conducteur de tram de la CTS et deux personnes ayant participé à la manifestation pour la fermeture du local, ainsi que le révèlent les DNA du 21 janvier ?

Des actions de nature discriminatoires :

Diverses publications sur les réseaux sociaux et différentes interviews dans la presse de militants du «Bastion Social » font connaître publiquement l’organisation de tournées discriminatoires « d'aide aux sans-abris français », au nom de la préférence nationale, principe condamné à de nombreuses reprises par la justice française.

La promotion d'une culture de violence et de haine :

Des clichés circulent sur les réseaux sociaux où l'on peut voir notamment le Président du « Bastion Social » de Strasbourg posant avec une arme à feu.

Dans ce contexte de recrudescence des violences d'extrême-droite en Europe, cette exhibition d'arme à feu n'est pas à prendre à la légère. D'autant que dans ce local sont organisées des conférences faisant l'apologie des idées fascistes et de la violence, comme celle du 13 janvier dernier, avec Gabriele Adolfini, militant d'ultra-droite italienne, condamné en raison de ses activités subversives en Italie durant les années 1970 et 1980.

Les menaces qui pèsent sur les Strasbourgeois sont réelles, notamment pour les militants antifascistes et celles et ceux du mouvement social, sur les personnes LGBT et sur les citoyens supposés issus de l'immigration.

En l’absence de mesures prises par l’Etat, le risque de voir se banaliser ce type d’incident portant atteinte à l’ordre public et à la sérénité du quartier, n’est pas à sous-estimer.

Les condamnations vis-à-vis de cette association sont unanimes et les craintes fondées. Le Conseil municipal de la ville de Strasbourg a d’ailleurs voté à l’unanimité une motion pour demander la fermeture du local.

Aussi j'espère une action rapide et conséquente de votre part pour éviter qu'un drame se produise dans notre ville. J'espère qu’il ne faudra pas attendre un mort lors d'une « ratonnade » pour voir « L'Arcadia » fermé et « Le Bastion Social » dissout.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma considération distinguée.

Hülliya TURAN

Secrétaire départementale

NE LAISSONS PAS BRADER ALSTOM !

le 23 January 2018

NE LAISSONS PAS BRADER ALSTOM !

Les communistes Bas-Rhinois à la rencontre des salariés d’Alstom – janvier 2018

La députée européenne du Parti communiste français (PCF) Marie-Pierre Vieu a rencontré l’intersyndicale CGT et FO de l’usine Alstom à Reichshoffen.

Cette visite visait à « échanger sur la situation d’Alstom ainsi que la politique industrielle en France ». Un projet de fusion des activités ferroviaires des groupes français Alstom et allemand Siemens a été annoncée en septembre dernier.

 

Ne laissons pas brader ALSTOM ! Les communistes ont été présents sur le site d'Alstom Reichshoffen ce mercredi pour dénoncer la fusion d'Alstom et Siemens. Comme l'ont indiqué des responsables syndicaux de l'intersyndicale CGT-FO lors de notre rencontre en présence de Marie-Pierre Vieu, députée européenne PCF : un fleuron de l'industrie française risque de disparaître ! Pour les communistes bas-rhinois, la défense des travailleurs, de l'emploi industriel et de tels savoirs-faire sur notre territoire ne peuvent se voir ainsi mis en danger au profit des actionnaires.

affaire à suivre

Compte rendu de mandat de vos conseillers PCF

le 04 January 2018

Compte rendu de mandat de vos conseillers PCF

Vœux pour 2018 -- Compte rendu de mandat de vos conseillers PCF à la mairie d'arrondissement du 14e -- Débat avec Ian Brossat, Maire adjoint de Paris en charge du logement

Mercredi 17 janvier 2018 18h30 à l'Entrepôt, 7 rue Francis de Pressensé Métro Pernety (ligne 13)

Compte rendu de mandat de vos conseillers PCF à la mairie d'arrondissement du 14e
Hervé Bégué,
Conseiller de Paris
Catherine Chevalier en Charge du projet de halle alimentaire
Nicolas Liébault en charge de la lutte contre l'exclusion

Suivi d'un débat avec
Ian Brossat
, Maire adjoint de Paris en charge du logement

Se loger moins cher à Paris et dans notre arrondissement

 

Vœux pour 2018

le 04 January 2018

Vœux pour 2018

Vœux pour 2018 -- Compte rendu de mandat de vos conseillers PCF à la mairie d'arrondissement du 14e -- Débat avec Ian Brossat, Maire adjoint de Paris en charge du logement

Mercredi 17 janvier 2018 18h30 à l'Entrepôt, 7 rue Francis de Pressensé Métro Pernety (ligne 13)

Compte rendu de mandat de vos conseillers PCF à la mairie d'arrondissement du 14e
Hervé Bégué, Conseiller de Paris
Catherine Chevalier en Charge du projet de halle alimentaire
Nicolas Liébault en charge de la lutte contre l'exclusion

Suivi d'un débat avec
Ian Brossat
, Maire adjoint de Paris en charge du logement

Se loger moins cher à Paris et dans notre arrondissement