Soutenez le PCF et ses luttes : Souscrivez !

Publié le 04/09/2019 par PCF

L’Amazonie brûle, Macron tente de se repeindre en vert… mais les actes ne suivent pas !

Ainsi le G7, par la voix de E. Macron, après moult atermoiements et une longue période d’inaction, se décide à agir en faveur de l’Amazonie. Fort bien ! Mais l’expérience nous enseigne qu’il y a souvent un gouffre entre les belles déclarations et la réalisation des promesses. Souvent, il ne s’agit hélas que de coups de com’ sans lendemains.

Ce monde capitaliste assis sur la compétition entre les pays, et la vénération pour l’argent-roi est la cause des problèmes. Le G7 devait parler des inégalités, facteur aggravant pour la détérioration de la planète. Sans surprise, il n’a abouti ni à une sortie du capitalisme ni à des propositions concrètes à même de réduire les inégalités.

Le capitalisme réduit la planète en cendres et Macron a proposé de combattre l’incendie avec un arrosoir. 20 millions d’€. Une goutte d’eau au regard des 51 milliards d’€ distribués en France au dernier semestre. On a d’autant plus de mal à croire à la sincérité du virage écologique de Macron qu’il continue à défendre, contre vents et marées, le CETA, aux conséquences toxiques pour la planète et que le Mercosur n’est (pour l’instant ?) que suspendu.

En effet, le G7 a entériné une organisation du monde fondée sur un libre-échangisme débridé, des échanges commerciaux « circuits longs » très polluants, notamment au regard du climat, là où il faudrait inciter aux circuits courts et à la production locale. L’écologie mérite mieux qu’un positionnement de circonstances. D’autant que Macron n’a aucune vergogne à dénoncer la politique de déforestation de la forêt amazonienne au Brésil alors que la France déforeste la forêt amazonienne… guyanaise !

Au final, l’incendie en Amazonie a causé des dommages sévère à la biodiversité. Il a également contribué à augmenter l’émission de CO2 dans l’atmosphère, cause première du réchauffement climatique, alors qu’il faudrait diminuer ces émissions pour essayer de limiter les impacts négatifs du réchauffement en cours.

Le vendredi 20 il y aura grève pour le climat, notamment à l’appel de la jeunesse, et le samedi 21 des marches seront organisées dans toute la France pour demander une action pour le climat. Le PCF invite à participer massivement à ces initiatives.

Parce que la cause est juste. Parce ce que le droit à une vie digne passe aussi par un environnement sain. Parce que l’écologie est, en réalité, anticapitaliste, ADN de notre combat. Parce qu’il y a un enjeu à faire prendre conscience à toutes ces personnes mobilisées que la solution pour protéger la planète passe par une sortie du capitalisme et en même temps, sans attendre d’en être sortis, que des solutions fortes sont possibles et applicables rapidement.

Par exemple, si on veut sincèrement préserver la planète, il faudrait réduire les émissions de CO2 liées au transport, le plus gros polluant avec environ 30 des émissions à lui seul. Pour cela, il faudrait adopter une politique de transport qui pénalise ceux qui sont les plus polluants et favorise les moins polluants. C’est ce que la France devrait faire pour donner un exemple vertueux. Voici quelques propositions concrètes pour aider à une politique écologique plus sincère :

- Taxation du kérosène

- TVA à 0 % pour les transports peu polluants

- Gratuité des transports en commun

- Investissement dans le transport ferroviaire, fluvial et les cargos à voile

Oui, il faut passer aux actes sincères. Oui, le PCF propose des solutions. Il y a enjeu à les faire connaitre. Ce sera le sens de notre participation aux actions pour le climat.

Alain Pagano, membre du CEN, responsable de la commission Écologie.

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus