position Publié le 11/10/2018 par PCF

L'écologie au coeur du combat communiste

Face à un capitalisme qui exploite, avec la même vigueur, les hommes et la nature, nous opposons l'écommunisme pour protéger l'humanité du chaos et préserver la planète.

Pour le capitalisme, mondialisé et financiarisé, la nature à un prix dont il doit tirer un bénéfice immédiat. Avec son productivisme allié au consumérisme il accélère la crise à laquelle il confronte les peuples et provoque la destruction des écosystèmes. 

Son action nous conduit au bord de l'anthropocène : réchauffement climatique, perte de biodiversité, qualité alimentaire, hausse des maladies chroniques dues aux perturbateurs endocriniens, pollution de l'air, des océans et de l'eau de source, épuisement des réserves de terres rares et de certaines matières premières… A cela s 'ajoute l'accroissement exponentiel des inégalités sociales.

 

L'écommunisme c'est des parti-pris écologiques et des initiatives communistes, à faire vivre dans les rassemblements.

 

L'ambition des communistes est de bâtir une alternative politique au service du bien-être et de la préservation de la planète. L'écommunisme singularise le combat écologique communiste.

La démocratie est le point de départ de notre engagement. Pour cela, les citoyen·ne·s et les salarié·e·s doivent être informé·e·s, documenté·e·s et disposer de nouveaux droits d'intervention.

Le climat, mère de toutes les batailles, ne peut-être laissé entre les mains des dirigeant·e·s de la planète, même les mieux intentionné·e·s. Il doit être géré par la communauté humaine mondiale. Contribuer aux mobilisations citoyennes climatiques c'est aussi agir pour d'autres choix anticapitalistes 

La dimension planétaire et internationale de la crise environnementale est évidente. La pollution n'a pas de frontières, la spoliation des terres par les multinationales industrielles et financières, la dette écologique des pays riches à l'égard pays en développement sont des réalités lourdes de l'empreinte environnementale planétaire. Nous portons une ambition solidaire internationale faite de coopérations et de luttes contestant l'égoïsme de la minorité qui impose son mode de vie.

Nous refusons tout projet de société qui parierait sur les peurs. La place du travail scientifique conserve, à nos yeux, toute son utilité pour comprendre le monde. La recherche doit pouvoir disposer de réels moyens et pouvoir travailler sans entrave ou contrainte de quelque sorte que ce soit. 

L'industrie ne doit plus être guidée par les seuls intérêts financiers. Pour nous, l'industrie n'est pas le problème, c'est la solution car la novation industrielle au XXIème siècle sera écologique ou ne sera pas. Mais existe-t-il une façon rationnelle d’appliquer le principe de précaution, évitant qu’il soit un frein excessif à l’application des technologies nouvelles ou qu’il conduise à des mesures draconiennes démesurées ?

L'écologie est au cœur d'enjeux de classes qui ont pour conséquence le développement des inégalités, ici, en Europe et dans le monde. Leur approfondissement s'accompagne toujours d'inégalités environnementales. Nous menons, dans un même mouvement, le combat contre les inégalités sociales et environnementales

Nous sommes pour un nouveau mode de production et consommation.Quelles richesses produire ? Comment les produire, pour satisfaire qui et quels besoins ? Une choses est sûre, ce qui doit changer, c’est l’objectif même de la production dont le moteur est la recherche de la rentabilité financière. 

L'alimentation comme l'eau sont nécessaires à la vie et doivent être pensés comme des communs. Des millions de personnes en sont privées tandis qu'augmentent des maladies chroniques dues à la mal-bouffe. L'alimentation doit être appréhendée dans son ensemble, « de la fourche à la fourchette », afin de répondre à la satisfaction des besoins d'une alimentation saine et accessible à tou·te·s.

Le développement des services publics de l’environnement devient crucial, tout comme celle d’entreprises publiques fonctionnant avec des critères d’économie de ressources naturelles et de moyens matériels… Des services publics nationaux qui doivent coopérer entre eux jusqu’au niveau mondial … 

 

 

À télécharger :

L'introduction des Assises Communistes de l'Écologie

— Le compte rendu des Assises Communistes de l'Écologie 

 

x
Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus