position Publié le 23/10/2018 par PCF

Hôpital, retraites… une sécurité sociale du XXIe siècle

La proposition du PCF pour une Sécurité sociale adaptée aux besoins actuels des populations est un projet de société.

 

 

La proposition du PCF pour une Sécurité sociale adaptée aux besoins actuels des populations est un projet de société. Elle repose sur l’idée fondamentale qu’il est possible de répondre aux besoins humains de protection de la naissance à la mort dans un cadre non marchand basé sur la solidarité, et que cette réponse de protection sociale est un facteur essentiel du développement économique autant que social. La Sécurité sociale, protégeant des aléas de la vie, contribue au développement humain, au cœur de devenir de la société. Prise sur les profits, la cotisation sociale est un outil de la solidarité, qui met au service de la collectivité humaine une part des richesses créées en les mutualisant.

Aussi les premières réformes à mettre en œuvre sont d’ordre économique : hausse des salaires, réduction du coût  du capital, orientation de la production vers la satisfaction des besoins humains, arrêt des politiques d’austérité. C’est sur cette base qu’on pourra réformer le financement de la Sécurité sociale : retour au financement par la cotisation sociale et abandon de la fiscalisation, modulation des cotisations pour développer l’emploi et la formation, taxation des profits financiers,, gestion démocratique.

Ceci permettra de dégager les moyens nécessaires pour financer les mesures indispensables de modernisation et d’adaptation aux besoins et aux nouvelles possibilités offertes par le progrès des sciences et techniques.

Il est possible de répondre aux besoins humains de protection dans un cadre non marchand basé sur la solidarité

Concernant le secteur santé, nous voulons :

un hôpital public respecté, renforcé dans ses missions et dotations.

La population dans sa diversité doit avoir accès à des services hospitaliers publics (médecine, chirurgie, maternité, urgence, psychiatrie) de proximité, en lien avec les CHU, avec une gradation des soins, dans le cadre d'un service de santé coopératif, assurant la continuité des soins entre hospitalisation et domicile.

La souffrance du personnel hospitalier, bien mise en évidence par le tour de France des parlementaires communistes, appelle à des moyens supplémentaires (création d'emplois et formations) et à des droits nouveaux d'intervention des personnels et de leurs organisations syndicales sur la gestion des établissements et l'organisation du travail.

En lien avec les nombreuses luttes, le PCF propose un plan d'urgence pour l'hôpital public (cf plan d’urgence en lien) et dans le cadre de la LFSS 2019 (loi de financement de la Sécurité sociale), un ONDAM (objectif national des dépenses d’assurance maladie) progressant tout de suite au moins de 4.5%.

- une rénovation de la médecine ambulatoire avec un réseau territorial de centres de santé publics pour répondre au problème de la désertification médicale,

- une prise en charge à 100% des soins par l’Assurance maladie pour faciliter l’accès aux soins,

- la formation d’au moins 12 000 médecins par an,

- relancer la politique de secteur de la psychiatrie,

- un pôle public du médicament pour d’échapper aux griffes des intérêts de l’industrie pharmaceutique et promouvoir la recherche,

- un développement des politiques de prévention.

Concernant les retraites et les personnes âgées, nous voulons :

- un système de retraites basé sur la cotisation sociale prélevée directement sur la valeur ajoutée crée, sur les richesses produites par les travailleur-ses dans les entreprises,

- des retraites décentes. La non revalorisation des retraites des agriculteurs est intolérable (cf lien vers la bataille de nos parlementaires),

- une garantie des retraites qui assure, après 60 ans, la continuité du niveau de vie ce qui exclut tout système de retraite à point ou par capitalisation, 

- une garantie du pouvoir d’achat des retraités par indexation sur les salaires, 

- un âge de départ à la retraite à 60 ans, plus tôt pour les métiers pénibles, 

- un développement des Ehpad publics avec un programme de formation et de recrutement de 300 000 personnels. (avec en urgence 100 000 emplois par an sur 3 ans) cf plan d’urgence pour les Ehpad, 

- la création d’un service public des personnes âgées qui garantisse un maintien à domicile des aînés dans de bonnes conditions sur tout le territoire et quelles que soient leurs ressources.

Concernant l’enfance, nous voulons :

- un service public de la petite enfance qui garantisse à tout enfant un mode de garde en crèche,

- une politique d’allocations familiales égale pour tous,

- un maintien des quotients familiaux.

Concernant la santé au travail, nous voulons :

- un développement de la médecine du travail et sa démocratisation.

Concernant le handicap nous voulons :

- une refonte des politiques et des moyens alloués pour garantir au mieux l’intégration des handicapés dans la société et leurs moyens de vie.

 

L’ensemble de ces mesures permettraient de mettre l’humain au cœur du développement de la société. Une étape vers le communisme …

À lire aussi : 

— Un plan d'urgence pour les hôpitauxpublié dans Cause Commune n°6, suite au tour de France des hôpitaux réalisé par les parlementaires communistes.

À télécharger : 

Le plan d'urgence pour les hôpitaux proposé par le PCF

Le plan d'urgence pour les Ehpad proposé par le PCF

L'argumentaire pour une retraite à 60 ans à taux plein, 100% sécu 

x
Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus