Élections européennes, retrouvez notre campagne europedesgens.fr

Europe publié le 22/01/2019

L'enjeu des services publics en Europe

Sous l'impulsion des député.e.s Européens Marie Pierre Vieu, Marie Christine Vergiat une enquête a été menée sur les services publics en Europe. 

 

L'étude fait la démonstration concrète que l’Union européenne n’est pas une main invisible insaisissable mais qu'elle est le fruit d’un processus politique, tant parlementaire que gouvernemental, avec, à la manœuvre, les chefs d’Etat des 27 pays-membres. Notre impératif, à gauche, c'est qu'elle devienne un terrain citoyen et de revendications. La mise en place du processus de libéralisation auquel on est confronté actuellement est donc du ressort de la responsabilité politique des gouvernements !

Et l’étude le démontre parfaitement même si, dans chaque pays, l’application des directives européennes peut se faire de manière différente. Ainsi le quatrième paquet ferroviaire – c’est-à-dire la quatrième étape des directives européennes sur le rail - est l’une des raisons principales du démantèlement de l’entité SNCF. Mais il faut aussi savoir nuancer cette responsabilité car ces directives ne signifiaient pas automatiquement, comme l’a fait la France au printemps dernier, la casse du statut des cheminots. La responsabilité de l’Europe est pour une grande part, celle des nations qui constituent l’Europe.
 
Ensuite, ce qui ressort aussi de l’étude, c'est que la libéralisation des services publics aboutit à l’inverse de l’efficacité affichée. Elle creuse les inégalités territoriales et aggrave les injustices sociales. Dans le même temps, elle ne favorise pas du tout la transition écologique – voire crée encore plus de pollution. A ce titre, le domaine des transports est emblématique : moins de fret, c’est ainsi plus de camions sur les routes et donc nécessairement une accélération de l’émission des gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique. A cela, il faut ajouter que, contrairement à ce que la doxa médiatique voudrait nous faire croire, la libéralisation ne fait pas baisser les tarifs. En réalité, c’est même le contraire dans la mesure où les entreprises privées finissent souvent pas se mettre d’accord et faussent de facto la concurrence.
 
De plus, l’étude aboutit à la conclusion que la réponse n’est pas dans le tout monopole, ni dans la domination d’oligopoles, détenus par une petit nombre de grandes entreprises au bénéfice des actionnaires comme c’est le cas aujourd’hui dans le gaz et l’électricité. Les services publics doivent se construire à partir du terrain, dans une démarche globale qui intègre les dimensions sociale, écologique, démocratique. Il est une évidence pour moi qu’il y a des secteurs nationaux à préserver voire à renationaliser. Mais la question est tout autant celle des pouvoirs aux salariés et aux acteurs sociaux, aux élus locaux et citoyens pour s’assurer que ce sont bien des politiques publiques qui sont menées. Les services publics ne sont pas des réalités statiques, figées. Ils doivent accompagner des mouvements de vie mais toujours avec pour fonction de redistribuer les richesses et d’assurer l’égalité. Ainsi, sur la base de mon expérience de terrain et de la réforme de la Politique Agricole Commune, je me dis que l’on pourrait aujourd’hui poser la question d’un service public de l’alimentation.
 
Enfin, cet audit donne des arguments, des outils et surtout des débouchés pour résister et faire grandir des alternatives en territoire au recul des services publics. Que chacun-e s’en empare comme il l’entend !
 
 
 

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus