Soutenez le PCF et ses luttes : Souscrivez !

publié le 19/04/2019

Quelques éléments sur l’évolution des rapports de force en Europe et les défis pour la gauche européenne - note CRI 13 avril 2019

Éléments en toile de fond de la campagne des Européennes.

 

1/ L’onde de choc du (non-)Brexit :

  • Montre que la sortie de l’UE ne règle rien. Rapport du comité des droits de l’homme de l’ONU de novembre dernier. 900 000 personnes de plus dans la pauvreté : fin du versement des fonds structurels. Empire les effets des politiques d’austérité en Angleterre : les city councils ont perdu 30% de leur financement, des écoles qui font appel au crowfunding pour survivre (élections locales en Angleterre et en Irlande du Nord le 2 mai prochain)

  • Raideur de l’UE. Michel Barnier : tout faire pour défendre « le marché intérieur » c'est-à-dire les quatre « libertés fondamentales de l’UE » dans les 27 pays : liberté de circulation des personnes, des marchandises, des services, des capitaux. Réaffirmé par le livre blanc de la commission sur l’avenir de l’Europe de la CE de 2017.

  • Urgence de changer d’Europe ! Respect des droits démocratiques et souverains des peuples et Europe. « Union des peuples et des nations souverains et associés » => mais donc la question est : comment faire bouger les rapports de force en Europe pour rendre cette perspective crédible ? Alors que l’image donnée par le Brexit jusqu’à présent est : l’UE on ne peut ni en sortir, ni la changer. Ce qui peut avoir des conséquences politiques importantes. C’est un défi pour toute la gauche européenne !

 

2/ Les effets dans les droites européennes et les bourgeoisies européennes

Bourgeoisie allemande : Toujours contre la mutualisation des dettes depuis Schauble. Mais un bouger avec encore moins d’intégration. UE comme zone de libre-échange et de contrôle du budget et des dépenses publiques. Défi de la récession de l’économie allemande alors que la bourgeoisie allemande est le fer de lance de la mise en place de politiques d’austérité en Allemagne depuis 2010 : va-t-on vers une limite au modèle fondé sur le tout-exportation ?

  • Lettre d’Annegret Kramp-Karrenbaue, présidente de la CDU en réponse à la tribune de Macron : défense du marché unique et contre un pas en avant vers un modèle d’une zone Euro intégrée : « Aucun super-État européen ne saurait répondre à l'objectif d'une Europe capable d'agir […]Refonder l'Europe ne se fera pas sans les États-nations ». La bourgeoisie allemande veut garder son autonomie.

  • Repositionnement de certaines bourgeoisies européennes pour contrebalancer la perte d’un défenseur de l’UE comme simple zone de libre-échange comme le Royaume-Uni : « ligue hanséatique » selon le Financial Times, en alliance objective avec la bourgeoisie allemande. Petits pays comme les pays Baltes, l’Irlande, les Pays-Bas, le Danemark…

  • Blocage du projet de Macron : Budget de la zone Euro : Réunion de l’Eurogroup le 5 avril : les Pays-Bas (porte flingue de l’Allemagne, disent tout haut ce que l’Allemagne pense tout bas), exigent droit de veto pour les dépenses.

  • Question sur avenir du « couple franco-allemand » : traité d’Aix la Chapelle avec peu d’éléments concrets et nouveaux mis à part dans le domaine diplomatique (et là c’est un problème). Différenciations lors du Conseil européen mercredi 10 avril sur le Brexit.

 

3/ Les extrême-droites européennes

Réunion organisée lundi par Matteo Salvini. L'extrême droite qui s’organise et qui a l’ambition de constituer le 3e groupe au Parlement européen. 100 à 120 députés. Ce pôle n’est pas encore construit : des nationalistes allemands peuvent-ils passer sous le leadership d’un nationaliste italien ?

Deux éléments majeurs à noter :

  1. La présence de partis qui siègent dans le groupe ECR avec les conservateurs britanniques et qui servent de passe-plats avec la droite conservatrice et qui font partie dans leur pays de solution de pouvoir avec la droite ou qui pèsent sur des gouvernements de droite : Danemark (Parti populaire danois) Finlande (Vrais Finlandais, enjeu des élections législatives en Finlande le 14 avril).

  2. La volonté de peser sur l’UE explicitée : l’extrême droite participe à 9 gouvernements aujourd’hui dans l’UE (dernier arrivé : accord de coalition en Estonie signé mercredi 10 avril). Ambition d’avoir des commissaires européens. Déclaration de Jorg Meuthen (AfD) : « nous voulons refonder l’Europe et le PE sans les détruire. Nous voulons apporter un changement radical ».

L’extrême droite pose donc désormais de manière très claire et avec des relations qui restent compliquées mais qui sont de plus en plus assumées entre les différents partis : la question du pouvoir dans les États et au niveau de l’UE.

  • A noter que l’engluement dans lequel se trouve le Brexit radicalise également les positions du parti conservateur britannique [qui est un fer de lance en Europe du raidissement identitaire des partis conservateurs en Europe], entraînant une certaine distanciation entre le centre de gravité de ce parti qui se décale vers la droite et le patronat britannique (le CBI – MEDEF anglais- se prononce pour une nouvelle consultation sur le Brexit). Alors que 170 MP torys sur 317 ont demandé à May de sortir à tout prix de l’UE le 12 avril avec ou sans accord. Les négociations (sans résultat) de May avec Corbyn ont encore davantage cristallisé ce camp droitier.

    • Derrière : une dérive « impériale » en filigrane mais aussi la question de la place du capitalisme britannique dans la recomposition des rapports de force internationaux : Liam Fox, secrétaire d’État au Commerce extérieur, est à la fois un partisan du Commonwealth impérial et d’un accord de libre-échange total avec les USA.

 

4/ L’interrogation sur l’avenir de la social-démocratie

Également percuté par la perte du parti travailliste corbynien de l’UE qui a des conséquences sur la social-démocratie dans l’UE et sur la gauche européenne en général.

Recompositions en son sein en cours et dans des sens contradictoires :

Les partis qui ont porté les projets de protocoles sociaux « ajoutés » à l’UE libérale sans la remettre en cause (France) et ceux qui ont accepté purement et simplement l’UE libérale (SPD, parti social-démocrate néerlandais) sont en crise + crise de la social-démocratie scandinave (Suède : pays de l’OECE où les inégalités ont le plus augmenté depuis les années 80 => sociaux-démocrates se maintiennent de justesse au pouvoir après les élections législatives de 2018 avec soutien des partis libéraux).

  • Évolution dans la géopolitique de la social-démocratie dans le prochain PE : va perdre beaucoup de députés :

  • Tendances contradictoires :

    • place des Espagnols et des Portugais. C'est-à-dire sociaux-démocrates qui mènent une politique progressiste : avec une interrogation sur leur avenir (élections législatives en Espagne le 28 avril et au Portugal le 6 octobre octobre). Si ces expériences sont battues, cela va aussi avoir des répercussions sur l’ensemble de la gauche européenne. Si elles sont reconduites, cela va au contraire les repositionner peut-être dans une place plus centrale que ce qu’elles occupent à l’heure actuelle dans l’échiquier politique de la gauche en Europe.

    • Et « en même temps » candidat du PSE à la commission : Frank Timmermans, Vice-président de la Commission européenne à côté duquel même Moscovici fait figure de gauchiste.

Les Verts sont-ils en train de phagocyter une partie de l’espace de la social-démocratie « germanique »? Percée là où ils sont dans une perspective « ni droite ni gauche ».

  • En Allemagne : sont passés devant le SPD dans les sondages = Verts déjà en alliance avec la CDU au Bade Wurtemberg, en Hesse et en Schleswig-Holstein ; et dans des gouvernements SPD-CDU-Verts en Rhénanie Palatinat et Saxe Anhalt.

  • Aux Pays-Bas : la « gauche verte » essaie d’apparaître comme un recours contre la poussée de l’extrême droite (cf élections provinciales du 20 mars = 60 sièges au total contre 53 pour parti social-démocrate) = n’exclut pas alliance avec les libéraux.

Les défis pour la gauche européenne dans un paysage social et politique mouvant

Gauche européenne : évolutions géopolitiques et politiques avec plusieurs facteurs. Difficile de dresser une typologie car dépend aussi du contexte national. Toutes font face à des défis structurels.

- Question de la reconstruction de la gauche dans des pays où elle a quasiment disparu.
Italie. Accord sur la coalition « Sinistra » en Italie PCR-sinistra italiania-altra europa = question unité avec en évidence références au PGE (Sinistra italiana n’en est pas membre) et à la GUE.
- Forces issues des recompositions des années 90/2000 (suite de la chute du Mur):

  • Die Linke : socle électoral à 7-9% (image brouillée sur les migrants avec S. Wagenknecht et O. Lafontaire dont l’initiative semble avoir fait long feu) avec des évolutions importantes : stagnation à l’Est et poussée à l’Ouest. Renouvellement militant important (1/3 de nouveau, 2/3 de jeunes de moins de 30 ans) => potentiel de renouveau, de dynamisme à construire. Transformer ce potentiel en résultats politiques. Élections locales à Brême le 26 mai, peut être opportunité de participer pour la première fois à un gouvernement de Land à l’ouest.

  • Bloc de gauche : la question du pouvoir lui est posée, d’important débats internes sur cette question, sur le bilan de la formule de pouvoir avec PS et PCP.

- Aux forces anciennes qui ont connu un essor particulier dans un contexte favorable

  • PS néerlandais qui ne profite pas de la crise de la social-démocratie => aux Verts et qui actuellement en repli (perte de la moitié de ses conseillers provinciaux aux élections de mars)

  • Cas du PTB belge : d’importants défis devant lui (qui se sont ébauchés lors des dernières élections locales) : le PTB peut-il proposer une formule politique avec une ambition majoritaire ? Le président du PS néerlandais, qui vient de la même tradition politique, qui a buté sur cette question montre l’ampleur de ce défi.

  • PCP : au défi du bilan de la formule PCP-PS-BE, en des termes différents que le BE et cela semble pour l’instant ne pas lui profiter (perte de MEP de 3 à 1 ou 2).

- Les forces qui ont émergé des nouveaux mouvements sociaux : celles qui réussissent sur le long terme sont celles qui posent à nouveau le clivage gauche/droite => impasse du « populisme de gauche » sous la forme sous laquelle cela a émergé en 2011-2012. De ces forces, prenons deux extrêmes :

  • Crise de Podemos : sur cette question. Sur bien fondé de la coalition « Unidos Podemos », reconduite aux élections générales et européennes sous le nom « Unidas Podemos » : une organisation qui va vers une formule d’union de la gauche ou une formule « à la portugaise » ? ou vers une espèce de « populisme centriste » aux contours vagues comme semble le porter Errejon à Madrid ?

  • Cas particulier de la FI : ne procède pas d’un mouvement social mais a essayé de se greffer sur la notion de « populisme de gauche » mais on voit que de grands débats d’orientation sont devant elle notamment pour les municipales de 2020. Mais il y a un espace politique à gauche qu’elle occupe.

  • Dans ce mouvement de nouvelles forces, il n’y a pas que des forces qui se référent ou qui se sont référées au « populisme de gauche » : Slovénie : Levica (la gauche), issue de formations politiques qui sont nées dans le mouvement social. 9 sièges sur 90 aux élections de 2018.

- Les défis : celle de la majorité sociale et politique ? du pouvoir ?

  • Prise en compte des revendications qui montent de la société alors que ces dernières ne se situent pas spontanément dans un clivage droite/gauche (c'est-à-dire pas dans un clivage de classe) mais qui portent des exigences sociales, écologiques (grèves climatiques…), fiscales ou de lutte contre la corruption dans des pays d’Europe de l’Est hors des organisations traditionnelles du mouvement ouvrier

    • Le cas français est très regardé en Europe. Beaucoup de questions de la part des autres forces de gauche en Europe. Les 10 propositions du PCF, les propositions de loi…

    • Serbie. Mouvements populaires contre l’autoritarisme du président Vucic mais quelle perspective politique ? (mouvements aussi au Monténégro, en Albanie…) : avec dans le mouvement, parmi ses initiateurs, les partis d’opposition anciennement au pouvoir dans les années 2000 (regroupés aujourd'hui dans « Alliance pour la Serbie » qui inclut des éléments d'extrême droite) et que le mouvement a été déclenché avec l’agression d’un leader de l’opposition Borko Stefanovic, dont le parti s’appelle « la gauche » mais qui n’est de gauche que de nom, et qui a organisé en 2008 le bradage de la compagnie nationale de pétrole pour Gazprom pour 1/5 de sa valeur. Mais dans le mouvement il y a des aspirations diverses : sur la privatisation des logements sociaux par ex, les effets des privatisations massives réalisées dans le cadre de l’accord de stabilisation et d’association avec l’UE dans le cadre des négociations d’adhésion (l’accord en soi n’est pas remis en cause).

    • Slovaquie : victoire à l’élection présidentielle de Zuzana Čaputová contre le candidat du parti au pouvoir, social-démocrate de nom mais très conservateur qui gouverne en coalition avec un parti proche de l'extrême droite en réalité. Pas anodin que le candidat défait Maroš Šefčovič soit aussi commissaire européen de l’énergie et fait partie de la commission européenne depuis la commission Barroso I. Mais les rapports de force politiques dans le pays ne changent pas fondamentalement pour le moment et l'extrême droite reste forte. Une aspiration à plus de transparence mais quelle évolution ? quelle place pour la question sociale ?

  • Poser la question du pouvoir d’une manière nouvelle : une « école portugaise » est-elle en train de naître en Europe ? même si le PCP et le BE ne considèrent pas le Portugal comme un modèle.

    • Cas du Portugal : perspective des législatives d’octobre

    • Cas de la Slovénie : Levica soutient sur quelques mesures un gouvernement libéral minoritaire formé pour faire barrage aux partis droitiers et notamment au Parti démocratique slovène, arrivé en tête, qui s’aligne sur Orban. Dans ce soutien ponctuel, désaccords affichés, notamment en politique étrangère et refus de signer un accord (différence avec le Portugal) mais soutien à des mesures précises : augmentation du salaire minimum (porté à 700 euros), mesures pour le logement, réforme fiscale progressiste.

    • Cas du Danemark : perspective des législatives de 2019 (avant le 17 juin) : renverser la majorité libérale qui gouverne avec le soutien de l'extrême droite. ARV « lignes rouges » sur le droit du travail, les conventions collectives et les migrants = pour expérimenter une formule de soutien d’un éventuel gouvernement social-démocrate. Dépend aussi des contours dudit gouvernement.

    • Cas de l’Irlande : conférence annuelle du SF 2018, dans la perspective du Brexit : à quelles conditions participer au gouvernement dans la perspective d’une campagne pour un référendum de réunification de l’île.

Les défis posés aux cadres transpartidaires européens

- La GUE : question du maintien de son cadre confédéral : anticiper aussi les changements internes à la GUE avec un renforcement des divergences stratégiques internes dans le prochain mandat (entrée de la FI, initiatives de Syriza, de Die Linke). Il est de ce point de vue absolument crucial que nous y restions !
- Le PGE : importance majeure du congrès de décembre sur le rôle du PGE dans ce contexte : il a fait des choses importantes dans la dernière période (lancement du forum de la gauche progressiste, affirmation de son rôle au niveau international avec par exemple l’établissement de relations avec la gauche américaine) mais a du mal à trouver sa place dans la campagne des Européennes. Extrêmement utile comme « ministre des affaires étrangères » de la gauche européenne mais rôle pour la gauche européenne elle-même ?
- Forum de la gauche progressiste : c’est la grande nouveauté de ces dernières années, à populariser davantage en France, mais le cadre se structure peu à peu et a pris son indépendance par rapport au PGE.

Les cadres auxquels on ne participe pas :

Maintenant le peuple/Plan B : deux contradictions majeures :

Maintenant le peuple : les intérêts de la FI (donner à JLM un cadre alternatif au PGE et initialement peut être aussi à la GUE) ne correspondent pas à ceux des partis qui en sont membres et qui peuvent poursuivre dans leurs pays des politiques qui ne correspondent pas à la stratégie de la FI en France = mais utiliser JLM comme une « étiquette » pour se prévaloir du soutien de qielqu'un qui a fait 17% à l’élection présidentielle en France (cf documents de campagne de l’ARV pour les Européennes)

Plan B = deux conceptions :

Une conception étroite Plan A/ Plan B (Plan B = sortie des traités = sortie de l’UE réaffirmée par Corbière cette semaine).
Une conception large : celle des Suédois : conférence du plan B à Stockholm large (ex : avec le SF qui n’est pas du tout pour la sortie des traités et de l’UE !) mais qui est également utilisé comme « étiquette ».

Les cadres qui peuvent émerger :

- CC de Syriza d’un nouveau regroupement européen avec la gauche européenne, les Verts, la social-démocratie ; à partir de l’expérience du progressive caucus au PE : opposition à l'extrême droite et aux conservateurs mais dans une orientation politique peu définie.

 

Et nous ?

= rôle et importance du PGE, de la GUE et du forum européen, chacun dans leur rôle = déclaration commune PCF/Die Linke du 8 avril.

Surtout dans le contexte où nous ne savons pas quelle place nous aurons au PE après les élections :

GUE : fonctionnement confédéral où tout le monde peut s’y retrouver

Développement du forum européen

Retravailler le rôle du PGE en « interne » pour ses partis membres à l’occasion du prochain congrès.

Mettre en avant que nous ne sommes pas seuls en Europe durant la campagne.

Notre site utilise des cookies qui nous permettent d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques de visites. En utilisant www.pcf.fr, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus