Accueil

20141227-CP-Ribécourt-Dreslincourt-Environ 160 enfants profitent du temps d'activité périscolaire

le 27 décembre 2014

20141227-CP-Ribécourt-Dreslincourt-Environ 160 enfants profitent du temps d'activité périscolaire

20141222-CP-Ribécourt-Dreslincourt-Maintenir le cap malgré la baisse des dotations

le 27 décembre 2014

20141222-CP-Ribécourt-Dreslincourt-Maintenir le cap malgré la baisse des dotations

20141218-CP-Thourotte-La Ville se donne pour mot d'ordre la maîtrise des coûts pour 2015

le 27 décembre 2014

20141218-CP-Thourotte-La Ville se donne pour mot d'ordre la maîtrise des coûts pour 2015

France 3 Picardie-JT 19-20-Thourotte-Patrice Carvalho distribue les colis de Noël aux personnes âgées et dénonce la baisse des dotations - 16 décembre 2014

le 16 décembre 2014

France 3 Picardie-JT 19-20-Thourotte-Patrice Carvalho distribue les colis de Noël aux personnes âgées et dénonce la baisse des dotations - 16 décembre 2014

La Chaine parlementaire-Grand écran-Le député PCF Patrice Carvalho invité à débattre du blues des ouvriers - 13 décembre 2014

le 12 décembre 2014

Vote pour la reconnaissance de l'État de Palestine-Tweet de Jean-Pierre Bosino - Sénat, 11 décembre 2014

le 11 décembre 2014

Vote pour la reconnaissance de l'État de Palestine-Tweet de Jean-Pierre Bosino - Sénat, 11 décembre 2014

Copie d'écran à partir du site internet du Sénat le jeudi 11 décembre 2014

Votes historiques à l'Assemblée nationale et au Sénat. Maintenant, la France doit reconnaître l'État palestinien !

le 11 décembre 2014

Votes historiques à l'Assemblée nationale et au Sénat. Maintenant, la France doit reconnaître l'État palestinien !

Le député du groupe Front de gauche François Asensi avait demandé le 27 octobre 2014 l’organisation « dans les plus brefs délais » d’un vote sur la reconnaissance de la Palestine par l’Assemblée nationale, dans un courrier adressé au président Claude Bartolone, cosigné par André Chassaigne, président du groupe Front de gauche, et Alain Bocquet, secrétaire de la commission des Affaires étrangères.

Selon les députés Front de gauche, la France ne pouvait « rester en retrait » après la reconnaissance de la Palestine par le Parlement britannique le 13 octobre, par le Royaume de Suède le 3 octobre, et avec le vote alors à venir du Parlement espagnol.

Ils proposaient au Président Claude Bartolone d’inscrire à l’ordre du jour la proposition de résolution n° 201 portant sur la reconnaissance par la France de l’État palestinien  déposée le 24 septembre 2012 par les députés Front de gauche.

Les signataires estimaient que « le moment était venu de procéder à ce geste fort, si la France ne veut perdre de son crédit au Proche-Orient et sur la scène internationale ».

 

mardi 2 décembre 2014 • Assemblée nationale

Avant la première séance du vendredi 28 décembre, voici ce qu'écrivait le député PCF-Front de gauche de l'Oise Patrice Carvalho sur son blog :

Palestine : vers la reconnaissance de la France

Ce vendredi matin, l’Assemblée nationale sera le lieu d’un acte historique. Les députés ont à débattre et à voter une résolution invitant le gouvernement français à reconnaître l’État de Palestine.

135 nations se sont déjà prononcées en ce sens. Ce fut le cas, tout récemment, du gouvernement suédois (30 octobre), des parlements britannique (13 octobre), irlandais (22 octobre), espagnol (18 novembre).

La France est à la traine et le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius louvoie, même si, au cours de ces dernières heures, il s’est dit favorable à la reconnaissance. Le dernier mot reviendra à l’exécutif, c’est-à-dire à l’Elysée, mais que la représentation nationale adopte une telle résolution est un acte politique fort.

Il est urgent, en effet, de prendre des initiatives.

Le processus de paix est bloqué depuis longtemps et tous les jours, après avoir fait des centaines de morts civils à Gaza, Israël impose de nouvelles formes d’occupation, confisque des terres, détruit les maisons, bloque le ravitaillement et l’accès à l’eau. Les palestiniens vivent dans une prison à ciel ouvert. Et, comme toujours, la violence appelle la violence.

La communauté internationale a un rôle à jouer pour permettre qu’enfin deux Etats vivent côte à côte. Le France se doit d’être en pointe.

Discussion du vendredi 28 novembre 2014 - Intervention de François Asensi 

 

Deuxième séance du mardi 2 décembre 2014

Discussion du mardi 2 décembre 2014 - Intervention de François Asensi

Le vote à l'Assemblée nationale et l'adoption de la résolution en faveur de la reconnaissance de l’État palestinien par 339 voix contre 151 marque un jour de réjouissance pour tous ceux qui luttent pour la paix et la justice depuis tant d'années. Les communistes se félicitent du pas franchi par les députés français, un pas qui était attendu d'eux par tous les pacifistes qui veulent la réussite d'une solution à deux États. C'est la voix du droit qui l'a emporté.

Votes des 7 députés de l'Oise

  • pour la reconnaissance :  Patrice Carvalho (PCF-Front de gauche), Michel Françaix (PS),
  • contre : Jean-François Mancel (UMP), Édouard Courtial (UMP), Éric Wœrth (UMP),
  • n'ont pas participé : Olivier Dassault (UMP), Lucien Degauchy (UMP)

 

 

 

jeudi 11 décembre 2014 • Sénat

Votes de​s 4 sénateurs de l'Oise

  • pour la reconnaissance : Jean-Pierre Bosino (PCF-Front de gauche), Yves Rome (PS), Caroline Cayeux (UMP)
  • abstention : Philippe Marini (UMP)

 

Commentaire : Montataire avec sa municipalité communiste a été la première ville dans le monde à se jumeler avec un camp de réfugiés palestiniens, sous l'impulsion de Fernand Tuil, co-fondateur de l'Association pour les jumelages entre les camps de réfugiés palestiniens et les villes françaises (AJPF). Depuis, plusieurs villes françaises sont jumelées, notamment dans l'Oise. Cette sensibilisation à la situation en Palestine dans le département s'est traduite par de nombreuses actions de solidarité, à l'initiative ou avec la participation des communistes, dont les dernières cette année (Beauvais, Compiègne, Creil, Montataire, Nogent-sur-Oise) en réponse aux massacres perpétrés à Gaza ou pour la libération de Marwan Barghouti. Ce travail a sans doute une part dans les votes de la sénatrice-maire de Beauvais Mme Cayeux (pour) et du sénateur-maire M. Marini (abstention) qui se démarquent des autres sénateurs UMP (4 pour, 124 contre, 8 abstentions, 7 non-participations). M. Rome a voté comme la majorité du groupe PS.  

 

 

Intervention d'Éliane Assassi

Réaction de Jean-Pierre Bosino sur Facebook, après le vote :

Victoire ! Le Sénat vient d'adopter ce matin la proposition de résolution pour la reconnaissance de l'État palestinien. Après le vote à l'Assemblée nationale, c'est donc l'ensemble du Parlement français qui invite le gouvernement à prendre ses responsabilités. C'est un vote historique et je suis plus que fier que le combat mené par les communistes depuis des années ait pu aboutir à un rassemblement plus large pour faire adopter cette résolution. La Palestine vivra, et nous continuerons de nous battre pour que les droits du peuple palestinien à la paix et à la souveraineté soient enfin respectés.

 

Aujourd'hui 11 décembre, les sénateurs français viennent donc à leur tour d'adopter une résolution invitant le gouvernement français à reconnaître l'État de Palestine. Ce vote historique positif est une victoire de tous les partisans d'une paix juste et durable en Palestine, en Israël, en France et dans le monde. Il est conforme à la responsabilité de la France, membre du Conseil de sécurité de l'ONU, d'agir pour le respect du droit international et la dignité des peuples.

Au lendemain de l'assassinat du ministre palestinien Abou Ziad tué lors d'une manifestation pacifiste contre la colonisation, ce scrutin envoie le signal d'espoir attendu de la France : un avenir de paix et de développement au Proche-Orient ne pourra s'écrire que par la reconnaissance, aux côtés d'Israël, d'un État palestinien dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale.

Nous voulons saluer les sénateurs qui n'ont pas failli à leur mandat, en particulier les sénateurs du groupe CRC pour leur action déterminée et leur esprit de rassemblement.

 

Et maintenant

La mobilisation doit s'amplifier et s'élargir. Elle pourra continuer de compter sur l'engagement du Parti communiste et de tous ses élus porteurs du respect des résolutions de l'ONU et du droit international, de la solution à deux États, de l'exigence de libération des prisonniers politiques et de la levée du blocus de Gaza.

La reconnaissance de l’État palestinien n'attend plus. À François Hollande d'agir. Et le président et l'exécutif français ne peuvent plus se dérober : ils doivent incarner la voix du peuple français qui est favorable à la reconnaissance immédiate – en première instance et sans condition – de l’État palestinien et à la fin de la colonisation israélienne.

Notre mobilisation générale et la solidarité internationale peuvent obliger les dirigeants, en particulier de la France, à appuyer à l'ONU l'initiative du président de l'Autorité palestinienne pour obtenir la fin de l'occupation et de la colonisation au plus tard dans un délai de deux ans. Les parlementaires européens auront à se prononcer en décembre, à l'initiative notamment de la Gauche unitaire européenne (GUE-NGL).

Le Parti communiste français appelle à ce que « l'Europe » manifeste par ce vote sa détermination à agir pour la paix et le droit international, la fin de la colonisation et l'avènement d'une nouvelle ère de démocratie, de paix et de développement au Proche-Orient.

 

 

 

 

20141205-LeP-Breuil-le-Sec-Les incivilités au menu de la réunion

le 06 décembre 2014

20141205-LeP-Breuil-le-Sec-Les incivilités au menu de la réunion

20141130-CP-Ribécourt-Dreslincourt-Les élus en colère contre la fermeture partielle de l'accueil en gare

le 30 novembre 2014

20141130-CP-Ribécourt-Dreslincourt-Les élus en colère contre la fermeture partielle de l'accueil en gare

La réforme territoriale, quand le pouvoir s'éloigne des citoyens - Thourotte, le 28 novembre 2014

le 28 novembre 2014

Le 28 novembre 2014, le député-maire PCF-Front de gauche de Thourotte Patrice Carvalho a invité les élus des environs à une réunion sur le thème de la réforme territoriale en cours et de ses enjeux. Avec ses camarades le sénateur-maire de Montataire Jean-Pierre Bosino et la conseillère générale de Ribécourt-Dreslincourt Hélène Balitout, ils ont échangé avec près de cent personnes, principalement des élus. Voici la première intervention de chacun d'eux, après une présentation de Jacques Desmoulins, attaché parlementaire de Patrice.